Chroniques de Belem
A l’occasion du FSM : meeting Chavez, Morales, Correa et Lugo...
29 janvier 2009
version imprimable Enregistrer au format PDF n°12771

Le Forum Social Mondial est vraiment l’affaire des brĂ©siliens. Des dizaines de milliers de participants qui vont de confĂ©rence en confĂ©rence, de dĂ©bats en dĂ©bats...

Belem,

Le camp de jeunes est impressionnant avec plus de 15.000 participants, des zones par régions, par associations, partis...

Et toujours un forum marquĂ© par l’Amazonie, les droits des populations indiennes, mais aussi le climat , la dĂ©fense de la forĂŞt... Contrairement Ă  ce qu’a dit le journal Le Monde, ce n’est pas un « retour Ă  l’Ă©cologie, c’est une nouvelle combinaison de la crise Ă©conomique sociale et Ă©cologique..

C’est en fait la crise globale du capitalisme qui est omniprĂ©sente au Forum.

Ce matin, nous avons participĂ© a un dĂ©bat avec François Houtard, un vĂ©tĂ©ran des forum, invitĂ© par le CADTM (ComitĂ© pour l’annulation de la dette du tiers monde), Jacques Cossard d’ATTAC-France et Vittorio Agnoletto (dĂ©putĂ© de Refondation communiste d’Italie au Parlement europĂ©en), sur les « biens communs ». C’est une vielle exigence du Forum social mondial et du mouvement altermondialiste qui prend un nouvel Ă©lan avec la crise Ă©conomique. Ces « biens communs » ont tendance Ă  s’Ă©tendre Ă  l’ensemble des secteurs de l’Ă©conomie liĂ©s aux besoins sociaux. De plus, cette question pose le problème de la propriĂ©tĂ©, de l’appropriation publique et sociale. Il y a lĂ  une vraie dynamique anti-capitaliste possible...

Aujourd’hui, devant plus de 3000 personnes reprĂ©sentants des mouvements sociaux du monde entier, s’est tenu un grand meeting, Ă  l’invitation du MST, avec Hugo Chavez (Venezuela), Evo Morales (Bolivie), Rafael Correa (Equateur) et Fernando Lugo du Paraguay. Mis sous pression par la puissance brĂ©silienne et le gouvernement Lula, ces quatre prĂ©sidents avaient tenu, avant de participer Ă  un nouveau meeting avec Lula, de faire apparaĂ®tre une convergence des rĂ©gimes progressistes qui recherchent les voies d’une rupture, mĂŞme partielle, avec l’impĂ©rialisme nord amĂ©ricain. Ces expĂ©riences, malgrĂ© leurs limites, suscitent, dans un monde capitaliste frappĂ© par la crise, toujours la mĂŞme sympathie. Elles seront sans aucun doute particulièrement suivies sur leurs capacitĂ©s Ă  rĂ©sister Ă  celle-ci. Les propositions d’intĂ©gration latino amĂ©ricaine de l’Alba, d’une coordination des politiques Ă©conomiques et d’une monnaie commune de ces pays sont aujourd’hui parmi les questions centrales en AmĂ©rique latine...

Mis en ligne le 30 janvier 2009
   Cliquer sur la flèche pour remonter en haut de la page