Chroniques de Belem
A l’occasion du FSM : meeting Chavez, Morales, Correa et Lugo...
29 janvier 2009
version imprimable Enregistrer au format PDF n°12771

Le Forum Social Mondial est vraiment l’affaire des brésiliens. Des dizaines de milliers de participants qui vont de conférence en conférence, de débats en débats...

Belem,

Le camp de jeunes est impressionnant avec plus de 15.000 participants, des zones par régions, par associations, partis...

Et toujours un forum marqué par l’Amazonie, les droits des populations indiennes, mais aussi le climat , la défense de la forêt... Contrairement à ce qu’a dit le journal Le Monde, ce n’est pas un « retour à l’écologie, c’est une nouvelle combinaison de la crise économique sociale et écologique..

C’est en fait la crise globale du capitalisme qui est omniprésente au Forum.

Ce matin, nous avons participé a un débat avec François Houtard, un vétéran des forum, invité par le CADTM (Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde), Jacques Cossard d’ATTAC-France et Vittorio Agnoletto (député de Refondation communiste d’Italie au Parlement européen), sur les « biens communs ». C’est une vielle exigence du Forum social mondial et du mouvement altermondialiste qui prend un nouvel élan avec la crise économique. Ces « biens communs » ont tendance à s’étendre à l’ensemble des secteurs de l’économie liés aux besoins sociaux. De plus, cette question pose le problème de la propriété, de l’appropriation publique et sociale. Il y a là une vraie dynamique anti-capitaliste possible...

Aujourd’hui, devant plus de 3000 personnes représentants des mouvements sociaux du monde entier, s’est tenu un grand meeting, à l’invitation du MST, avec Hugo Chavez (Venezuela), Evo Morales (Bolivie), Rafael Correa (Equateur) et Fernando Lugo du Paraguay. Mis sous pression par la puissance brésilienne et le gouvernement Lula, ces quatre présidents avaient tenu, avant de participer à un nouveau meeting avec Lula, de faire apparaître une convergence des régimes progressistes qui recherchent les voies d’une rupture, même partielle, avec l’impérialisme nord américain. Ces expériences, malgré leurs limites, suscitent, dans un monde capitaliste frappé par la crise, toujours la même sympathie. Elles seront sans aucun doute particulièrement suivies sur leurs capacités à résister à celle-ci. Les propositions d’intégration latino américaine de l’Alba, d’une coordination des politiques économiques et d’une monnaie commune de ces pays sont aujourd’hui parmi les questions centrales en Amérique latine...

Mis en ligne le 30 janvier 2009
   Cliquer sur la flèche pour remonter en haut de la page