Des postiers grévistes reçus à Bercy après avoir pénétré dans les locaux

PARIS, 23 mars 2009 (AFP) -Une cinquantaine de postiers des Hauts-de-Seine en grève contre la réforme de la distribution du courrier, dont le leader du Nouveau Parti Capitaliste (NPA) Olivier Besancenot, ont manifesté lundi au ministère des Finances, où une délégation a été reçue, a-t-on appris de source syndicale.

« Les manifestants ont pénétré dans le ministère, y sont restés trois-quarts d’heure et une délégation a été reçue pendant vingt minutes par le directeur du cabinet » de Christine Lagarde, ministre de l’économie et des finances, a indiqué à l’AFP Yann Le Merrer, secrétaire de la section CGT centre de tri de Nanterre. « On nous a simplement dit que les informations seraient transmises à la ministre. Un certain nombre de collègues sont un peu au bout du rouleau et prêts à faire des action plus dures », a-t-il ajouté. Au ministère, on jugeait exagéré de parler d’occupation compte tenu du nombre modeste de manifestants par rapport aux dimensions de l’édifice.

Les postiers des Hauts-de-Seine ont entamé depuis deux mois une grève, soutenue par Sud-PTT, la CGT et la CFTC, contre un projet de réorganisation des tournées. Selon M. Le Merrer, 160 facteurs des Hauts-de-Seine ont fait grève lundi.

Par ailleurs, une « coordination de dix centres de tri » appelle à la grève à partir de lundi soir et à un rassemblement mardi à 15 heures devant le siège de la Poste à Paris", a précisé la même source.

nth/tma/fm


La Poste condamnée pour entrave au droit de grève

Le TGI de Paris, dans un jugement rendu le 17 mars 2009, a condamné La Poste à verser 5000 euros de dommages et intérêts à la Fédération SUD PTT pour avoir entravé le droit de grève des agents de nuit des centres de tri et contesté irrégulièrement les préavis de la Fédération SUD.

La Fédération SUD avait déposé des préavis pour revendiquer la revalorisarisation de l’heure de nuit à trois euros et la suppression des régimes atypiques. Ainsi SUD avait déposé un préavis illimité de 59 minutes couvrant les salarié-es de droit privé à partir du 4 décembre 2006 et des préavis toutes les nuits du vendredi au samedi couvrant l’ensemble du personnel jusqu’à la fin 2007.

A partir de la mi-juillet 2007, la direction avait déclaré nos préavis irréguliers et mis en absence injustifiée certains des agents grévistes et infligé un certain nombre d’avertissements et de blâmes.

Ces dernières années, la direction de La Poste a déclaré irréguliers nombre de préavis de la Fédération SUD (et d’autres organisations syndicales) et menacé de sanction les grévistes. Les juges réaffirment que ce n’est pas du seul pouvoir de l’employeur.

La direction de La Poste doit cesser d’entraver l’exercice du droit de grève et l’expression des revendications des personnels et s’appliquer bien plutôt à négocier et satisfaire les revendications plutôt que de laisser pourrir les conflits...

Sud-PTT


Pas de licence spécifique (droits par défaut)