Le site Internet d’Europe solidaire sans frontières (ESSF)

, par ROUSSET Pierre

La plupart des organisations présentent avant tout, sur Internet, leurs propres activités et les écrits de leurs collaboratrices ou collaborateurs. Ce n’est pas seulement le cas ici. En tant qu’association de solidarité internationale, ESSF veut offrir un site plus « généraliste », introduisant un large éventail de questions ou d’initiatives et puisant à des sources variées. Avec pour objectif d’offrir un outil d’information militante en deux langues : le français et l’anglais.

Ce site Internet a été ouvert fin septembre 2005 ; il contenait alors quelque 450 articles. Il en comprend, un an plus tard, 3.250. Malgré cette progression, la documentation mise en ligne reste encore très inégalement répartie suivant les pays et les sujets. Nous souhaitons certes exprimer une solidarité « sans frontières », mais notre association bénéficie pour l’heure de fort peu de moyens et l’élargissement du champ géographique ou thématique des questions traitées ne se fera que progressivement. Sur le plan international notamment, priorité a d’abord été donnée à l’Asie. Cela reflète des engagements militants d’ESSF, mais cela répond aussi à une urgence, cette partie du monde restant le parent pauvre des solidarités européennes.

Les sites Internet ne manquent pas. Que peut donc offrir de particulier celui d’ESSF ?

Il traite évidemment de domaines communs à bien d’autres comme, par exemple, l’altermondialisme et les forums sociaux ; il présente des textes qui font partie des références militantes collectives. Cependant, même dans ce cas, il cherche aussi à rendre disponible une documentation souvent difficile à retrouver : comptes rendus de réunions et de voyages, exposés ou notes d’analyses qui n’ont précédemment circulé que sous forme de courriel...

Nous introduisons des auteur(e)s, des thématiques et des sources qui sont rarement réunis sur un seul et même site d’organisation : du social à l’écologique, de la coordination des mouvements sociaux aux réseaux « partidaires » radicaux, du terrain au champ parlementaire, des questions de « civilisation » au marxisme (ou autres), des combats féministes aux luttes paysannes... En chaque domaine, nous cherchons tout à la fois à répondre à l’actualité, à populariser des campagnes d’action, à nourrir des débats stratégiques et à présenter des analyses à caractère plus théorique.

Même pour les rubriques les plus construites, nous ne prétendons évidemment pas à l’exhaustivité ni à l’envergure ou l’ambition d’Indymédia ! Nous créons de nombreux liens avec d’autres sites en langues française ou anglaise - des sites progressistes ou simplement utiles à connaître (celui de la Commission européenne, par exemple), complémentaires et généralement plus spécialisés. Mi-septembre 2006, plus de 260 liens avaient ainsi été créés - ce qui reste encore très insuffisant au regard des besoins. En outre, nous plaçons aussi souvent un article où les mouvements militants concernés se présentent eux-mêmes.

Le développement du site d’ESSF n’est pas « programmé », il n’exprime pas un « plan de vol » pré-établi. Il répond souvent à l’urgence de l’actualité. La rubrique portant sur l’OMC a pris son ampleur à l’occasion de la conférence tenue à Hongkong en décembre 2005 ; et celle traitant de la situation politique en France s’est éveillée avec la « crise des banlieues » de l’automne dernier. La rubrique « Népal » est apparue au printemps 2006 et celle sur le Liban trois mois plus tard... Certains auteurs nous envoient leurs écrits, d’autres pas. Des liens existent de longue date (avec les mouvements philippins par exemple), beaucoup ne sont pas encore tissés. Si une question ou un pays ne sont pour l’heure pas traités, ce n’est généralement pas par manque d’intérêt ; plutôt par manque de temps, de moyens et d’occasion. Le site se déploie selon une courbe sinueuse où le hasard de l’événement joue pleinement son rôle.

Le hasard de l’événement et les affinités politiques. On retrouve notamment, en parcourant ce site, l’apport d’un marxisme révolutionnaire, critique et autocritique, résolument anti-bureaucratique, inscrits dans une longue tradition de combats anti-capitalistes, anti-impérialistes. Ainsi que l’apport de biens des courants engagés dans la lutte pour un monde solidaire. La parole politique est plurielle. Elle est aussi donnée à un large éventail de mouvements, réseaux, campagnes et coalitions. Il y avait déjà, en septembre 2006, plus de 1.660 auteur(e)s individuels ou collectifs. Nous espérons que notre site Internet sera l’un de ses nombreux lieux par lesquels se nouent aujourd’hui échanges et liens militants à l’échelle internationale.

Articles de presse, déclarations et appels, études et rapports, notes de formation et tribunes ici reproduits donnent matière à information et à discussion. Il ne s’agit pas seulement de « déconstruire » l’idéologie dominante et de soutenir les mobilisations populaires ; mais encore de porter un regard critique sur l’expérience militante, quitte à aborder frontalement des questions aussi brûlante que les violences extrêmes perpétrées par certaines organisations au nom de la révolution et du peuple.

Notre site est tout récent, mais nous y plaçons des textes et documents plus anciens qui aident à restituer la mémoire et l’histoire des mouvements, des combats et des débats.

Ce site, enfin, est un moyen d’élargir des campagnes collectives — comme la défense des militants inculpés lors des mobilisations anti-OMC de Hongkong - et d’impulser initiatives de solidarité — comme envers les populations sinistrées du tremblement de terre au Cachemire et au Pakistan.

Notre association espère que ce nouveau né, ce petit dernier dans la galaxie militante d’Internet, s’avérera, malgré ses nombreuses imperfections, utile tant pour l’action que pour la réflexion de celles et ceux qui luttent pour un monde solidaire.

* Europe solidaire sans frontières (ESSF) : http://www.europe-solidaire.org