Communiqué

Main basse sur l’eau

, par NPA

Le NPA appelle tous les franciliens à se rassembler avec la coordination eau Île-de-France et à manifester devant l’usine de Choisy-le-Roi (94) où le contrat du Syndicat des Eaux d’Ile-de-France (SEDIF) en faveur de Véolia va être renouvelé, jeudi 24 juin 2010,

Le SEDIF est délégué depuis sa création en 1923 à Véolia eau (ex-Générale des Eaux). Le contrat va être renouvelé pour une durée de 12 ans.

Le NPA est opposé à la marchandisation de l’eau, bien commun et universel essentiel à la vie. Les multinationales françaises comme Véolia ou Suez qui tirent partout sur le globe des profits de ce bien commun devrait être nationalisées, sous contrôle des salatiés et des usagers, pour ne plus sévir.

Le SEDIF est le plus gros contrat européen de Véolia. Jeudi 24 juin, ce sont les représentants des plus de 130 communes du SEDIF qui vont, sans aucune concertation préalable de la population, à nouveau signer ce contrat juteux.

Alors que Paris est passé en gestion publique comme Cherbourg, Grenoble, ce contrat avec Véolia est de plus en plus dénoncé par les associations d’usagers comme par la cour régional des comptes en raison de son opacité et ses marges gigantesques.

Alors que le contrat n’est pas encore signé, le SEDIF et Véolia annonce une baisse de prix de 10%... pour les plus gros consommateurs. Cette baisse est bien sûr insuffisante au vue du taux de marge de plus de 58% de Véolia. Mais, ce sont les usagers qui payent une fois de plus ce cadeau à Véolia fait par des élus sensibles aux intérêts du privé.

Le dernier vote du SEDIF a eu lieu à bulletin secret permettant a des dizaines d’élus de gauche de voter pour Véolia en toute sérénité.

Nous exigeons cette fois-ci la plus grande transparence et appelons les représentants des 135 communes à ne pas signer ce contrat à Véolia.

Le 22 juin 2010