Rendez-vous au camp action climat

, par JUIN Irène

Résistant.e.s ! Le Camp action climat vous appelle à rejoindre la lutte contre le système capitaliste responsable du changement climatique, générateur de chaos social et de ravages environnementaux.

Les Camps action climat sont des rassemblements annuels de militants venant camper aux abords d’une installation industrielle, particulièrement émettrice de CO2. Ils ont débuté en 2006, à Drax en Angleterre, près de l’une des plus grosses centrales à charbon du pays. Ils ont essaimé en Australie, en Finlande, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique... et récemment en Inde et au Ghana.

Sur le modèle des anti-G8, ces villages alternatifs à durée éphémère préparent pendant quelques jours des attaques contre leur cible, comme les altermondialistes ont tenté de bloquer les sommets des chefs d’État. Les camps action climat sont en général déconnectés de l’actualité internationale, sauf à Bonn où le camp était organisé en marge de la conférence de l’ONU sur le climat en juin dernier. Ils travaillent les alternatives au système qu’ils dénoncent : le moins de consommation électrique possible, micro-production éolienne, toilettes sèches, alimentation végétalienne et une batterie d’ateliers et rencontres sur les conséquences du changement climatique, les mécanismes des droits à polluer, les luttes, les alternatives…

Les camps action climat se sont rassemblés à Copenhague en décembre dernier et ont rejoint le mouvement altermondialiste Climate justice action ! (CJA !). CJA ! est composé de groupes et d’individus issus d’une mobilisation de la base, non institutionnelle, qui dénoncent violemment la position des ONG sociales et environnementales dans leur accompagnement du système. Son slogan est « Changeons le système, pas le climat ! » et il a édité une brochure cette année intitulée : « Pourquoi le changement climatique n’est pas une question environnementale ».

En France, le premier Camp action climat s’est déroulé, en août 2009 à Notre-Dame-des-Landes (44), contre le projet d’aéroport, projet particulièrement absurde au vu des engagements pris par les États au niveau international pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.


Un site à proximité de la raffinerie de Normandie de Total, à côté du Havre, a été choisi cette année comme symbole de la nécessité de la sortie du pétrole. Il a été choisi aussi parce que le département de Seine-Maritime, celui qui émet le plus de gaz à effet de serre par habitant, a un taux de cancer des plus élevés et un taux de chômage aussi très important.

Au menu du Camp action climat du Havre entre le 22 juillet et le 1er aout cet été : actions directes de désobéissance, développement d’alternatives concrètes, partage de savoirs et construction du mouvement altermondialiste. La dimension éducative du camp est très importante, elle permet à des personnes qui n’ont jamais réalisé d’action directe et sans expérience militante solide de participer et d’y trouver leur compte.

Parce que les activistes du camp ont la volonté de faire converger les luttes, tout en ayant une connaissance assez peu partagée des luttes des travailleurs de Total entre autres, ils ont prévu dans le calendrier du camp, un temps dédié à la rencontre avec ces derniers : le 29 juillet à 19 heures, ainsi que la distribution d’un tract à l’entrée des boîtes pour expliquer leur démarche et montrer que lutter contre les industries polluantes, c’est lutter avec les travailleuses et les travailleurs de ces industries pour une reconversion juste socialement et écologiquement de leur activité.

Irène Juin

Message aux « organisations »

[...] Nous avons fait le choix de demander aux organisations, aux syndicats, aux partis, aux associations, de ne pas s’afficher en tant que tels : ni logo, ni drapeau. [...]

Cependant, le Camp action climat doit être un lieu de débat, et ces débats ont aussi besoin des constructions collectives, réflexions et positionnements présentés par ces « mouvements sociaux », par cette société civile qui structure beaucoup les luttes sociales et environnementales.

Donc si vous êtes militant.e.s d’une « orga », vous êtes les bienvenu.e.s. Vous pourrez participez comme tout.e autre participant.e à la vie du camp, aux discussions, aux tâches quotidiennes. Si vous avez de l’information à partager via des brochures, des documents, des tracts, il est possible de les laisser dans les lieux prévus pour (infokiosque et autres tentes info…), mais rien ne pourra être vendu : pas de merchandising, pas de t-shirts, etc. Le camp fonctionne sur le principe du prix libre, donc prévoyez plutôt des brochures à faible prix de revient, des tracts, etc. À vous d’organiser cette transmission d’info, en coopération avec tous les autres apports de documents, tracts, etc.

infos : www.campclimat.org

P.-S.

* Paru dans Hebdo TEAN 63 (08/07/10).