Déclaration et rapport du séminaire des mouvements sociaux de Dakar (novembre 2010)

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

, par Assemblée des mouvements

Séminaire des mouvements sociaux / Dakar / 5-7 novembre 2010
Lieu : Université Cheikh Anta Diop (UCAD II) , Dakar, SENEGAL

 1. Rapport final

Le troisième séminaire des mouvements sociaux réuni à Dakar du 5 au 7 novembre 2010, dans le cadre de la préparation du Forum social mondial de Dakar en février 2011 a adopté le rapport final suivant.

La crise globale du système capitaliste et patriarcal (économique, financière, environnementale, climatique, alimentaire, énergétique, sociale, migratoire, culturelle) produit des effets sociaux particulièrement dramatiques, en paupérisant encore davantage les plus vulnérables et en excluant de plus en plus de personnes de l’accès à la terre, aux semences, aux crédits pour les paysans, à l’eau, à la nourriture, au logement, à l’emploi, à la santé, à l’éducation, à l’énergie.... Elle provoque des dégâts irréversibles sur l’environnement et les êtres vivants.

Cette guerre sociale contre l’immense majorité de la population n’est rendue possible que, par l’accaparement de toutes les ressources, par les programmes d’ajustement structurels et la dette, par le maintien à un taux historiquement élevé du chômage. La situation de guerre totale, la militarisation, la criminalisation des mouvements sociaux, la dérégulation des relations internationales, la remise en cause du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et la corruption sont des outils de cette offensive.

La crise systémique est aussi une crise environnementale et climatique. Par ailleurs, Les catastrophes dites ’naturelles’ touchent particulièrement les populations les moins protégées comme l’ont montré les inondations en Afrique et Asie, les tremblements de terre à Haïti, au Chili et en Indonésie...

Le continent africain qui accueille ce séminaire de l’Assemblée des mouvements sociaux connaît à un degré élevé tous ces effets : exclusion des populations du bénéfice des richesses naturelles du continent, minières, agricoles et halieutiques, accaparement des terres par des transnationales et des Etats pour produire des agrocarburants ou des aliments pour les marchés extérieurs, ou pour accumuler des déchets, diminution des transferts par les migrants qui figurent parmi les premières victimes de la crise dans les pays d’accueil et portent atteinte aux droits fondamentaux à la libre circulation et à la libre installation. Les jeunes sont exclus de tout espoir d’une vie meilleure par l’impossibilité d’accès à un emploi stable ce qui accentue les phénomènes d’émigration.

Les atteintes à la souveraineté des Etats africains par les transnationales, les Institutions financières internationales et les pays du Nord se traduisent par une violence quotidienne, dont les femmes sont les principales victimes, entraînant des mouvements forcés de populations fuyant ces crises, etc.

Cette conjoncture, si elle pèse sur les résistances, représente également un énorme défi pour les mouvements sociaux. Face aux divisions et à l’isolement des luttes, d’immenses mouvements populaires, unifiés et combatifs ont su obtenir des victoires au Niger en 2005 contre la hausse de la TVA, en Bolivie lors de la guerre de l’eau, en Inde contre la privatisation des rivières, ...

L’Assemblée des mouvements sociaux, conçue comme espace des luttes est donc confrontée à un double défi : construire l’articulation des résistances et luttes de base, construites patiemment dans les communautés, les villes et les zones rurales, les camps de réfugiés, les bidonvilles,... et les perspectives de changements radicaux qui prouvent que le système capitaliste, productiviste et patriarcal, n’est pas l’horizon indépassable pour l’humanité.

Une autre définition des richesses, ainsi qu’une autre répartition en fonction des besoins fondamentaux des populations et des capacités des écosystèmes permettent ici et maintenant la construction d’un monde juste, sans guerres et sans discriminations.

 2. Décisions

Nous, mouvements sociaux réunis lors du troisième séminaire mondial des mouvements sociaux :

1) Réaffirmons que le processus de l’assemblée des mouvements sociaux (AMS) est un espace de convergence et d’articulation des luttes sociales. Au sein de l’AMS, nous agissons pour rendre visibles les luttes, les coordonner et les renforcer.

2) Créons un groupe de facilitation de l’assemblée des mouvements sociaux du FSM 2011 de Dakar. Composé de mouvements sénégalais, africains et internationaux. Ce groupe a pour tâche principale de préparer l’assemblée du FSM 2011 de Dakar. Ce groupe est un groupe ouvert ; pour l’intégrer, s’adresser à : Vanessa Jarlot (Attac/CADTM Togo) : vanessa.jarlot cadtm.org

3) Commençons dès aujourd’hui à mobiliser massivement pour assurer un succès populaire à l’assemblée des mouvements sociaux (et donc au FSM).

4) Appellerons, lors du Conseil International du FSM de novembre 2010, à confirmer le consensus de juillet [1]. En conséquence, l’AMS disposera d’un espace et se tiendra après les assemblées thématiques. Nous ferons également en sorte que les rencontres des mouvements sociaux, avant et pendant le FSM, soient facilitées.

5) Organiserons l’AMS du FSM Dakar dans l’espace du FSM (UCAD II). Cependant, nous organiserons, en tant qu’AMS, une ou plusieurs activités « extérieures », avant et/ou pendant le FSM, pour exprimer concrètement notre solidarité avec les luttes sociales.

 3. Groupe de facilitation de l’assemblée des mouvements sociaux du FSM Dakar 2011

Groupe de facilitation de l’AMS du FSM Dakar 2011

Sénégal
UNSAS/CADTM Sénégal Diop Mamadou
UNSAS/CADTM Sénégal Sene Abdulaye
CADTM Sénégal Sambakhe Zakaria
APROFES Sarr Binta
APROFES Fall Cheikh
CSAD Soumaré Bambi
MASEPS Ba Idrissa
CSA Diakhaté Ndéye
REDA Ba Aliou
REDA Seck Astou
CNCR / Via Campasina Ba Mamadou
Le Che Sarr Alioune
AMS/FIPA Mansour Niang
COSEF/FIDF Tall Bineta
CN/MMF Sarr Ndeye Fatou
UDTS/CADDJK Badji Aminata
FRGPF Touré Yacine
CNTS Diouf Annie
CIMAC Diop Alioune
AFEME Touré Aïda
Radio Jokko FM Sow Mbaye

Mali
CAD Mali Dembélé Souleymane
MMF Mali Cissé Nana Aïcha

Maroc
ATTAC/CADTM Rahmani Mimoun

Togo
ATTAC/CADTM Togo Jarlot Vanessa
Les Amis de la Terre Amegadze Kokou

Afrique du Sud
MMF Wilhelmina Trout

France
ATTAC Azam Geneviève
CADTM Quemar Claude
Via Campesina Riffaud

Belgique
CADTM Bonfond Olivier

Brésil
CUT Bento Alexandre


Notes

[1« Après la demande de plusieurs mouvements sociaux, un dialogue a été ouvert concernant l’assemblée des mouvements sociaux. L’importance et la légitimité a été soulignée, tout comme le fait qu’elle est présente dans le processus FSM depuis le début. L’assemblée se tiendra probablement le 5e jour du Forum, après les autres assemblées thématiques, et un effort sera réalisé que cette assemblée ne soit pas confondue avec l’assemblée des assemblées, avec la convergence global du processus, et que cette assemblée n’est pas le porte parole du FSM. »
http://www.forumsocialmundial.org.br/download/Report%20Seminar%20Dakar%20July%202010.pdf

Pas de licence spécifique (droits par défaut)