Japon : un appel urgent à la solidarité financière

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Mise à jour : les fonds collectés par ESSF sont destinés à la régionale Nord-Est du Conseil national des syndicats indépendants (NTUC), qui opère dans les régions sinistrées. Plus de 15.000 euros ont été collectés au 4 octobre 2011, dont 14.7495 ont été envoyé au Japon.

Pour plus d’informations et des documents émanant de cette coordination syndicale, cliquez sur le mot clé : NTUC (Japan)


Le Japon frappé par un tremblement de terre d’une violence rarissime, suivi d’un tsunami dévastateur et maintenant d’une catastrophe nucléaire dont il est encore impossible d’estimer l’ampleur…

Nous lançons un appel urgent à la solidarité financière. Nous ne savons pas encore comment l’aide pourra être acheminée sur place, mais nous avons maintenu le contact avec nos organisations sœurs, notamment dans la région de Tokyo. Nous étudierons avec elles les urgences et les modalités, mais nous savons déjà que les besoins seront immenses.

Vous pouvez envoyer des dons via Europe solidaire sans frontières (ESSF) :

Chèques
chèques en euros seulement à l’ordre d’ESSF à être envoyés à :
ESSF
2, rue Richard-Lenoir
93100 Montreuil
France

Banque :
Crédit lyonnais
Agence de la Croix-de-Chavaux (00525)
10 boulevard Chanzy
93100 Montreuil
France
ESSF, compte n° 445757C

Coordonnées bancaires internationales :
IBAN : FR85 3000 2005 2500 0044 5757 C12
BIC / SWIFT : CRLYFRPP
Compte au nom de : ESSF

En France, ces dons donnent droit à des déductions d’impôt. Il nous faut votre adresse pour vous envoyer un reçu fiscal (en général indiquée sur les chèques).

Nous vous tiendrons régulièrement informés par notre site de l’évolution de la situation sur place et des initiatives de solidarité.

Nous avons de nombreux contacts au Japon avec les membres d’associations comme Attac ou PP21, de syndicalistes ou des deux organisations liées à la Quatrième Internationale (JRCL et NCIW).

Pour l’heure nous avons reçu des nouvelles rassurantes des personnes résidant à Tokyo et Osaka. Nos amis d’Iwaki, de Sendai/Miyagi (une région directement frappée par le tsunami) sont vivants, mais les dégâts matériels sont considérables.

La situation peut s’aggraver à nouveau avec des « répliques » du séisme et, pire encore, avec l’accroissement de la radioactivité.

Pierre Rousset
Danielle Sabai


Dernières informations

Un centre régional chargé de recevoir des fonds de solidarité se met actuellement en place dans le cadre d’une coordination syndicale indépendante, Zenrokyo (National Trade Union Council — Conseil national des syndicats) et sa branche régionale le Northeastern Zenrokyo.

Le 17 mars 2011