Manifestation massive contre le nucléaire en Allemagne

, par PATO Thadeus

Prévue avant la survenue de la catastrophe de Fukushima, la manifestation antinucléaire du 12 mars a été un énorme succès.

C’était une triste coïncidence : le mouvement anti-nucléaire allemand planifiait depuis longtemps une grande mobilisation contre la décision du gouvernement d’étendre considérablement la durée de vie des centrales nucléaires du pays, annulant ainsi la loi adoptée par l’ancien gouvernement SPD/Verts.

Ce samedi 12 mars, une chaîne humaine géante de 45 km de long a été formée entre la centrale nucléaire de Neckarwestheim et le siège du gouvernement régional du Bade-Wurtemberg à Stuttgart. 60 000 personnes ont pris part à cette manifestation, qui s’est déroulée en plein campagne électorale régionale. Cette manifestation s’est déroulée le jour même où la centrale de Fukushima s’est effondrée après le tremblement de terre au Japon.

 Une majorité contre l’énergie nucléaire

Depuis des décennies, il y a une majorité stable et absolue dans les sondages en Allemagne contre l’utilisation de l’énergie nucléaire. On a assisté, l’année dernière, a une forte remontée des mobilisations anti-nucléaires, avec l’apparition d’une nouvelle génération de jeunes militants. Les mobilisations de 2010 contre les transports de déchets nucléaires avaient été les plus importantes depuis 15 ans. Mais le gouvernement fédéral de coalition entre les conservateurs et les libéraux a ignoré ces manifestations.

L’ancien gouvernement social-démocrate et Vert avait adopté une loi qui limitait dans le temps le fonctionnement des installations nucléaires existantes. Mais ce n’était qu’un mauvais compromis. La « sortie » de l’énergie nucléaire était destinée à être longue, et, pire encore, cette loi avait été faite d’une telle manière qu’il était assez facile pour le gouvernement suivant de la modifier.

Ainsi, le gouvernement actuel a fait valoir, que les centrales nucléaires sont nécessaires pour lutter contre le changement climatique, pour le grand profit d’entreprises qui peuvent compter sur des milliards de bénéfices supplémentaires tirés de centrales qui sont en partie presque aussi vieilles que celle de Fukushima ...

 Un mouvement de plus en plus massif

La manifestation du 12 mars a donc été un énorme succès qui a constitué une surprise - même les plus optimistes n’avaient pas prévu un tel nombre de participants. La catastrophe de Fukushima donne au mouvement anti-nucléaire une nouvelle ampleur. Personne ne croit dans les déclarations officielles hâtives du gouvernement, selon lesquelles une catastrophe similaire ne peut arriver en Allemagne. Beaucoup de gens ont très clairement à l’esprit les mensonges des autorités disant « Il n’y a aucun danger » lors des premiers jours après la catastrophe de Tchernobyl.

Et il y avait d’autres mobilisations ce 12 mars. Dans plusieurs villes dans tout le pays, des manifestations spontanées ont eu lieu, organisées par la gauche radicale et par des initiatives locales. Pour le lundi 14 mars, il y a eu un appel à des mobilisations à l’échelle nationale à 18 heures et le nombre de villes touchées par ce mouvement a doublé pendant le week-end.

Notre solidarité va au peuple du Japon, frappé par le séisme et la catastrophe nucléaire. Mais la meilleure façon d’exprimer cette solidarité est de prendre part au mouvement contre l’énergie nucléaire et de lutter pour l’arrêt immédiat des centrales nucléaires à travers le monde.

Thadeus Pato


P.-S.

* Traduction française par www.lcr-lagauche.be

* Thadeus Pato est membre du RSB (section allemande la IVe Internationale) et du Bureau International de la IVe Internationale. Cet article est d’abord paru dans International Viewpoint Online magazine : IV434 - March 2011.