Message du Tohoku Zenrokyo : “Nous souhaitons exprimer de tout coeur notre appréciation pour votre aide solidaire, amis japonais et internationaux"

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Message en date du 1er avril 2011 de la commission de contre-mesures au grand tremblement de terre du Japon oriental – une commission de la régionale Nord-est du Conseil national des syndicats (Tohoku Zenrokyo, Northeastern NTUC).


Northeastern NTUC
1er avril 2011

A nos amis et soutiens

1er avril 2011

Yasuo Kameya : Commission de contre-mesures au grand tremblement de terre du Japon oriental – régionale Nord-est du Conseil national des syndicats (Tohoku Zenrokyo, Northeastern NTUC)

Nous souhaitons exprimer de tout cœur notre appréciation pour votre aide solidaire, amis japonais et internationaux, et pour les encouragements plein de sympathie que vous nous manifestez. Merci beaucoup.

Trois semaines ont passé depuis le grand tremblement de terre du Japon oriental et notre situation est aujourd’hui la suivante :

Dans la préfecture de Miyagi et la ville de Sendai, la préfecture d’Iwate et l’intérieur de celle de Fukushima, les services de l’eau, de l’électricité et du gas ont été restaurés pour une part considérable. La vie quotidienne retourne graduellement à la normale et les queues devant les magasins, devenues habituelles après le séisme, disparaissent, bien qu’en de nombreux endroits la remise en état est retardée à cause des lézardes et autres dommages provoqués par le tremblement de terre.

Dans le même temps, dans les zones côtières des trois préfectures du Nord-Est frappées par le tsunami, la recherche des personnes disparues, qui se montent actuellement à environ 20.000, et la restauration des routes endommagées, de la fourniture en eau, de la distribution d’électricité, du système téléphonique, etc. etc., ne s’est pas bien poursuivie, malgré les plus grands efforts déployés par les pompiers envoyés sur place, les soldats des Forces d’autodéfense, les travailleurs municipaux et préfectoraux, les policiers, enseignants, employés des entreprises et municipalités dévastées et par les personnes évacuées elles-mêmes.

Le long de la côte pacifique du Japon oriental, villes et villages offrent un spectacle de désolation. Les maisons des résident.e.s ont été détruites, les rizières et les champs de légumes sont couverts d’un sable plein de sel, d’algues, d’eau et de pétrole. Les hôpitaux, écoles, infrastructures de communication, entreprises et ports restent dévastés dans toutes les zones frappées par le raz-de-marée.

Le nombre de personnes mortes ou portées disparues du fait du séisme et du tsunami atteint les 29.000 et il y a environ 200.000 évacué.e.s, dont 80.000 dans la préfecture de Miyagi, 42.000 dans celles d’Iwate et 30.000 pour Fukushima.

En sus, il y a plus de 100.000 personnes évacuées, y compris lesdits évacués « volontaires », à cause du désastre nucléaire de Fukushima. Elles sont obligées de vivre dans des conditions difficiles dans divers centres d’évacuation de Fukushima ou d’autres préfectures. La catastrophe nucléaire a fait obstacle à la recherche des disparus dans une zone de 30 km de rayon. Un grand nombre de résident.e.s de la préfecture de Fukushima sont privés de leurs lieux d’existence et sont confronté.e.s à des conditions extrêmement difficiles dans les centres d’évacuation loin de chez eux.

Jusqu’à maintenant, notre régionale Nord-est du Conseil national des syndicats (Tohoku Zenrokyo, Northeastern NTUC) a eu pour priorité la localisation et la sécurité de ses membres constituants et de leurs familles, tout en distribuant de l’huile de chauffage aux personnes âgées et autres foyers démunis, ainsi que des chauffages électriques là où se trouvent des bébés. Dans la région de la ville d’Ishonomaki, préfecture de Miyagi, nous contribuons aussi à nettoyer les maisons qui avaient été envahies par les eaux à cause du tsunami et nous acheminons des dynamos aux centres d’évacuation sans électricité.

Par ailleurs, Takahashi, le président du comité exécutif, ainsi qu’Ohashi, l’un de ses membres, de l’Union des travailleurs industriel des chemins de fer (Railway Industrial Workers Union, un syndicat constituant du Northeastern-NTUC) ont perdu leur lieu de résidence dans le raz-de-marais. Ils ont chacun pu louer un appartement et quitter leurs centres d’évacuation : tous deux ont pu repartir à zéro, les nécessités de la vie courante étant fournies par les membres de Miyagi Zenrokyo (Miyagi NTUC).

Notre commission de contre-mesures va envoyer ses équipes d’action pour vérifier la sécurité et la localisation de nos amis âgés et de leurs familles à Watari-cho dans la préfecture de Miyagi, et la ville de Souma et Minami-Souma dans la préfecture de Fukushima.

Il est maintenant possible d’acheter les biens nécessaires aux secours [dont les stocks étaient auparavant épuisés ou détruits] à Sendai ou d’autres localités. Nous allons passer à un autre schéma d’action dans le cadre duquel notre commission de contre-meusres de Tohoku Zenrokyo (Northeastern NTUC) pourra distribuer les biens nécessaires grâce aux dons envoyés par nos ami.e.s et soutiens.

Nous en appelons à nos ami.e.s et soutiens pour qu’ils envoient à Sendai des délégations de trois ou quatre personnes pour voir ce qu’il en est sur place : nous pouvons accueillir jusqu’à quatre personnes. Prenez, s’il vous plaît, contac avec notre commission de contre-mesure pour les dates.

Une fois de plus, nous vous remercions de votre soutien solidaire, dans l’attente de nouveaux soutiens et coopération.