Affair DSK : rassemblement à Paris en soutien à Tristane Banon. Pour exiger que justice soit faite !
19 septembre 2011
version imprimable Enregistrer au format PDF n°22940

Pour soutenir Tristane Banon
Pour exiger que justice soit faite !

RASSEMBLEMENT
Palais de Justice – Métro St Michel ou Cité
le 24 septembre à partir de 14h

Lorsque la journaliste et écrivaine Tristane Banon a porté plainte contre Dominique Strauss-Kahn pour tentative de viol, sa parole a été immédiatement mise en doute dans l’espace public et dans les médias. Comme souvent en pareil cas, elle a été jugée trop fragile ou, au contraire, trop manipulatrice, trop souriante… L’essentiel étant de l’attaquer puisqu’elle avait osé porter plainte. Sa plainte, dit-on, ne viserait qu’à lui attirer davantage de notoriété – on sait pourtant qu’une plainte pour viol est une épreuve très pénible. Comment pourrait-on la confondre avec une opération de communication ?

Les victimes de viol ou d’agressions sexuelles sont presque toujours jugées « trop » ou « pas assez », et ce sont elles, finalement, qui se retrouvent accusées de ne pas s’être comportées comme il faut, voire poursuivies pour dénonciation calomnieuse ! Sous cette pression, seules 9,3 % d’entre elles portent plainte.

Cela ne peut plus durer : la justice et la société doivent entendre la parole des victimes !

En 2009, 198 000 femmes ont été victimes de violences sexuelles en France. Il ne s’agit pas de faits divers isolés mais d’un phénomène de société massif qui prouve que notre société reste profondément sexiste. Chaque violence sexuelle contre une femme est un instrument de déshumanisation, une négation de notre volonté et de notre désir. Et pourtant, seuls 2 % des violeurs sont condamnés ! Comme le font des centaines de milliers d’autres hommes, Dominique Strauss-Kahn a cru pouvoir profiter de son pouvoir pour soumettre Tristane Banon à sa domination en toute impunité.

Le viol est un crime. Le harcèlement sexuel, les agressions sexuelles sont des délits graves.
Les agresseurs doivent étre jugés et condamnés.

Nous exigeons que les candidat-es aux élections présidentielles s’engagent à lutter contre ces crimes et délits sexistes, avec des moyens conséquents. Nous exigeons que les candidat-es du Parti socialiste prennent une position claire vis-à-vis de DSK, après les témoignages de plusieurs femmes dénonçant le harcèlement ou la violence sexuelle exercée à leur encontre.
Plus largement, nous affirmons : pas de violeurs, pas de harceleurs, aucun agresseur aux postes à responsabilités.

Dénonçons ces crimes contre notre humanité ! Nous ne nous tairons pas : pas de justice, pas de paix !

Prochaine Assemblée générale Féministe
le lundi 5 octobre - 18h30
Bourse du Travail, Salle Jean Jaurès
3 rue du Château d’eau, Paris 10e


Mis en ligne le 23 septembre 2011
   Cliquer sur la flèche pour remonter en haut de la page