Le bloc-notes

Forum social européen de Londres : dernière ligne droite

, par AGUIRRE Léonce, HAYES Ingrid

Les 3, 4 et 5 septembre s’est tenue à Bruxelles la dernière assemblée européenne de préparation du troisième Forum social européen, qui aura lieu à Londres du 14 au 17 octobre.

Première bonne nouvelle, l’assemblée de préparation du Forum social européen (FSE) qui s’est tenue du 3 au 5 septembre a permis de constater que les problèmes logistiques et financiers liés aux réalités britanniques ont été en grande partie surmontés, même si les prix du FSE demeurent élevés. Cela constitue un handicap pour l’ouverture sociale et géographique du forum, et ce malgré l’existence d’un fonds de solidarité. Les organisateurs ont maintenant l’assurance que des subventions des principales fédérations syndicales et de la mairie de Londres permettront au forum social de se tenir dans de bonnes conditions. Hôtels bon marché, logements collectifs, transports gratuits à Londres, tout semble accessible, à condition de réserver rapidement.

Ces trois jours à Bruxelles ont permis de mettre la dernière main au programme des conférences plénières et des séminaires. Rappelons que les débats s’articuleront autour de six axes : la guerre et les résistances que les peuples lui opposent ; la question de la démocratie et des droits fondamentaux en Europe ; la justice sociale, thème qui inclut les luttes syndicales ou les luttes en faveur de l’éducation, de la santé, du logement, de la culture ; la mondialisation capitaliste et sa critique radicale ; la lutte contre le racisme et les discriminations ; les questions environnementales qui, des transports aux OGM, posent la question de la nécessité d’un développement permettant à la fois de satisfaire les besoins humains et de préserver les équilibres écologiques.

L’assemblée des mouvements sociaux, qui clôt traditionnellement le FSE, est également en cours de préparation. Si elle est théoriquement à la fois un espace de débat et un point d’appui pour la construction d’alternatives, force est de constater qu’il est plus simple de mettre en œuvre le premier aspect que le second. Si le FSE de Florence avait permis de lancer la formidable mobilisation contre la guerre qui a abouti aux manifestations du 15 février 2003, celui de Saint-Denis n’a pas tenu toutes ses promesses, puisque les décisions qui avaient été prises lors de l’assemblée générale sur les questions sociales n’ont pu être mises en œuvre. Cette fois, il est vital pour le mouvement que nous y parvenions, que cela concerne la question de la défense des services publics ou celle des délocalisations.

La préparation du FSE de Londres permet à la Grande-Bretagne, jusqu’ici peu intégrée dans le processus des forums sociaux, d’en faire l’expérience et de constituer un mouvement national mais aussi des liens avec le mouvement européen dans son ensemble, et donc de prendre en compte ses problématiques spécifiques. De ce point de vue, il y a eu des avancées, même s’il y a encore des manques importants dans le programme, notamment sur les questions de construction européenne, sur les droits des femmes et la place des jeunes. En particulier, il n’a pas été possible d’imposer une véritable assemblée des femmes qui aurait pu poursuivre les travaux entamés à Bobigny.

Le FSE se terminera par une manifestation dans le centre de Londres, qui devrait prendre en compte toutes les dimensions du mouvement, et en particulier les questions sociales, qui sont cruciales pour la survie des forums. Il faut éviter qu’elle soit centrée uniquement sur la guerre et contre Bush, bien que la proximité des élections américaines rende l’affaire tentante.

Une fois encore, les enjeux de ce rendez-vous sont essentiels. Il doit permettre la consolidation de réseaux déjà existants, la mise en place de nouveaux, l’avancée dans la construction d’alternatives. Il sera aussi l’occasion de progresser dans l’affirmation d’une gauche anticapitaliste à l’échelle européenne.

La mobilisation s’organise et sera importante en Grande-Bretagne, mais il y aura aussi d’importantes délégations des différents pays d’Europe, venues notamment du Nord et de l’Est. Reste à réussir la mobilisation en France.

Ingrid Hayes, Léonce Aguirre

* Tous les renseignements pratiques se trouvent sur le site www.fse-esf.org. Le mieux est de s’inscrire le plus rapidement possible : les 20 000 premiers inscrits bénéficieront d’une carte de transport gratuite pendant la durée du FSE, et cela permet au comité organisateur de bénéficier de liquidités immédiates.


FORUM SOCIAL EUROPÉEN

À Londres, du 15 au 17 octobre

Le troisième Forum social européen (FSE), qui se tiendra à Londres du vendredi 15 au dimanche 17 octobre, sera le lieu de nombreux débats sur la riposte à organiser face à la tentaculaire offensive libérale, sur les stratégies à mettre en œuvre pour lui donner un coup d’arrêt et reprendre l’offensive. Mais au-delà de ces confrontations utiles et nécessaires, l’enjeu de ce FSE et de l’Assemblée générale (AG) des mouvements sociaux qui aura lieu le dimanche matin, est de faire émerger des perspectives de mobilisation sur plusieurs terrains.

Au moment où elle est en phase de ratification, il serait extrêmement important que puisse être menée, sur la base d’un appel commun, une campagne à l’échelle continentale, pour mettre en échec la Constitution européenne en lui opposant, loin des nationalistes réactionnaires de tout poil, la perspective d’une Europe des travailleurs et des peuples.

Maintenir la mobilisation la plus large possible contre la guerre, pour le retrait des troupes d’occupation d’Irak, pour les droits du peuple palestinien, pour le départ des troupes russes de Tchétchénie, sera également un des enjeux majeurs du FSE. Avec à la clé une série d’échéances comme la semaine internationale contre la construction du mur en Palestine du 9 au 13 novembre, la journée de mobilisation sur la Palestine le 10 décembre ou les manifestations prévues en février au moment de la tenue du sommet de l’Otan à Nice ou lors du G8 en Écosse en juillet 2005.

Enfin, sera discutée la possibilité, à l’occasion du Conseil européen de mars prochain, d’organiser une journée européenne de mobilisation, avec une manifestation à Bruxelles, pour la défense des droits sociaux, politiques et culturels sans cesse remis en cause par la politique néoconservatrice de l’Union européenne.

Alors, pas de doute, il faut aller à Londres.

Léonce Aguirre

* Inscription sur le site http://www.fse-esf.org>, avec possibilité de paiement par carte bancaire. Réservation d’un logement possible sur le même site. Pour le transport, possibilité de réserver des cars Paris-Londres au.

* Rouge n° 2080, 30/09/2004


P.-S.

* Paru dans Rouge n° 2077, 09/09/2004.

Pas de licence spécifique (droits par défaut)