Japon : bilan financier de notre campagne de solidarité en 2011

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

, par ESSF, ROUSSET Pierre, SABAI Danielle

Notre association, Europe solidaire sans frontières, a initié trois campagnes de solidarité financière en 2011 (Japon, Pakistan et Philippines). Nous présentons ci-dessous le bilan financier de la première d’entre elles, lancée après la terrible désastre du 11 mars – tremblement de terre, tsunami et catastrophe nucléaire de Fukushima – qui a frappé la région Nord-Est [1].

Nous concentrons actuellement nos efforts sur les deux autres campagnes (Pakistan et Philippines), mais la situation de catastrophe est loin d’être surmontée au Japon, tant sur le plan social que nucléaire. Nous reviendrons donc ultérieurement son évolution.


 Le point sur la collecte des fonds et la solidarité

Fin 2011, 15.337,73 euros ont été collectés dans le cadre de l’initiative de solidarité financière lancée par notre association, ESSF [2].

Sur cette somme, 14.795 euros ont été transférés au Japon.

Frais

Il y a eu 312,53 de frais dont 183,53 frais de transferts bancaires

Il reste un solde positif de 232,20 euros qui sera bientôt remis directement (pour éviter des frais de transfert sur une petite somme). Soit un total transféré de 15027,20 euros.


Provenance des fonds :

Allemagne : 1000 € (don individuel d’un membre d’ISL)

Congo : 20 € (don individuel)

France : 6610 €
NPA : 1500 euros
dons individuels : 5110 €

Grande-Bretagne : 1658,54 €
dons individuels : 578,54 €
dons de membres de Socialist Resistance : 1080 €

Hongkong : 2820 €
Pioneer Group : 2320 €
October Review : 500 €

Italie : 200 € (don individuel)

Norvège : 782,19 € (Pax Forlag As)

Pakistan : 35 € (LPP)

Philippines : 110 € (RPM-M)

Québec : 141 € (don individuel)

Sri Lanka : 50 € (NSSP)

Taiwan : 745 € (dons individuels) [Les fonds collectés à Taïwan ont été transmis directement au Japon, sans passer par le compte d’ESSF.]

Turquie : 500 € (dons indiviuels)

Réseau international : 686 € (Focus on the Global South)

Soit 12 pays, dont 1 d’Amérique du Nord, 1 d’Afrique, 6 d’Europe et 5 d’Asie – plus un réseau associatif international centré sur l’Asie (Focus).

L’Asie orientale représente donc l’un des contingents de pays le plus important. Cela exprime une solidarité « de proximité » entre des mouvements qui ont tissé des liens régionaux dans les forums sociaux et campagnes thématiques, et qui ont, de plus, tous vécu l’épreuve de catastrophes humanitaires.

Parmi les dons individuels, on trouve notamment des personnes qui répondent régulièrement aux appels à la solidarité initiés par ESSF.

Un réseau d’organisations politiques a aussi (bien qu’inégalement) répondu à l’appel lancé du Japon par la JRCL et le NCIW (en soutien à l’initiative d’ESSF) [3], deux groupes avec lesquels ils ont tissés des liens au sein de la Quatrième Internationale.

Les fonds collectés par ESSF étant destiné à une organisation syndicale opérant dans la région sinistrée – la branche nord-est du Conseil national des syndicats (NTUC) [4] –, des contacts ont été établis avec des organisations comme, en France, l’Union syndicale solidaire ou Attac, et l’appel a circulé dans des réseaux emails comme celui du Forum social européen (FSE). Solidaires a publié un document du NTUC que nous avions traduit dans le bulletin de sa commission internationale [5]. Nous avons aussi mené une action d’information commune avec ces deux organisations, à l’occasion notamment de la réunion du G20 du Havre.

En envoyant les fonds à la branche nord-est du NTUC, il s’agissait non seulement de s’assurer que notre aide matérielle ira directement aux secteurs populaires (et ce, à moindre frais !), mais aussi de renforcer la capacité d’action des mouvements sociaux pour que le prix de la crise ne retombe pas une nouvelle fois sur les plus démunis.

Rappelons que par ailleurs, d’autres mouvements ont lancé leurs propres appels à la solidarité financière, comme la Via Campesina (destinée à son organisation paysanne sœur Noumiren) ou les Amis de la Terre (soutien au Peace Boat ou la Fondation Tchernobyl Japon), alors qu’une association comme la Criirad offrait ses moyens et son savoir-faire au mouvement anti-nucléaire nippon (nous sommes entré en contact avec elle pour faciliter des contacts à l’occasion de leur mission dans l’archipel).

Grâce notamment à l’aide de nos contacts au Japon (et en France), nous avons pu avoir des traductions d’articles et de documents en provenance des mouvements sociaux et antinucléaires de l’Archipel – mis en ligne sur notre site ainsi que sur bien d’autres. L’information fait partie de la solidarité et nous poursuivons notre effort en ce domaine. Nous contribuons de même, selon nos moyens, aux mobilisations pour la sortie du nucléaire.

Pierre Rousset, Danielle Sabai
Europe solidaire sans frontières (ESSF)


 Envoi des dons

Pour envoyer des dons via Europe solidaire sans frontières (ESSF) :

Chèques
chèques en euros seulement à l’ordre d’ESSF à être envoyés à :
ESSF
2, rue Richard-Lenoir
93100 Montreuil
France

Banque :
Crédit lyonnais
Agence de la Croix-de-Chavaux (00525)
10 boulevard Chanzy
93100 Montreuil
France
ESSF, compte n° 445757C

Coordonnées bancaires internationales :
IBAN : FR85 3000 2005 2500 0044 5757 C12
BIC / SWIFT : CRLYFRPP
Compte au nom de : ESSF

En France, ces dons donnent droit à des déductions d’impôt. Il nous faut votre adresse pour vous envoyer un reçu fiscal (en général indiquée sur les chèques).