L’infamie – « C’est le seul mot qui peut résumer ce que nous sentons face à l’assassinat des copains de Charlie Hebdo. »

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

, par LOWY Michael

Infamie. C’est le seul mot qui peut résumer ce que nous sentons face à l’assassinat des copains de Charlie Hebdo. Un crime d’autant plus odieux que ces camarades artistes étaient des gens de gauche, anti-racistes, anti-fascistes, anti-colonialistes, sympathisants du communisme ou de l’anarchisme. Il y a peu ils avaient participé à un album en hommage à la mémoire des centaines d’Algériens assassinés par la police française à Paris le 17 octobre 1961. Leur unique arme était la plume, l’humour, l’irreverence, l’insolence. Aussi contre les religions, selon la vieille tradition anti-cléricale de la gauche française. Mais dans le dernier numéro de la revue, la couverture était une caricature contre l’islamophobie d’Houllebeck, et on trouvait à l’intérieur une page de caricatures contre la religion…catholique. Rappelons que Charb, le rédacteur en chef, était un dessinateur de sensibilité révolutionnaire, qui a illustré le livre de Daniel Bensaïd, Marx, mode d’emploi. Il était aussi présent dans la soirée en hommage à Bensaïd, où il croquait des dessins tendres et ironiques, qui étaient projetés au fur et à la mesure.

L’acte de ces fanatiques et intolérants djihadistes est un crime contre la liberté de la presse, la libre pensée, la liberté artistique. Mais il est aussi un crime contre l’Islam, et contre les musulmans de France, qui courent le risque de payer l’addition d’une infamie dans laquelle ils ne portent aucune responsabilité.

La vague d’islamophobie qui s’est développée en France ces derniers temps, avec le soutien de journalistes racistes comme Eric Zemmour, ou des écrivains « consacrés » comme Houellebeck, confond musulmans avec intégristes, et intégristes avec djihadistes, dans un amalgame sournois et manipulateur. Ce climat déletère favorise les divers courants racistes, « identitaires » et fascistes, et surtout l’entreprise de la famille Le Pen, qui a fait du racisme et de l’islamophobie son fonds de commerce. Ils essayeront naturellement d’utiliser le crime des djihadistes pour diffuser leur poison.

Les uns et les autres essayent d’instaurer un climat de « guerre des civilisations », selon la sinistre proposition de Samuel Huntington (un des architectes de la guerre du Vietnam). Il est urgent de rappeler que le vrai conflit de notre époque n’est pas entre « l’Islam » et « l’Occident », mais entre exploiteurs et exploités, oppresseurs et opprimés, et, en dernière analyse, entre les intérêts du capitalisme et ceux de l’humanité.

Michael Löwy


Pas de licence spécifique (droits par défaut)