Bilan des campagnes de solidarité financière assumées par ESSF en 2014

, par ESSF, ROUSSET Pierre

Voici un bilan synthétique des initiatives de soutien financier assumées en 2014 par notre association. Rappelons que ces initiatives ne concernent que l’Asie, même si par ailleurs ESSF popularise et participe à des campagnes de solidarité concernant d’autres parties du monde. Nos moyens sont en effet limités et c’est en Asie que nous avons tissé des liens particulièrement étroits avec des mouvements locaux à même de porter sur le terrain l’aide destiné aux populations dans le besoin ; à contribuer aussi à leur auto-organisation [1].

Notre association ne reçoit aucune subvention. L’activité d’ESSF est menée sur des bases entièrement militantes. Les coûts que nous sommes obligés de déduire des dons reçus sont donc très réduits ; à savoir environ 1% de « frais généraux » et sinon les coûts bancaires (commission prise par Paypal, frais de transferts…).

 I. Campagnes de solidarité spécifiques

Ces campagnes correspondent à des appels répondant à des situations spécifiques dans un pays donné. Elles peuvent être ponctuelles ou plus prolongées, bien que nous n’ayons malheureusement pas les moyens de les soutenir aussi longtemps dans la durée que cela serait nécessaire.

PHILIPPINES (Typhon Haiyan)

De novembre 2013 à la mi-2014, la principale campagne de solidarité initiée par ESSF a été en aide aux victimes du super typhon Haiyan dans l’île de Leyte (à Ormoc). Nous avons soutenu pour ce faire la coalition Mi-HANDS, basée à Mindanao.

Nous avons envoyé 3.000 € en janvier, 3.000 € en avril et 1.000 € en juillet 2014, ce qui fait qu’en tout, 29.000 € ont été envoyés via ESSF pour cette campagne.

Sans être aujourd’hui « active », cette campagne de solidarité n’est pas close. La coalition Mi-HANDS apporte son soutien à 812 familles, soit 3.070 personnes. Elle ne s’est pas contentée d’offrir des secours d’urgence, mais poursuit son action jusqu’à la « reconstruction sociale » sur de nouvelles bases (formation à l’agriculture soutenable, par exemple). C’est une activité menée sur le long terme, avec la recherche de financements variés. L’ampleur des besoins reste considérable. Si, par exemple, la réhabilitation de maisons endommagée a été effectuée, il manquait encore des fonds pour en reconstruire.

Le soutien transmis fin 2013, via ESSF a représenté une proportion très importante de l’aide reçue par la coalition Mi-HANDS pour son action en faveur des victimes du typhon Hayan. Cela n’est plus le cas maintenant, mais cette « ligne de solidarité » est toujours ouverte : les dons en ce domaine sont toujours bienvenus…

BANGLADESH

Nous avons répondu en 2015 à deux appels à la solidarité financière que nous ont adressées les associations paysannes BKF-BKS avec lesquelles nous collaborons et qui sont, par ailleurs, membre de la Via Campesina.

Le premier appel concernait :

• Le soutien à des populations rurales déshéritées, frappées par de graves inondations dans le nord du pays (les sous-districts de Bhurungamari et Nageshwary au Kurigram) – 352 personnes ont reçu des secours d’urgence.

• La fourniture de machines à coudre à des ouvrières du textile handicapées à vie à la suite de l’effondrement de l’immeuble industriel Rana Plaza en avril 2013 – vivant à nouveau dans leurs villages d’origine, elles se retrouvaient sans moyen de substance, à la charge de leur famille alors qu’auparavant, c’étaient elles qui contribuaient à l’essentiel du revenu familial monétaire. 40 machines à coudre ont été distribuées à des ouvrières parmi les plus touchées.

• Une aide à l’organisation de la « Caravane pour la souveraineté alimentaire, l’égalité de genre et la justice climatique » qui a traversé une partie du Bangladesh, l’est de l’Inde et s’est conclue au Népal, en coordination avec des mouvements paysans indiens et népalais.

Le second appel concernait l’achat de couvertures pour des populations rurales frappées par une météo inhabituellement froide – les changements climatiques en cours provoquent déjà au Bangladesh des modifications dans les cycles saisonniers et des températures extrêmes auxquelles les personnes ne sont pas préparées (vêtements chauds, chauffage…).

Nous avons dans un premier temps reçu 7.450 € et transféré au Bangladesh, en octobre 2014, 7.160 € ont été transférés au Bangladesh le 23 octobre 2014.

Cette somme a été utilisée pour un tiers pour les victimes des inondations, pour un tiers pour l’aide aux ouvrières victimes de la catastrophe industrielle du Rana Plaza et pour un tiers en soutien à la Caravane (voir le rapport reproduit ci-dessous, en anglais).

Nous avons dans un second temps, fin 2014, reçu 1.300 €. Le transfert n’a pu se faire qu’en janvier 2015, soit 1.150 €.

Au total, pour le Bangladesh, 8.750 € ont été reçus et 8.310 € transférés.

Pour plus de précisions, voir le rapport publié par ailleurs sur ESSF [2]

PAKISTAN

La situation des droits humains ne cesse de se dégrader au Pakistan et les défenseurs de ces droits sont menacés soit par des organisations fondamentalistes, soit par les grands possédants. Baba Jan (ainsi que ses camarades) est l’un d’entre eux. Il a été condamné par deux fois à la prison à perpétuité par une cour antiterroriste au Gilgit-Balistan, dans le nord du pays. Le caractère inique de ces jugements a été largement dénoncé par des associations d’avocats et de défense des droits humains [3].

2.180 € ont été transférés pour aider à la campagne de défense de Baba Jan et de ses camarades.

Par ailleurs, 1.700 €, en provenance d’Allemagne, ont été transférés en janvier pour soutenir l’activité des militant.e.s progressistes au Pakistan.

Soit pour la Pakistan un total de 3.880 €.

Cette campagne de solidarité est toujours en cours. Les donc restent ici aussi bienvenus !

INDONESIE

Une initiative de solidarité « Indonésie » a été relayée par ESSF, pour aider à la réalisation et la diffusion d’un film sur l’animation d’une radio par des ouvrières et syndicalistes d’une zone franche [4].

Cette initiative sera intégrée au bilan d’activité d’ESSF pour 2015.

 II. Fonds permanent de solidarité ESSF

Nous avons constitué un Fonds permanent de solidarité Asie afin, en particulier, de pouvoir aider des projets ou des organisations quand les conditions de campagnes « ad hoc » ne sont pas réunies, ne serait-ce que parce que les médias ne couvrent pas la question. Un tel fonds peut jouer un rôle très utile en bien des cas. Nous publierons prochainement un rapport sur l’utilisation de ce fonds.

Les dons via ESSF peuvent être « dédiés » (en mentionnant le pays auquel ils sont destinés) ou « libre » (sans mention) : nous les versons alors au Fonds de solidarité permanent et les utiliserons pour les urgences.

Notons pour l’instant que nous avons reçu, fin 2014, notamment à la suite d’un appel [5], 4.150 € – ce qui nous a permis de reconstituer un peu de réserves. Cependant, il serait important que ce fonds soit renforcé et renouvelé de façon régulière.

 III. Contributions aux fonds de solidarité Asie des IIRF

Nous contribuons aussi à alimenter des fonds de solidarité Asie portés par l’Institut international de Recherche et de Formation fonctionnant à Amsterdam, Manille et Islamabad. Cette aide est surtout constituée de contributions individuelles régulières (mensuelles…), parfois aussi de dons ponctuels.

En 2014, ont été transférés via ESSF :

1.700 € au fonds de l’IIRF Amsterdam.

5.060 € au fonds de l’IIRF Manille.

350 € au fonds de l’IIRF Islamabad.

D’autres rapports spécifiques complèteront ceux déjà publiés (Bangladesh…) et ce point général d’information.

Nous tenons à remercier toutes celles et tous ceux qui ont permis de mener ces initiatives de solidarité financière.

Pierre Rousset
ESSF

* Nous avons pris du retard dans l’envoi des reçus fiscaux pour les personnes résidant en France. Ils seront bientôt envoyés.