Appel à la solidarité financière avec les victimes de la répression en Turquie

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

En s’en prenant toujours davantage aux droits fondamentaux, en renforçant les mesures répressives à l’encontre de tous ceux qui ne collaborent pas avec lui, le régime d’Erdogan tourne à la dictature. En 2015, c’est contre la population kurde que ces mesures ont atteint leur point le plus élevé. De nombreux villages et villes kurdes ont subi les attaques de l’armée. Beaucoup d’entre eux ont été bombardés par des avions ou des chars, et des unités spéciales ont procédé à des éxécutions en masse.

Un groupe d’universitaires, qui se refusait à laisser passer de tels faits sans qu’une résistance s‘exprime, a rendu public en janvier 2016 un appel qui a recueilli 1128 signatures. Leur texte porte le titre suivant : « Nous ne serons pas mêlés à ce crime ». Ils appelaient le gouvernement à « lever le couvre-feu, à sanctionner les responsables d’atteintes aux droits de l’homme et à indemniser les personnes qui ont subi des préjudices matériels et psychologiques ». Le nombre des signataires monta très vite à plus de 2200.

Les universitaires qui ont signé cet appel ont été suspendus de leurs postes à l’université, leurs contrats de travail ont été rompus et ils ont toutes et tous été poursuivis. Dans l’acte d’accusation, il leur est reproché d’avoir fait de la « propagande pour une association terroriste ». Au cas où ils et elles seraient reconnu-e-s coupables, ils et elles sont passibles d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à sept ans et demi. Parmi les inculpé-e-s, il y a aussi des militant-e-s de la section turque de la IVe Internationale.

Le poids du contexte de répression et d’hostilité et du chômage ont poussé certain-e-s signataires à quitter la Turquie. Mais la grande majorité est restée et cherche à poursuivre la résistance contre ce régime autoritaire. Des cours sont organisés dans le cadre d’« académies solidaires ». Il y en a actuellement dans 10 villes.

Le but d’Erdogan, c’est d’exclure les voix critiques, en particulier celles des universitaires de gauche, des débats et de l’expression publique. Le régime d’Erdogan tente de rééduquer les jeunes générations conformément à la vision du monde de l’islam conservateur.

Sans travail, avec en perspective des frais de justice et d’avocats élevés, les camarades sont dans une situation financière sans issue. Nous voulons les aider au moins à faire face à ces dépenses. C’est pourquoi nous vous appelons à les soutenir par vos dons.

Appel initié par l’Internationale Sozialistische Organisation (ISO), section allemande de la IVe internationale

Pour envoyer les dons :

Mettre pour mention « Turquie »

Chèques
Les chèques en euros seulement et payables en France à l’ordre d’ESSF doivent être envoyés à :
ESSF
2, rue Richard-Lenoir
93100 Montreuil
France

Banque :
Crédit lyonnais
Agence de la Croix-de-Chavaux (00525)
10 boulevard Chanzy
93100 Montreuil
France
ESSF, compte n° 445757C

Références bancaires nationales (RIB) :
Banque : 30002
Indicatif : 00525
N° de compte : 0000445757C
Clé : 12
Compte au nom de : ESSF

Coordonnées bancaires internationales :
IBAN : FR85 3000 2005 2500 0044 5757 C12
BIC / SWIFT : CRLYFRPP
Compte au nom de : ESSF

Paypal : vous pouvez aussi transférer vos dons via Paypal (voir la commande placée en haut à droite de la page d’accueil)

HelloAsso : vous pouvez aussi transférer vos dons via HelloAsso (voir la commande placée en haut à droite de la page d’accueil) :
https://www.helloasso.com/associations/europe-solidaire-sans-frontieres/formulaires/1/widget