Bilan des campagnes de solidarité financière d’ESSF menées en Asie en 2017

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

, par ESSF, ROUSSET Pierre

Dans divers pays et régions du monde, des mesures très antidémocratiques sont prises par des gouvernements autoritaires afin de restreindre la liberté d’association. C’est notamment vrai en Asie. En Inde, par exemple, les activités des associations progressistes sont souvent dénoncées pour « atteinte à la sécurité nationale » et les fonds solidaires qu’elles reçoivent de l’étranger sont bloqués ou menacé de l’être. Au Cambodge, diverses organisations non gouvernementales ont été fermées ou suspendues et leurs activités sont soumises à des enquêtes politico-administratives très intrusives. En Chine, un vaste système de « contrôle social » est mis en place ; recevoir des financements internationaux est dorénavant interdit, etc.

Ce cours autoritaire suscite de nombreuses protestations - pour la défense de la liberté d’association - auxquelles ESSF se joint bien évidemment.

Nous avons en 2017 consenti un effort particulier en direction des Philippines où les catastrophes humanitaires se sont succédé (dans l’île méridionale de Mindanao notamment), ainsi que pour le Pakistan où la situation est aussi très difficile. Nous avons maintenu notre aide au Bangladesh et en Indonésie. Pour la première fois, nous avons envoyé un financement solidaire destiné à la Chine, en collaboration avec un nouveau partenaire à Hong Kong. Nous avons continué à contribuer aux fonds de solidarité Asie des Instituts de Recherche et de Formation d’Amsterdam, Islamabad et Manille.

 La solidarité en permanence

Les campagnes spécifiques. Au vu de la situation catastrophique dans ces pays, les campagnes de solidarité envers Mindanao (Philippines) et le Pakistan sont de fait actives en permanence, même si elles peuvent selon les moments « cibler » des communautés et populations sinistrées spécifiques (les familles réfugiées de la bataille de Marawi, puis les victimes d’un typhon…).

Chaque année, nous apportons aussi un soutien aux activités des BKF-BKS-BAS (Bangladesh) et de l’association féministe Perempuan Mahardhika en Indonésie, ainsi qu’aux fonds de solidarité des IIRF/IIRE. Vous pouvez donc envoyer quand vous le souhaitez des dons qui leur soient dédiés, ils seront transmis.

Le fonds de solidarité Asie. Les aides non dédiées alimentent ce fonds permanent de solidarité. Son existence est très importante. Il a permis en 2017 :

• D’envoyer de l’aide immédiatement après une catastrophe, la campagne de solidarité permettant ultérieurement de reconstituer ce fonds (Philippines, Pakistan…).

• D’équilibrer le solde des campagnes de solidarité spécifiques au cas où il ne le serait pas.

• D’assurer le suivi d’une aide prolongée (ce fut le cas pour les activités de Mihands à Ormoc, Leyte, les campagnes de solidarité en 2017 portant sur la situation à Mindanao).

• D’assurer des aides quand les conditions d’une campagne spécifique de solidarité n’étaient pas réunies (cela a notamment été le cas pour une part des fonds envoyés en Chine / Hong Kong et au Bangladesh).


Bilan synthétique par pays

Nous préparons avec nos partenaires des bilans plus complets par pays et par campagnes, ce qui peut demander du temps. Il est possible que nous corrigions à la marge des éléments du bilan.


BANGLADESH

Contribution pour l’organisation de réunions au niveau des districts en vue de la coordination des mouvements BKF (paysan), BKS (paysanne) et BAS (indigène).

5.000 € transférés le 4 janvier.

Total pour l’année : 5.000 €

Total Bangladesh (2011-2017) : 22.279 €


CHINE / HONG KONG

A l’occasion la remarquable résistance ouvrière dans des entreprises de Wal-Mart en Chine continentale, nous avons jugé qu’il est possible d’affirmer une solidarité financière en coopération avec notre partenaire à Hong Kong, Globalization Monitor, et avec la participation de l’Union syndicale Solidaires.

5.000 transférés le 5 janvier

2.000 € transférés le 23 février

Total pour l’année : 7.000 €

Total Chine / Hong Kong (2017) : 7.000 €


INDONESIE

Bibliothèque

Aide ponctuelle à un projet porté par Maxwell Ronald Lane (traducteur et auteur spécialiste de l’Indonésie) : la construction d’une bibliothèque ouverte aux mouvements sociaux, la « Indonesian Community Library (ICAL) ».

400 € transférés le 4 janvier

Action en soutien aux ouvrières d’une banlieue industrielle de Djakarta

Depuis décembre 2016, nous offrons un soutien annuel au mouvement Perempuan Mahardhika (Femmes libres), engagé dans le soutien aux ouvrières d’une zone industrielle du nord de Djakarta qui sont confrontées aux violences sexuelles et à la non-reconnaissance de leurs droits, notamment en matière de maternité.

1.000 € transférés le 14 décembre [ce virement n’a pas abouti pour des raisons techniques et a dû être réitéré le 11 janvier 2018, mais il correspond au bilan d’activité 2017.]

Total PM en 2017 : 1.000 €

Total Perempuan Mahardhika (2016-2017) : 3.000 €

Total Indonésie en 2017 : 1.400 €

Total Indonésie (2006-2017) : 6.500 €.


PAKISTAN

Poursuite du soutien aux activités de la Labour Education Foundation (LEF) :
3.000 € transférés le 6 avril
2.000 € transférés le 23 août
1.000 € transférés le 10 octobre
2.075 € transférés le 19 octobre

Total 2017 : 8.025 €

Total LEF (2005-2017) : 52.705 €


PHILIPPINES

Poursuite du soutien assuré aux victimes de désastres humanitaires par la coalition Mihands.

Les virements pour la coalition Mihands ont été effectués suivant les cas directement sur son compte, soit sur le compte d’associations membres de ce réseau (Tripod et RRDRAC), soit pour des raisons pratiques via l’IIRE-Manila :

3.000 € transférés le 6 avril (Tripod)
3.000 € transférés le 30 mai (RDRRAC)
3212,00 € transférés le 6 juin (par l’intermédiaire de IIRE-Manille)
6.000 € transférés le 21 juin (Mihands)
1.000 € transférés le 20 juillet (Mihands)
1.000 € transférés le17 novembre (Tripod)
1.300 € transférés le 14 décembre (Mihands)
2.000 € transférés le 21 décembre (Tripod)

Ces fonds ont été en particulier destinés, dans l’île de Mindanao, aux familles (généralement musulmanes) ayant dû fuir la cité de Marawi (cinq mois de combats entre l’armée et des groupes djihadistes), à des populations sinistrées du fait de la généralisation de conflits militaires (en particulier des communautés montagnardes) et aux victimes du typhon Temblin/Vinta qui a frappé l’île le 23 décembre. La « campagne Marawi » a été menée avec le Cedetim/Ipam.

2.000 € ont aussi été consacrés à la poursuite de l’aide aux victimes du super-typhon Haiyan/Yolonda, particulièrement dévastateur, qui a frappé le centre de l’archipel en novembre 2013. Les projets de Mihands que nous soutenons sont situés sur l’île de Leyte aux environs d’Ormoc.

Total pour l’année : 20.512,00 €

Total Philippines (2007-2016) : 75.089,27 €


Fonds de solidarité des IIRF/IIRE

IIRF-Amsterdam :
900 € transférés le 30 janvier 2018 (pour 2017).

IIRE-Islamabad :
360 € remis en main propre le 18 février.

IIRE-Manille :
3.000 € transférés le 6 juin
2788 € transférés le 21 juillet

Total IIRF/IIRE en 2017 : 7.048 €

* * *

TOTAL ESSF GENERAL POUR 2017 : 48.985 €

Total général (2005-2017) : 224.673,04 €


 Extraits du procès-verbal de l’assemblée générale d’ESSF du 18 février 2017

Les décisions suivantes ont été prises :

1. Le fonctionnement de l’association reste entièrement fondé sur le volontariat, la politique de coûts minima et la réduction des frais afin que les fonds collectés soient effectivement consacrés à la solidarité.

2. La progression du site Internet doit être consolidée. Le nombre de visites continue à augmenter progressivement (plus de 2000 par jour en moyenne). Il est utilisé de façon régulière par un lectorat assez varié, francophone et anglophone. Il faut essayer de renforcer et stabiliser l’équipe d’administratrices et administrateurs, le développement du site exigeant beaucoup de temps.

3. L’AG approuve l’investissement d’ESSF dans le projet Intercoll [1] et la collaboration avec le CADTM [2] ou l’IIRF [3], ainsi qu’avec divers mouvements comme Solidaires ou la Fédération de Paris du Secours populaire.

4. Vu la situation humanitaire dans ces pays et la qualité de nos relations avec des associations et réseaux locaux, nous continuerons assurer une solidarité régulière aux Philippines, Pakistan, Indonésie et Bangladesh. Il n’est pas certain que nous puissions faire de même en Chine. Les autres initiatives de solidarité sont plus ponctuelles.


 Intégration au réseau de financement associatif Helloassa

Dans le cours de l’année 2017 nous avons adhéré à helloasso, une plateforme de financement participatif dédiée aux associations [4]. Voici la présentation d’ESSF en ligne sur leur site.

Notre mission

ESSF est une association de solidarité internationale. Son site est en français et anglais. Traitant d’un large éventail de questions, il présente une information militante sur de nombreuses luttes et campagnes ; ainsi que des articles de fond, des éléments de débats, des documents de nature divers. Il se veut un outil utile à toutes celles et tous ceux qui luttent pour un monde solidaire.

Depuis 2005, ESSF mène des campagnes de solidarité financières envers les victimes de catastrophes humanitaires en Asie. Elle soutient l’action de réseaux associatifs et de mouvements sociaux enracinés dans les pays concernés. Depuis 2005, de telles campagnes ont notamment été engagées au Pakistan, aux Philippines, au Bangladesh, en Indonésie, et même au Japon après le tsunami et l’accident nucléaire de Fukushima, pour ne mentionner que les principales d’entre elles.

Notre action est entièrement fondée sur le volontariat. Nous n’avons aucun personnel payé, ce qui permet de réduire nos frais de fonctionnement au minimum et de consacrer effectivement la quasi-totalité des dons reçus à l’aide concrète. Nous ne recevons pas de subvention et notre action dépend entièrement des fonds collectés.

Nous réfléchissons avec nos partenaires asiatiques à une « politique de l’aide » qui lie l’action d’urgence et le long terme, qui permette aux communautés sinistrées de reprendre en main leur présent et leur avenir en favorisant leur auto-organisation. Nos évitons ainsi les rapports paternalistes qui peuvent se nouer entre donateurs et victimes. En nous appuyant sur l’engagement et le savoir-faire de nos partenaires, nous défendons les droits des communautés populaires dans les phases d’urgence, de réhabilitation et de reconstruction qui suivent un désastre humanitaire.

https://www.helloasso.com/associations/europe-solidaire-sans-frontieres/