A Marseille, Mélenchon, des syndicats et des partis politiques défilent unis contre Macron

Le chef de file des Insoumis a appelé à l’unité « dans tout le pays » contre Emmanuel Macron, en défilant aux côtés de la CGT et d’autres syndicats et partis de gauche.

Réussir à démontrer dans la rue l’unité des forces syndicales et politiques en lutte contre les réformes du gouvernement. Ne pas faire disparaître les autres organisations derrière La France insoumise (LFI). La manifestation « Stop à Macron » du samedi 14 avril, devenue enjeu national par la seule présence du député des Bouches-du-Rhône et leader insoumis Jean-Luc Mélenchon, aura largement satisfait ses organisateurs.

A l’appel de l’union départementale CGT des Bouches-du-Rhône, soutenue par une quinzaine de syndicats dont la FSU, Sud Solidaires, l’UNEF, et de partis politiques (PC, NPA et LFI notamment), plusieurs milliers de personnes – 58 000 selon la CGT, 6 000 selon la police – ont occupé trois heures durant le pavé marseillais.

Du Vieux-Port à la place Castellane, dans une ambiance joyeuse et sans débordements, cheminots – beaucoup –, retraités, étudiants – un peu –, postiers, dockers, agents de différents services publics, militants et sympathisants politiques ont crié leur opposition aux réformes du gouvernement. Dans un imposant cortège, ils ont dit « non » à ce qu’ils considèrent comme un « coup d’Etat social » orchestré par le président Macron.

Monté sur un camion pour effectuer les derniers mètres de cette « marche de mobilisation interprofessionnelle », Jean-Luc Mélenchon semblait ravi de son après-midi dans « sa ville », comme il appelle désormais Marseille. Le député a improvisé un « solo de bidon » en faisant scander à la foule « Résistance ! », avant d’aller donner une franche accolade aux représentants locaux de la CGT, doublé d’un « merci les copains » sonore.

« Il nous a donné rendez-vous le 19 avril pour la prochaine journée d’action syndicale », concluait, content lui aussi de l’ampleur du défilé, Olivier Mateu, le secrétaire départemental de la CGT. « La question, aujourd’hui, poursuit le leader syndical, n’est pas de savoir qui on a fait briller, mais comment on affronte ensemble le gouvernement… Si la présence de M. Mélenchon nous a donné une couverture médiatique plus importante, nous, on prend. »
« Gouvernement-Medef veulent nous tuer, arrêtons-les »

Au départ de la manifestation, Jean-Luc Mélenchon ne disait pas autre chose. Arrivé en dernier dans le carré de tête, accompagné de sa suppléante marseillaise Sophie Camard, le député a sagement pris place aux côtés des représentants des différentes organisations et de l’ancien candidat aux présidentielles 2012 et 2017 pour le NPA Philippe Poutou, venu de Bordeaux.

Face aux journalistes, M. Mélenchon s’est félicité de l’aspect « exemplaire » de la journée :

« Ce sont les syndicats qui ont pris l’initiative d’une mobilisation et appelé les organisations qui voulaient s’y joindre à le faire. Je souhaite que ça puisse être reproduit dans tout le pays. (…) C’est une bonne rupture de la cloison entre le mouvement social et l’action politique. »

Symboliquement, le député a marché en tête de cortège jusqu’en haut de la Canebière, derrière une banderole « Gouvernement-Medef veulent nous tuer, arrêtons-les ». Puis, il s’est laissé glisser jusqu’à ses troupes, fortes de plusieurs milliers de militants défilant par ville ou région.

Ce samedi, la France insoumise avait bien préparé sa mobilisation, réunissant des adhérents d’un sud de la France remontant même jusqu’à Lyon et Saint-Etienne. « Que Jean-Luc Mélenchon soit là est un plus, bien sûr, mais je serais venu même sans sa présence », glissait Bernard Jauzion, 54 ans, un Insoumis venu de Saint-Rémy-de-Provence (Bouches-du-Rhône) pour « combattre Macron, un président provocateur et indécent avec les plus pauvres ».

Le cortège de ce 14 avril compilait les thèmes des luttes en cours depuis le mois de mars. Abandon de la réforme de la SNCF et du statut des cheminots, défense des services publics, lutte contre le dispositif Parcoursup, mais aussi persistante colère des retraités, malgré l’intervention télévisée du président de la République, deux jours plus tôt.
« Nous en avons marre que Macron nous donne la leçon »

« Oui, il nous a remerciés sur TF1 cette semaine… Mais nous, on le remerciera en retour dans les urnes », ironisait à ce propos Pierre, retraité de la SNCF de 78 ans, venu avec ses anciens copains cheminots, de 78, 77 et 66 ans. « Il y a une grande colère qui est en train de monter dans le pays. Nous en avons marre que Macron nous donne la leçon, à la télé, sur le terrain… Il faut qu’il écoute aussi les Français », lançait Pierre Dharréville, député PCF des Bouches-du-Rhône, qui défilait lui aussi dans le carré de tête.

À ces thèmes sociaux, la foule a ajouté des colères nées ces derniers jours. « C’est pas les zadistes qu’il faut expulser, c’est le gouvernement qu’il faut virer » a été un slogan presque aussi populaire que le « Nous sommes les salariés et nous allons gagner » piqué à l’OM. De nombreuses pancartes dénonçaient également l’intervention de la veille en Syrie.

Jean-Luc Mélenchon promet que la manifestation de Marseille « n’est qu’une étape à l’intérieur d’un cycle long de manifestations ». « Il y a une volonté d’envoyer un message à M. Macron qui s’installe dans un rôle provocant et agressif qui ne permet de régler aucun problème dans ce pays. »

Dans la matinée, huit députés des Bouches-du-Rhône appartenant à la majorité présidentielle avaient organisé une riposte sous la forme d’une inédite conférence de presse unitaire. Une longue séquence pédagogique pour défendre l’action du gouvernement et dénoncer « la campagne de désinformation » dont ils s’estiment victimes, « sur la réforme ferroviaire comme sur celle de l’accès à l’université ».

« On nous parle de convergence des luttes, se défend le député de Marseille Nord Said Ahamada, je dirais que le rôle de notre politique est de lutter contre la convergence des souffrances. » Un discours dont la portée aura été bien moindre que celle de la manifestation de l’après-midi.

Gilles Rof (Marseille, correspondant)