Portrait. À Mexico, une femme pour diriger la mégapole

, par SILVA Paolina

Élue haut la main gouverneure de Mexico le 1er juillet dernier, Claudia Sheinbaum a derrière elle une longue carrière de militante de gauche. Scientifique, elle a effectué son parcours académique dans le giron de l’éducation publique et a rejoint très tôt les rangs du prochain président mexicain, Andrés Manuel López Obrador.

Une paire de jeans et un chemisier blanc : la tenue favorite de Claudia Sheinbaum est à l’image de la simplicité et de l’honnêteté qu’elle revendique dans sa vie de tous les jours, et qu’elle veut adopter pour gouverner la capitale mexicaine avec une “austérité républicaine”.

Pendant les trois mois qui ont précédé le scrutin, les Mexicains ont vu en campagne une femme toute menue mais déterminée à sortir la capitale du bourbier et surtout, a-t-elle martelé, à lutter contre la corruption, l’insécurité et le trafic de drogue.

Âgée de 56 ans, cette femme s’est toujours battue pour des causes sociales. Son premier contact avec l’injustice s’est produit lorsqu’elle avait 6 ans, pendant le mouvement étudiant de 1968, qui a marqué le début d’un combat pour de meilleures conditions d’éducation et qu’elle a vécu de très près car sa mère y a activement participé.

Quelques années plus tard, elle entre à la faculté des sciences de l’Université nationale autonome du Mexique (Unam), où elle fera partie du Conseil des étudiants (CEU), un organisme créé en 1986 pour empêcher la privatisation de l’Unam. Les autorités universitaires voulaient mettre fin à la gratuité des études et à l’accès automatique à l’université des titulaires du bachillerato [l’équivalent du baccalauréat].

Une alliée de la première heure

Ce mouvement a largement contribué à la fondation du Parti de la révolution démocratique (PRD, gauche) en 1989, qui a été dirigé par de grandes figures de la gauche dont Andrés Manuel López Obrador.

Claudia Sheinbaum a obtenu une licence en physique puis une maîtrise en génie énergétique en 1994. Un an plus tard, elle rejoint le Lawrence Berkeley National Laboratory, en Californie, où elle décroche un doctorat en génie de l’environnement.

Ses études lui ont valu d’être nommée secrétaire à l’Environnement de l’agglomération de la capitale lorsque Andrés Manuel López Obrador (Amlo) était gouverneur de Mexico [de 2000 à 2005]. Elle entretient depuis un lien quasiment indéfectible avec lui, au point de démissionner de son poste en 2006, après l’avoir occupé pendant six ans, pour devenir la porte-parole de son mentor lorsqu’il se porte pour la première fois candidat à la présidence du Mexique pour le PRD.

Après avoir échoué à entrer à Los Pinos [la résidence officielle du président du Mexique], Amlo la nomme ministre de la Défense du patrimoine national au sein de son “gouvernement légitime” [un gouvernement parallèle élu à main levée en 2006 sur la place centrale de Mexico, et composé de douze ministres].

Une entrée dans la capitale

Lors de sa deuxième candidature à la présidence du Mexique [en 2012], López Obrador annonce que s’il est élu Claudia Sheinbaum serait ministre de l’Environnement et des Ressources naturelles. Mais le moment n’est pas encore venu. En 2015, au sein du parti que venait de fonder López Obrador, le Morena [Mouvement de régénération nationale], elle remporte la victoire dans la délégation [arrondissement] de Tlalpan, à Mexico.

Pendant ce mandat à la tête du plus grand arrondissement de la ville, elle a créé 21 cyberécoles, des centres d’enseignement à distance sans limite d’âge qui permettent notamment aux jeunes de poursuivre des études gratuitement via Internet. Elle a également ressuscité le festival international Ollin Kan [sous-titré “des cultures en résistance”] et mis en place un nouveau réseau hydraulique dans la région d’Ajusco [un volcan au sud de Mexico] pour alimenter en eau les zones les plus nécessiteuses.

Formée dans le secteur public

Ses grands-parents sont venus de Bulgarie et de Lituanie pour s’installer au Mexique il y a plus de quatre-vingts ans. Ses parents, Carlos Sheinbaum, chimiste, et Annie Pardo Cemo, biologiste, ont eu trois enfants. Claudia, la deuxième, est née le 24 juin 1962.

Claudia Sheinbaum déclare être agnostique au quotidien, mais elle pratique les rites juifs lors des réunions familiales pour ne pas rompre avec la tradition. Elle se définit comme une “femme de sciences” dont la seule ambition est d’apporter un changement dans la façon de gouverner en s’appuyant sur le savoir.

Elle a épousé Carlos Imaz Gispert, qu’elle a rencontré en 1986 au Conseil des étudiants, dont il était l’un des chefs de file. Ils ont eu une fille, Mariana Imaz Sheinbaum, née en 1988, et ont également adopté Rodrigo Imaz Alarcón à l’âge de 6 ans. Claudia Sheinbaum souligne les avoir élevés et aimés de la même façon. Elle a divorcé en 2016 après vingt ans de mariage, pendant son mandat à Tlalpan.

Cette femme au sourire fugace dit avoir eu une vie austère, avec une éducation financée par les fonds publics. Cela lui a permis de devenir l’une des personnalités les plus influentes de la politique mexicaine, et lui a donné le désir d’offrir les mêmes chances à tous grâce à l’éducation.


Paolina Silva

Abonnez-vous à la Lettre de nouveautés du site ESSF et recevez chaque lundi par courriel la liste des articles parus, en français ou en anglais, dans la semaine écoulée.