Petit guide d’identification

Papillons du parc des Beaumonts (Montreuil, Seine-Saint-Denis) : hétérocères et microlépidoptères – III – Les Crambidae – B – Autres sous-familles

, par LANTZ André, ROUSSET Pierre

Nous présentons ci-dessous la suite des Crambidae, à savoir toutes les sous-familles identifiées au parc des Beaumonts à l’exception des Crambinae (crambes).

Dernier ajout : 18 avril 2019 (compléments concernant la Pyrale du Buis).

Pour la partie II, qui présente une introduction générale aux Crambidae et à ces pages d’identification ainsi, plus particulièrement la sous-famille des Crambinae, voir sur ESSF (article 45866), Papillons du parc des Beaumonts (Montreuil, Seine-Saint-Denis) : hétérocères et microlépidoptères – II – Les Crambidae – A – Les Crambinae (Crambes).

Rappel :

Les périodes de vol indiquent le premier et le dernier mois de l’année où une espèce a été observée aux Beaumonts. Il peut y avoir une ou deux générations. Dans ce dernier cas, la présence de l’espèce peut être discontinue.


 SCOPARIINAE

Les Imagos de cette sous-famille sont assez souvent positionnés au repos sur des troncs d’arbres ou des rochers couverts de mousse ou de lichens. Ces insectes possèdent sur les ailes antérieures quelques lignes sinueuses blanchâtres et des taches foncées. Cette livrée facilite leur camouflage par homochromie. Bien frais, il est possible avec l’habitude de distinguer les différentes espèces sans recourir à l’examen des pièces génitales. Les ailes postérieures, couvertes par les antérieurs au repos sont d’un gris uniforme plus ou moins foncé

 Scoparie commune Scoparia ambigualis (Treitschke, 1829)

Synonyme : Eudorée commune

Taille : LAA : 7 à 9 mm, envergure : 15-22 mm

Statut : commun.

Période de vol notée aux Beaumonts : juin. Dans son aire de répartition : mai-juillet.

Habitat : arbres et buissons.

Visible surtout le soir, attiré par la lumière.

Ces papillons très variables ont des ailes antérieures de couleur de fond brun-ocre avec les lignes brisées claires et des taches sombres quasi noires. Les ailes postérieures sont unies et claires.

Autres espèces proches : Eudonia truncicolella (ailes antérieures plus pointues et marques plus noires) et Scoparia basistrigalis (plus grand 20-23 mm, sans teinte ocre). Eudonia lacustrata (Panzer, 1804) est très voisine.

Scoparie commune, Scoparia ambigualis, Biotope des mares, Neuilly-plaisance, 4 juillet 2015. Cliché André Lantz.


 Eudorée des vergers Scoparia pyralella (Denis & Schiffermüller, 1775)

Statut : commune, mais peu présente aux Beaumonts.

Taille : envergure : 17-22 mm

Période de vol notée aux Beaumonts : juin. Dans son aire de répartition : mai-août.

Habitat : mousses, matières végétales en décomposition.

Espèce très contrastée lorsqu’elle est fraîche. Aile antérieure blanchâtre. Des taches orangées cernées de noir sont bien distinctes.

Eudorée des vergers, Scoparia pyralella, parc des Beaumonts, 18 jiin 2013. Cliché André Lantz.


 Eudorée anguleuse, Eudonia angustea (Curtis, 1827)

Statut : Cette espèce se rencontre facilement sur le littoral. Elle est apparue depuis quelques années en Île-de-France. Elle a été vue depuis 2016 sur les murs des rues voisines du parc.

Taille : envergure : 17-22 mm

Période de vol notée aux Beaumonts : avril, septembre-décembre. Dans son aire de répartition : février-juillet / septembre-décembre.

Habitat : mousses.

Souvent observée sur les murs.

Ailes étroites et pointues à l’apex.

Eudorée anguleuse, Eudonia angustea, rue bordant le parc des Beaumonts, 8 octobre 2016. Cliché André Lantz.


 Eudorée commune Eudonia mercurella (Linnaeus, 1758)

Statut : très commun.

Taille : envergure : 16-19 mm

Période de vol notée aux Beaumonts : mai-août. Dans son aire de répartition : mai-septembre.

Habitat : mousses.

Se rencontre souvent sur les troncs des arbres.

Assez variables. Lignes anté et postmédianes blanches se détachant bien sur fond noir. La zone médiane généralement noir peut être plus ou moins envahie de blanc. Cette zone blanche n’atteint pas la ligne antémédiane.

Eudorée commune, Eudonia mercurella, parc des Beaumonts, 11 août 2012. Cliché André Lantz.


 Eudorée pâle Eudonia pallida (Curtis, 1827)

Statut : assez commune.

Taille : envergure : 16-19 mm

Période de vol notée aux Beaumonts : mai-juin, octobre. Dans son aire de répartition : mai-octobre.

Habitat : mousses terrestres et lichens.

Ailes claires avec les lignes transversales peu marquées.

Eudorée pâle, Eudonia pallida, parc des Beaumonts, 1er juin 2014. Cliché André Lantz.

Eudorée pâle, Eudonia pallida, parc des Beaumonts, même date ? Cliché André Lantz.


 ACENTROPINAE

Anciennement désignée par Nymphulinae, cette sous-famille regroupe des espèces dont les chenilles vivent dans l’eau et consomment des plantes aquatiques.


 L’hydrocampe de la lentille d’eau Cataclysta lemnata (Linnaeus, 1758)

Synonyme : la petite marque de porcelaine

Statut : Commun.

Taille : envergure : 17–19 mm (mâles) et 22–24 mm (femelles)

Période de vol notée aux Beaumonts : juin-août. Dans son aire de répartition : mai-septembre.

Répartition : Europe, Maroc, Iran

Habitat : près des eaux stagnantes.

La plante hôte de la chenille : les lentilles d’eau (Lemna sp.).

Description : dimorphisme sexuel (la femelle est plus grande et plus sombre). La femelle est de couleur beige, le mâle a les ailes de couleurs blanc brillant (il est aussi plus petit que la femelle). Les deux sexes possèdent sur les ailes postérieures une ligne noire ponctuée de points bleus.

Diurne

L’hydrocampe de la lentille d’eau, Cataclysta lemnata, mâle, parc des Beaumonts, 26 juin 2015. Cliché Pierre Rousset.


 EVERGESTINAE

 Evergète de l’Alliaire Evergestis limbata (Linnaeus, 1767)

Statut : pas très courant, Rare au parc des Beaumonts.

Taille : envergure : 22-30 mm

Période de vol notée aux Beaumonts : juin-août. Dans son aire de répartition : juin-septembre.

Habitat : brassicacées.

Couleurs et dessin caractéristiques.

Evergète de l’Alliaire, Evergestis limbata, parc des Beaumonts, 5 août 2009. Cliché André Lantz.


 Pyrale des choux Evergestis forficalis (Linnaeus, 1758)

Statut : commun, Rare aux Beaumonts.

Taille : envergure : 22-30 mm

Période de vol notée aux Beaumonts : mai-août. Dans son aire de répartition : mai-octobre.

Habitat : brassicacées, dont choux cultivé.

Adopte une posture en « cornet ».

Pyrale des choux, Evergestis forficalis, parc des Beaumonts, 23 août 2009. Cliché André Lantz.


 PYRAUSTINAE

C’est dans cette sous-famille que l’on trouve des pyrales de taille petite à moyenne, arborant de belles couleurs. Une grande partie d’entre-elles sont diurnes et volent souvent en plein soleil.


 La pyrale de la menthe Pyrausta aurata (Scopoli, 1763)

Synonyme : la Pyrale dorée, la Pyrauste de la Menthe

Statut : commun.

Taille : LAA = 9 à 10 mm., envergure : 15-20 mm.

Période de vol : avril-octobre. Dans son aire de répartition : mai-septembre. Bivoltine.

Habitat : labiées, prairies, friches, jardins...

Au parc elle est inféodée essentiellement à l’Origan ou Marjolaine.

Diurne

La Pyrale de la menthe a les ailes antérieures brun-rouge foncé (la couleur de fond des ailes antérieures varie du brun au pourpre plus ou moins foncé) avec des taches dorées variables.

Les ailes postérieures, plus sombres, possèdent une ligne post-médiane dorée transversale.

L’abdomen est pourpre-foncé cerclé d’anneaux clairs.

Elle se différencie de la Pyrale pourprée (Pyrausta purpuralis (Linnaeus 1758), jamais identifiée aux Beaumonts, par la tache près du bord interne des ailes antérieures qui est morcelée voire absente sur un fond moins brunâtre.

La pyrale de la menthe, Pyrausta aurata, parc des Beaumonts, 13 août 2013. Clichés Pierre Rousset.

La pyrale de la menthe, Pyrausta aurata, parc des Beaumonts, 18 juillet 2014. Cliché Pierre Rousset.

La pyrale de la menthe, Pyrausta aurata, parc des Beaumonts, 16 mai 2017. Cliché André Lantz.

La pyrale de la menthe, Pyrausta aurata, parc des Beaumonts, 3 juillet 2017. Cliché Pierre Rousset.


 la Pyrauste du plantain, Pyrausta despicata (Scopoli, 1763)

Synonyme : La pyrale du plantain, La pyrale des buissons

Statut : commun.

Taille : envergure : 14-21 mm

Période de vol notée aux Beaumonts : juin-septembre. Dans son aire de répartition : avril-septembre. Au moins deux générations par an.

Habitat : plantains, lieux herbeux...

Vole de jour et au crépuscule.

Porte les ailes antérieures ouvertes au repos, laissant voir en partie les ailes postérieures.

Très variable. Aspect terne, dessins peu marqués. Les ailes antérieures sont marbrées de brun et de gris, avec deux taches vers le milieu de l’aile, et des marques pâles entre les points.

Deux bandes très pâles se situent avant la marge et au niveau de la marge de l’aile antérieure.

La Pyrauste du plantain, Pyrausta despicata, parc des Beaumonts, 9 septembre 2011. Cliché André Lantz.

La Pyrauste du plantain, Pyrausta despicata, parc des Beaumonts, 26 avril 2018. Cliché Pierre Rousset.

La Pyrauste du plantain, Pyrausta despicata, parc des Beaumonts, 6 septembre 2018. Cliché Pierre Rousset.


 Le Botys de l’armoise Loxostege sticticalis (Linnaeus, 1761)

Statut : assez commun, migrateur potentiel.

Taille : envergure : 14-24 mm (24-29)

Période de vol notée aux Beaumonts : avril. Dans son aire de répartition : mai-août.

Habitat : Sur Armoise et Chenopodium. Friches et terrains sablonneux. Parfois en zone urbanisée.

Caractéristiques : l’orbiculaire et la réniforme sont séparées par une tâche crème et surtout une ligne de points de même couleur le long du termen.

Le Botys de l’armoise,Loxostege sticticalis, parc des Beaumonts, 27 avril 2014. Cliché André Lantz.


 Le Botys verdâtre, Sitochroa palealis (Denis & Schiffermüller, 1775)

Taille : envergure : 26-32 mm

Période de vol notée aux Beaumonts : juin-août. Dans son aire de répartition : juillet-août.

Habitat : Apiacées (inflorescence), bordures de bois, friches, talus, bermes, zones côtières

Ailes claires avec des nervures plus ou moins soulignées de noir.. Coloration jaune verdâtre d’intensité variable.

Botys verdâtre, Sitochroa palealis, parc des Beaumonts, 17 juillet 2015. Cliché Pierre Rousset.

Botys verdâtre, Sitochroa palealis, parc des Beaumonts, 9 juillet 2015. Cliché Pierre Rousset.

Botys verdâtre, Sitochroa palealis, parc des Beaumonts, 15 août 2014. Cliché Pierre Rousset.


 Le Botys vertical Sitochroa verticalis (Linnaeus, 1758)

Synonyme : la pyrale verticale

Statut : commun.

Taille : longueur : 15 mm environ, envergure : 24-29 mm

Période de vol notée aux Beaumonts : mai-août.

Habitat : sur diverses plantes basses (oseilles, Cirse…) . En prairies, friches, talus.

Se débusque des plantes basses où elle est posée la journée.

Aile antérieure jaune soufre avec des lignes transversales estompées. Aile postérieure blanchâtre. Les lignes au revers des ailes sont bien marquées et contrastent avec la couleur de fond.

La pyrale verticale, Sitochroa verticalis, , parc des Beaumonts, 15 juillet 2017. Clichés Pierre Rousset.

La pyrale verticale, Sitochroa verticalis, , parc des Beaumonts, 9 juin 2017. Cliché Pierre Rousset.

La pyrale verticale, Sitochroa verticalis, parc des Beaumonts, 15 août 2014. Cliché Pierre Rousset.


 La Pyrale du maïs Ostrinia nubilalis (Hübner, 1796)

Des divergences entre plusieurs spécialistes ne sont pas encore tranchées. Il y a au moins deux espèces très voisines.

Synonyme : O nubilalis = O. maysalis.

Statut : commun. Rare au parc des Beaumonts.

Taille : envergure : 26-32 mm

Période de vol notée aux Beaumonts : mai-juillet. Dans son aire de répartition : mai-septembre.

Habitat : tiges, dont le maïs, autres plantes.

La Pyrale du maïs, Ostrinia nubilalis, parc des Beaumonts, 6 juillet 2013. Cliché André Lantz.


 Le Botys de l’Ortie Anania hortulata (Linnaeus, 1758)

Synonyme : la Queue jaune. Envergure 26-30mm.

Statut : commun. Très rare aux Beaumonts où les orties poussent essentiellement dans des milieux ouverts peu humides.

Période de vol notée aux Beaumonts : mai

Habitat : Orties et aussi Groseillers, et Lamiacées. Haies, décombres, sur sol frais et non ensoleillé.

Ailes blanches avec des traits noirs. Corps jaune.

Le Botys de l’Ortie, Anania hortulata, parc des Beaumonts, 23 mai 2011. Cliché André Lantz.


 Le Botys du sureau Anania coronata (Hufnagel, 1767)

Statut : assez commun. Au parc des Beaumonts : très rare

Taille : Envergure : 19-24mm

Période de vol notée aux Beaumonts : mai. Dans son aire de répartition : mai-août. Espèce bivoltine.

Habitat : sureaux mais aussi troène, Viorne, frêne…

Ailes brun-jaune. Deux taches claires ovoïdes sur chaque aile.

Le Botys du sureau, Anania coronata, parc des Beaumonts, 30 mai 2014. Cliché André Lantz.


 Le Botys du bouillon-blanc Anania verbascalis (Denis & Schiffermüller, 1775)

Statut : Assez commun. Rare aux Beaumonts (présence épisodique des plantes hôtes.

Taille : envergure : 19-24 mm

Période de vol notée aux Beaumonts : mai-septembre. Dans son aire de répartition : juin-octobre.

Habitat : bouillon blanc, Teucrium… Friches, coteaux, lisières.

Aire médiane assombrie, couleur cuivré.

Le Botys du bouillon-blanc, Anania verbascalis, parc des Beaumonts, 13 août 2010. Cliché André Lantz.


 Le Botys fauve Udea fulvalis (Hübner, 1809)

Statut : assez commun. Rare aux Beaumonts.
Migrateur potentiel.

Taille : envergure : 20-25 mm

Période de vol notée aux Beaumonts : juillet-octobre. Dans son aire de répartition : juin-août.

Habitat : Sur diverses plantes basses. Friches, Haies, pénètre dans les villes.

Ailes antérieures brun-jaune avec des lignes transversales peu contrastées.

Le Botys fauve, Udea fulvalis, parc des Beaumonts, 2 juillet 2010. Cliché André Lantz.


 Le Botys ferrugineux Udea ferrugalis

Synonyme : La Pyrale ferrugineuse.

Statut : migrateur très répandu

Taille : Envergure 17-22mm

Période de vol notée aux Beaumonts : septembre-décembre . Dans son aire de répartition : mai-décembre.

Habitat : diverses plantes basses, migrateur, se rencontre très facilement en ville.

Aile antérieure jaune ochracé, point discal noirâtre bien net, Ligne transversales apparentes. Des formes plus sombre sont courantes.

Le Botys ferrugineux, Udea ferrugalis, parc des Beaumonts, 1er novembre 2011. Cliché André Lantz.


 SPILOMELINAE

 Pyrale de la luzerne Nomophila noctuella (Denis & Schiffermüller, 1775)

Synonyme : La pyrale hybride

Statut : commun, peut être très abondant certaines années.

Taille : envergure : 26-32 mm

Période de vol notée aux Beaumonts : mai-octobre. Dans son aire de répartition : février / juin-novembre.

Habitat : graminées, plantes basses, prairies (Poacées et Fabacées)

Cosmopolite, peut être très nombreuses certaines années lors des migrations.

Grande espèce aux ailes étroites. Les dessins sont constants, mais variables en intensité. La tache orbiculaire est doublée et, de ce fait, plus importante que la réniforme.

Pyrale de la luzerne, Nomophila noctuella, parc des Beaumonts, 20 septembre 2013. Cliché Pierre Rousset.

Pyrale de la luzerne, Nomophila noctuella, parc des Beaumonts, 26 septembre 2017. Cliché Pierre Rousset.


 La Sténie ponctuée, Dolicharthria punctalis (Denis & Schiffermüller, 1775)

Statut : Rare aux Beaumonts.

Taille : envergure : 22-27 mm

Période de vol notée aux Beaumonts : juillet. Dans son aire de répartition : (juin) juillet-août.

Habitat : Fréquente les milieux ouverts.

Papillon très variable.

Caractéristique chez les deux sexes : la réniforme (marque ayant la forme d’un rein) blanche bien visible.

Le mâle est plus foncé que la femelle. Il présente un abdoment très long.

La Sténie ponctuée, Dolicharthria punctalis. Clichés Philippe Persuy.


 La pyrale campagnarde Pleuroptya ruralis (Scopoli, 1763)

Synonymes : la Pyrale du houblon, Pyrale opaline, Le Botys de l’ortie, Patania ruralis

Statut : commun.

Taille : envergure : 26–35 mm

Période de vol notée aux Beaumonts : juin-septembre. Dans son aire de répartition : juin-septembre.

Habitat : orties, houblon, groseilliers, chénopodes. Décombres, lisières, vergers, en milieu un peu humide.

Grande taille, dessins typiques et aspect satiné.

La chenille active la nuit se constitue une retraite en enroulant un feuille entière d’ortie.

Pyrale campagnarde, Pleuroptya ruralis, parc des Beaumonts, 22 août 2016. Cliché Pierre Rousset.


 La Pyrale du buis Cydalima perspectalis (Walker, 1859)

Statut : Espèce introduite de Chine et Corée de manière artificielle sur des buis asiatiques. Invasive et très commune, faisant beaucoup de ravage sur les buis. Absence de prédateurs naturels en Europe.

Les premiers exemplaires ont été aperçus en Île de France en 2012 et dans Paris on pouvait en rencontrer déjà facilement en 2013.

Taille : Envergure 34-40mm

Période de vol notée aux Beaumonts : juin-septembre

Peut admettre trois générations dans une année (l’espèce est alors trivoltine).

Nocturne. Visible souvent sur les murs en ville où elle est attirée par l’éclairage urbain et y reste accrochée, immobile, en journée. Quelques exemplaires isolés peuvent être observés au parc où elle a été photographiée bien que les buis ne s’y trouvent pas, mais le cimetière n’est pas très loin.

Taille importante et livrée frappantes. La forme la plus souvent rencontrée possède des ailes blanches légèrement irisées et bordées de noir. Il existe aussi une forme sombre (il ne reste que la tache discale de l’aile antérieure qui est blanche). Le thorax et l’abdomen de l’adulte sont blancs. L’extrémité abdominale est noirâtre.

Pyrale du buis, Cydalima perspectalis, parc des Beaumonts, 19 août 2014. Cliché André Lantz.

Pyrale du buis,Cydalima perspectalis, Le Sempin à Montfermeil, 12 septembre 2014. Cliché André Lantz.

Forme sombre de la pyrale du buis.

La chrysalide

Chrysalide de Pyrale du Buis, Cydalima perspectalis, parc floral de Paris, 15 septembre 2014. Cliché André Lantz.

La chrysalide est mise ici en évidence après avoir déplié des feuilles de buis qui avaient été fermées pour protéger la chenille avant sa nymphose.


P.-S.

Plusieurs corrections ont été apportées le 23 octobre 2018. La principale concerne Synaphe punctalis qui appartient à une autre famille de pyrales et qui intégrée à la fiche de Dolicharthria punctalis qui, pour sa part, est bien un Crambidae.

CC by-nc-nd