Les origines économiques de l’autoritarisme d’Emmanuel Macron – Soumettre le pays

L’évolution autoritaire du quinquennat d’Emmanuel Macron ne peut se comprendre qu’en partant de la source de ce pouvoir : l’économie. L’actuel président de la République a construit sa candidature et son existence politique sur une certitude : celle que la France était en déclin et que ce déclin s’expliquait par son refus de se soumettre à la « modernité ».

Or si la France a été incapable de s’y soumettre, c’est parce qu’elle avait un système politique qui était incapable d’adapter le pays à la « réalité » de la mondialisation et à l’ordre économique qu’elle induit. Dans son ouvrage Révolution, Emmanuel Macron le dit clairement : « Notre vie politique est aujourd’hui organisée autour d’un clivage ancien qui ne permet plus de répondre aux défis du monde. »

 La « vérité » selon Emmanuel Macron

Dès lors, l’identité politique de l’hôte de l’Élysée peut se comprendre comme l’idée qu’il convient de briser avec les compromis du passé et de soumettre le pays, pour son « bien », à l’ordre économique. Le 1er mai dernier, dans un entretien accordé à la revue étasunienne Forbes, Emmanuel Macron avait déjà revendiqué cette vision du monde ; les investisseurs choisissent les pays qui seront les destinataires de leurs bienfaits et la fonction des États est de se rendre « attirants » (le président le dit explicitement dans ce texte). Ceci est clairement une politique néolibérale.

Comme le souligne l’auteur Quinn Slobodian dans son récent ouvrage Globalists (paru aux Presses universitaires de Harvard en 2018), le « néolibéralisme » est un courant de pensée qui vise avant tout à favoriser la liberté de circulation du capital. Or la condition principale de cette liberté réside dans la concurrence entre les États, concurrence qui elle-même s’appuie sur la capacité de ces derniers à offrir le « meilleur coût », donc moins d’impôts et un prix du travail faible. Ce sont les fameuses « réformes structurelles » qui forment la pierre angulaire du programme d’Emmanuel Macron et sur lesquelles l’exécutif n’entend à aucun prix revenir. Pour une raison évidente : c’est sur la réalisation de ces réformes que s’est constituée la vision politique du chef de l’État.

Or cette soumission à l’exigence néolibérale de circulation du capital est définie comme une exigence transcendante, qui dépasserait le cadre national et s’imposerait au pays. Elle l’est parce que la science économique lui a permis de l’être. Durant une trentaine d’années s’est en effet construit, comme l’explique dans cette vidéo de Mediapart l’économiste à l’OFCE Francesco Saraceno, un « compromis » scientifique entre les pensées néokeynésiennes et néoclassiques, qui a valorisé les bienfaits de la concurrence. Tout ce qui s’est retrouvé hors de ce compromis, ce que l’on appelle « l’hétérodoxie », a été placé hors du champ scientifique.

Voici qui tombait à point : les réformes, visant à renforcer l’ordre concurrentiel à tous les niveaux, sont dès lors devenues la réalisation concrète d’une vision rationnelle du monde s’opposant à un « obscurantisme », pour reprendre les mots des économistes Pierre Cahuc et André Zylberberg dans leur pamphlet contre le « négationnisme économique ».

Dès lors, cette politique devient non plus une simple soumission, mais une reconnaissance de la vérité du monde et donc du réel. Et la tâche de la politique doit être de faire entrer le pays dans cette réalité à laquelle il se refuserait. « Nos partis politiques sont morts de ne s’être pas confrontés au réel », expliquait le futur président dans Révolution. Pour enfoncer le clou, on présente quelques exemples édifiants, mais toujours isolés et hors contexte général, prouvant le succès de cette reconnaissance de la vérité : l’Allemagne pour le marché du travail, la Suède pour les taxes sur le capital, le Canada pour les finances publiques, le Royaume-Uni pour l’administration, la Suisse pour l’innovation…

Alors la solution cesse d’être politique. Le débat n’oppose plus la droite et la gauche, mais les défenseurs de la vérité, rebaptisée « réel » ou « modernité », et ceux de l’erreur. La fonction du chef de l’État n’est plus que de faire entrer son pays dans cette vérité. C’était là le sens de cette « transcendance » qui emporterait le président de la République et dont parlait Emmanuel Macron dans un entretien de septembre 2016.

Sa mission est celle de faire passer la France des ténèbres à la lumière. Et seule l’acceptation de cet ordre néolibéral permettra de faire renaître le pays de son supposé déclin. « Le destin français est d’embrasser la modernité, non pour faire table rase ou pour s’adapter servilement au monde mais pour le conquérir en le regardant bien en face », écrivait Emmanuel Macron. La soumission à l’ordre économique devient alors le salut du pays. Cette fonction sacerdotale se retrouve aujourd’hui dans les grand-messes du « grand débat », où le président porte la bonne parole devant les foules.

 L’impossible compromis social

En France, une telle pensée franchement revendiquée a pu paraître effectivement « révolutionnaire », comme l’a prétendu le pompeux titre du livre-programme de l’actuel président de la République. L’économiste Bruno Amable, professeur à l’université de Genève, permet de mieux comprendre pourquoi dans un ouvrage publié en anglais en 2017 (Structural Crisis and Institutional Change in Modern Capitalism : French Capitalism in Transition, paru aux Presses universitaires d’Oxford). Selon lui, la France a bien connu, notamment après le « tournant de la rigueur » de 1983, de « substantiels changements institutionnels » allant vers l’idéal néolibéral. Mais, précise-t-il, « la transformation du modèle français reflète l’adaptation des institutions néolibérales à la structure institutionnelle française préexistante dont les éléments remontent pour la plupart à la période fordiste de l’après-guerre ».

Ce modèle que Bruno Amable appelle « hybride »n’est pas une forme dégénérée ou incomplète, il a sa propre cohérence et sa propre justification. De fait, il correspond à la réalité sociale et politique du pays. Les différents gouvernements depuis 1983 se sont efforcés d’introduire des éléments néolibéraux, mais de manière progressive, afin de préserver des équilibres qui permettaient de conserver leurs propres ancrages dans la société.

« Les institutions sont le résultats des compromis sociopolitiques », rappelle Bruno Amable. La France, pays marqué jusqu’à la Première Guerre mondiale par de fortes inégalités et une forte liberté accordée au capital, est restée attachée au modèle issu de l’après-guerre. Et comme ce modèle a été créé par des éléments de gauche et de droite, les deux camps ont dû en préserver des pans entiers.

Or c’est précisément contre cette « hybridation » que s’est défini Emmanuel Macron. Puisqu’on ne transige pas avec la vérité, on ne peut accepter de compromis. Le rejet du « clivage droite-gauche » de l’actuel président de la République, c’est le rejet de ce compromis permanent, c’est la promesse d’une pureté de la politique, incarnée dans une vérité technocratique. En cela, cette démarche est d’une véritable radicalité : celle qui vise une politique qu’il veut plus « vraie », mais qui refuse toute résistance de la réalité sociale. Le réel rêvé par les technocrates prend alors le pas sur le réel concret, social, politique. Il faut faire entrer cette dernière réalité dans l’idéal, s’il le faut aux forceps puisque c’est pour le bien de la société.

Dès lors, la politique d’Emmanuel Macron s’éclaire d’un jour nouveau : réaliser un compromis sur les « réformes », ce serait revenir aux méthodes politiques précédentes, ce serait accepter l’hybridation et donc refuser que la vérité triomphe. C’est absolument impossible. Cette intransigeance, qui s’est manifestée dans le mode d’organisation du « grand débat », ne peut porter que sur les « baisses d’impôts » et les « économies à réaliser ».

Pour passer outre les résistances, ne reste que l’autoritarisme}

Seulement voilà, la société française résiste. L’hybridation du système français correspondait à un équilibre social. Le détruire laisse nécessairement place au conflit. D’autant qu’Emmanuel Macron a, pour mener sa « révolution », ou plutôt sa destruction de ce système, surestimé l’ampleur de son soutien en se prévalant des élections présidentielle et législatives de 2017. Mais ces deux scrutins n’ont guère apporté de soutien clair à ses choix économiques. Le 5 mai, le scrutin a d’abord été un vote de rejet de l’extrême droite, tandis que les législatives sont souvent marquées par un « légitimisme » en faveur du chef d’Etat élu, qui ne s’est jamais démenti depuis 2002, et par une forte abstention.

La réalité est que le socle de soutien à cette politique économique présidentielle est réduit à ce que Bruno Amable et Stefano Palombarini appellent « le bloc bourgeois ». Un bloc qui n’est pas majoritaire, à la différence de ce que l’on observe dans les pays du nord de l’Europe, mais qui, système électoral oblige, peut l’emporter compte tenu de la division du bloc adverse. Sauf que ce bloc adverse peut faire front pour s’opposer à la politique de destruction du modèle français. C’est là que l’on en est désormais : un face-à-face violent et sans compromis possible, parce que l’essence même du système français est en jeu et que le régime électoral n’a pas pu clairement expliciter le choix de la majorité sur ce sujet.

Mais pour Emmanuel Macron, céder est impossible. Ce serait non seulement renoncer à son identité politique, mais aussi échouer à une épreuve essentielle, une forme de « baptême néolibéral ». « Les néolibéraux mettent en évidence la nécessité de passer outre les décisions populaires lorsqu’elles contreviennent à ce qui est vu comme un principe supérieur », écrit Quinn Slobodian. Assumer son impopularité, c’est se montrer capable de défendre la vérité envers et contre tout.

Il y a là une forme de fanatisme dans lequel on prouve sa capacité par son opposition à son propre peuple. On a vu des postures de ce genre dans toute l’Europe durant la crise de la dette : au Portugal, en Grèce, en Italie ou en Espagne. Pour Emmanuel Macron, c’est une façon de construire sa stature internationale, de montrer qu’il peut « réformer » ces Gaulois irréformables. C’était ce qui impressionnait tant les médias anglo-saxons au début du quinquennat.

Mais si céder est impossible, comment « passer outre » la résistance de la société française ? Quinn Slobodian décrit comment, à partir des années 1980, ont été construites des structures internationales capables de soumettre les États à l’ordre néolibéral : l’OMC, le FMI, l’UE, les marchés financiers… Lorsqu’un État décidait de changer de politique, cette pression « externe » le ramenait à la raison. Mais la France ne prête guère le flanc à ce genre de pression. La France n’a pas à craindre ses créanciers. Les marchés ont soutenu son modèle hybride et ne s’inquiètent guère du mouvement des gilets jaunes, ce qui rend, du reste, toute menace de l’UE peu crédible, à la différence du cas italien. Bref, cette option ne fonctionne pas.

Par ailleurs, Emmanuel Macron ne peut guère s’appuyer sur une prétendue « efficacité » de ses recettes économiques. Aucune de ses réformes, pas davantage que les précédentes, n’ont été en mesure de rendre la France plus solide économiquement, bien au contraire. En brisant le subtil équilibre entre État, consommateurs et entreprises et en faisant un mauvais diagnostic, centré sur l’attractivité et la compétitivité coût, il l’a plutôt affaiblie. Dès lors, la politique de « compensations » mise en place n’a guère porté ses fruits, d’autant qu’elle a été timide. Et les 10 milliards d’euros annoncés en décembre ne devraient pas tellement changer la donne, dans la mesure où les « réformes » atteignent le cœur du système français et donc de la confiance des ménages : l’emploi, la retraite, le chômage, le logement. On peut prétendre, comme le font les néolibéraux, qu’il en faut « encore plus », et c’est, du reste, ce que prétend le président de la République. Mais cette stratégie de la « fuite en avant » permanente est peu convaincante.

Incapable de prouver l’efficacité de sa politique, Emmanuel Macron n’a plus qu’une seule carte en main pour imposer sa « vérité » : celle de l’abus d’autorité. Une carte que le régime actuel, régime personnalisé dont le berceau est une guerre sanglante, lui permet de jouer aisément. Puisque le président de la République connaît la vérité, sait quelle est la bonne voie pour la France, il a le devoir, pour le bien de la France, de mener le pays dans cette voie, contre le désir du pays lui-même. Il lui faut faire le bonheur de « son » peuple malgré lui. Et cela vaut bien de le secouer, par une limitation du droit de manifester, par une tentation de contrôler la « neutralité » de la presse (donc son acceptation de la « vérité » néolibérale) et par une répression des mouvements d’opposition.

La certitude d’Emmanuel Macron d’agir pour le bien du pays et d’être guidé par une vérité transcendantale a de quoi fondamentalement inquiéter. Le néolibéralisme est actuellement sur la défensive. La crise de 2008 et ses suites, son inefficacité à relancer la croissance et à gérer la transition écologique tendent à le remettre en question.

Les grandes organisations internationales remettent en cause certains de ses dogmes comme la libéralisation du marché du travail, la « théorie du ruissellement », la liberté des capitaux… Ce qui se joue aujourd’hui, c’est une crise de régime économique, au sens de celle que l’on a connue dans les années 1930 et 1970. Dans ce contexte, la tentation autoritaire du néolibéralisme se renforce.

En février dernier, Dani Rodrik, l’économiste étasunien d’origine turque, professeur à Harvard, signalait que les démocraties libérales n’étaient pas menacées uniquement par un glissement vers la « démocratie illibérale », danger souvent agité. Un autre existe : « les libéralismes non démocratiques ». Cette idée a été développée par un autre chercheur de Harvard, Yascha Mounk, dans un chapitre de son ouvrage Le Peuple contre la démocratie, traduit aux éditions de l’Observatoire. Il s’agit d’un système où les vraies décisions sont soumises à des règles non choisies, issues de principes non démocratiques définis par l’ordre économique, et où le pouvoir se doit d’assurer l’obéissance des États à ces lois, s’il le faut au prix des libertés fondamentales. C’est vers un tel destin que la France semble désormais se diriger.

Romaric Godin