Actes racistes sur des mosquées

, par DOUET Eléanor, STASSINET Léa, VERONIQUE Paul

  Sommaire  

 Indre-et-Loire

Des croix gammées peintes sur une mosquée en construction

Janvier 2019

Plusieurs têtes de cochons ont également été lancées dans ce chantier de la commune d’Amboise.

Une mosquée profanée par des tags de croix gammées en décembre 2009 (photo d’illustration).
Crédit : THIERRY ANTOINE / AFP

Quatre croix gammées ont été découvertes sur les palissades du chantier d’une mosquée en construction depuis quatre ans à Amboise (Indre-et-Loire) dans la nuit du lundi 8 au mardi 9 janvier. Les traces de ces croix gammées peintes étaient encore visibles ce mardi en fin d’après-midi sous le panneau annonçant la construction d’un centre culturel turc.

La préfète d’Indre-et-Loire Corinne Orzechowski a qualifié cet acte « d’inadmissible » et annoncé qu’une enquête avait été diligentée par la gendarmerie. Mais ce n’est pas la première fois que le chantier fait l’objet de vandalisme : plusieurs têtes de cochons y avaient déjà été lancées.

Un conseiller municipal souhaitant garder l’anonymat a cependant tenu à préciser que les rapports de la population de cette petite ville touristique de 14.000 habitants avec la communauté turque seraient très bons.

Léa Stassinet et AFP

PUBLIÉ LE 09/01/2019 À 01:53 :
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/indre-et-loire-des-croix-gammees-peintes-sur-une-mosquee-en-construction-7796170492?fbclid=IwAR34GSQ5cjPRxcS86GOZwsoRKyqX1InocbgKnV2l7dzbH7fD3N53z6N0WTA


 Angers

Deux têtes de sangliers retrouvées aux grilles de la future mosquée

Janvier 2018

Les deux têtes de sangliers ont été accrochées dans la nuit du 24 au 25 janvier et ont été découvertes par les ouvriers du chantier de la future mosquée d’Angers, dans le Maine-et-Loire.

Deux têtes de sangliers ont été accrochées aux grilles du chantier de la future mosquée d’Angers, a-t-on appris vendredi 26 janvier auprès de la mairie. « Cet acte raciste est totalement inacceptable et je le dénonce avec la plus grande fermeté », a fait savoir dans un communiqué le maire, Christophe Béchu, qui a quitté son ancien parti Les Républicains, en décembre 2017.

« Des agissements de la sorte sont intolérables dans une République, et doivent être punis au regard de la loi », a souligné Christophe Béchu, qui a affirmé son soutien à l’association qui porte le projet de mosquée, en construction dans le quartier des Hauts-de-Saint-Aubin.

Les faits se sont produits dans la nuit de mercredi à jeudi et ont été découverts par les ouvriers du chantier, à leur arrivée au travail.

Eléanor Douet et AFP

• PUBLIÉ LE 27/01/2018 À 00:33 :
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/angers-deux-tetes-de-sangliers-retrouvees-aux-grilles-de-la-future-mosquee-7792003073


 Nancy

Après des lardons, une enveloppe de poudre déposée devant une mosquée

Août 2016

Les individus ayant été en contact avec la poudre sont actuellement surveillés par des équipes médicales.

Nouvel acte islamophobe à la mosquée de Tomblaine, située dans la banlieue de Nancy en Lorraine. Le lieu de culte a reçu jeudi 4 août une enveloppe chargée de poudre, ont annoncé les pompiers et les services de police. Une semaine auparavant, des lardons avaient été déposés dans la boîte aux lettres. Il semblerait que l’enveloppe ne contenait « ni matériel bactériologique, ni nucléaire et personne n’a présenté de symptômes », a signalé la police. Un périmètre de sécurité est toujours en place devant le lieu de culte.

Les pompiers avaient rapidement été appelés après la découverte de la mystérieuse enveloppe. Les individus ayant été en contact avec la poudre sont actuellement surveillés par des équipes médicales. Vendredi 29 juillet, l’homme qui avait déposé des lardons dans la boîte aux lettres de la mosquée, quelques heures après l’attaque de Saint-Étienne-du-Rouvray, avait été condamné à 6 mois de prison avec sursis.

En 2015, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) avait enregistré une hausse de 18.5% des actes islamophobes par rapport à l’année précédente. Toutefois, la tendance ne semblait pas se confirmer en 2016. Dans une interview à Libération, Marwan Muhammad, le directeur du collectif expliquait que ses agences locales n’avaient pas constaté une explosion des actes antimusulmans cette année, contrairement à ce qui s’était produit après les attentats de janvier et novembre 2015. Il craignait en revanche « l’émergence d’une islamophobie sécuritaire » alimentée par les déclarations de certains politiques.

Paul Véronique et AFP

• PUBLIÉ LE 05/08/2016 À 13:36 :
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/nancy-apres-des-lardons-une-enveloppe-de-poudre-deposee-devant-une-mosquee-7784340472


Pas de licence spécifique (droits par défaut)