Appel : Soutenir le droit du peuple soudanais à la liberté, à la démocratie et à la justice

, par Collectif

Les organisations et personnalités, signataires de cet appel, s’adressent à l’opinion et aux instances internationales afin qu’une enquête soit ouverte sur ce qui se passe au Soudan qui a déjà coûté la vie à des dizaines de Soudanais. En effet, Les forces de l’ordre n’ont pas hésité à tirer sur les manifestants qui sont sortis pour dénoncer la cherté de la vie, pour dire leur aspiration à la liberté et réclamer le départ du président Omar al Bachir. Ce dernier, à la tête du pouvoir depuis le coup d’État militaire de 1989, est poursuivi par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et massacres collectifs.

Nous demandons aux autorités soudanaises l’arrêt immédiat des actes de tortures, la cessation des menaces, la libération sans conditions des détenus et la promulgation d’une amnistie générale mettant à la persécution des opposants, des exilés toujours victimes de procès iniques manipulés par un une « justices » aux ordres.

Nous en appelons également à toutes les organisations de défenses des droits de l’Homme, à tous les mouvements épris de paix en Afrique, dans le monde arabe et de par le monde pour les exhorter à soutenir le peuple soudanais dans sa lutte pour la liberté, la démocratie et la justice.

Rappelons que les manifestations qui ont commencé à la fin de l’année dernière dans la ville de Atbara, se sont étendus à toutes les villes du Soudan. Les slogans des insurgés portent sur la vie chère, la dégradation de la situation sociale en raison de la hausse du prix du pain, de la rareté des produits de première nécessité, de la corruption endémique, du clientélisme devenu un mode de gouvernement… Les revendications ont par la suite évolué vers la dénonciation de la répression et pour exiger la fin du parti unique et la chute du régime de Bachir.

Les autorités soudanaises ont déployé toutes les formes de violence afin de réprimer l’insurrection en recourant au tirs à balles réelles pour disperser les manifestants, en investissant brutalement les domiciles des opposant dont beaucoup ont été littéralement enlevés, en brouillant les réseaux sociaux et la communication par internet. L’état d’urgence est proclamé dans plusieurs régions et les écoles et facultés sont fermer dans le but d’arrêter les manifestations.

ORGANISATIONS

Premières signataires :

Association Agir pour la Démocratie en Aklgérie – ACDA

Association Arts et Cultures des Deux Rives – ACDR

Association Marocaine des Droits Humains – AMDH

Association des Marocains en France - AMF

Association des Travailleurs Maghrébins en France – ATMF

Associations des Tunisiens en France – ATF

Association des Tunisiens de l’Isère Citoyens des Deux Rives - ATI-CDR

Cédetim - France

Comité pour le Respect des Libertés et des Droits d el’Homme en Tunisie - CRLDHT

Comité de Vigilance pour la Démocratie en Tunisie – CVDT- Belgique

Ensemble - France

Europe solidaire sans frontières (ESSF) - France

Fédération des Tunisiens pour uneCitoyenneté des deux Rives (FTCR)

Femmes en Luth" Valence - France

Forum Palestine Citoyenneté - France

Forum Tunisien des Droits Économiques et Sociaux - FTDES

Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP)

Ligue Algérienne de Défense des Droits de l’Homme – LADDH

Nouveau Parti anticapitaliste - NPA

Unino des Juifs pour la Paix – UJFP

Union des Tunisiens pour l’Action Citoyenne (UTAC)

Personnes

premiers signataires :

Abdelhamid Maha, Sociologue, Géographe France/Tunisie

Abdessamad Hichem, traducteur, historien, -France/Tunisie

Afarki Abderrahim, Bibliothécaire –Paris

Ainani Khadija, vice président AMDH – Maroc

Allal Mourad, Direceur de Centre de Formation – France

Allal Tewfik, militant associatif – France

Ben Arfa Slim, secrétaire national du Parti Al Massar Démocratique et Social (Tunisie)

Belahassen Souhayr, présidente d’Honneur de la FIDH

BEN SAID Mohamed, militant associatif – France

Bessis Sophie, historienne – Tunisie/France

Bhar Mohamed, Artiste musicien – France

Bouamama Said, chercheur, FIUQP - France

Bouguerra Larbi, Membre Académie des arts des sciences et des Lettres Bait al Hikma (Carthage )

Chenchabi Hédi, militant associatif – France

Cherbib Mouhieddine, militant des droits humains - France

Dridi Mohsen, miltant associatif – France

Ellala Mohamed Lakhdhar, président de l’ATF – France

Ferjani, Mohamed Chérif, Enseignant- Chercheur - France

Jendoubi Kamel, militant des droits humains – France/Tunisie

Khalfa Pierre, économiste, membre de la Fondation Copernic – France

Lamour Bruno, militant associatif - France

Mahieux, Christian syndicaliste [Union syndicale Solidaires] – France

Manceron Gilles, historien – France

Mermet Henri, militant politique – France

Jean François Pelissier, porte parole Ensemble – France

Perochon Eric, syndicaliste -

Rousset, Pierre - France


Merci de continuer à diffuser et signer la pétition de soutien au peuple Soudanais pour la Liberté, la Dignité et la Démocratie.

Amitiés

Pour signer contacts :

Mohieddine Cherbib : mouhieddinecherbib gmail.com

Messaoud Romdhani : mah.talbi gmail.com


تضامنا مع حق الشعب السوداني في الحرية والديمقراطية والعدالة

16 فيفري 2019

تدعو المنظمات والشخصيات الممضية أدناه المجتمع الدولي وهيئاته للتحقيق في سقوط عشرات القتلى والجرحى نتيجة إطلاق قوات الأمن السودانية النار على المتظاهرين المنددين بغلاء الأسعار والمطالبين بالحرية وبرحيل الرئيس السوداني ، عمر البشير، الموجود على رأس السلطة منذ الانقلاب العسكري سنة 1989، والصادرة في حقه بطاقة جلب لدى محكمة الجنايات الدولية بتهم تتعلق بجرائم حرب ضد الإنسانية والإبادة الجماعية،

كما تطالب المنظمات والشخصيات السلطات السودانية بالكف عن تعذيب المعتقلين وتهديدهم وتدعو الى إطلاق سراحهم دون قيد أو شرط ، وسن عفو عام في حق المعارضين، الملاحقين والفارين خارج السودان من المحاكمات الجائرة التي تحركها السلطة في غياب تام لقضاء مستقل ،

إلى ذلك ، يناشد الممضون أسفله كل المنظمات الحقوقية والقوى المحبة للسلام في المنطقة العربية والإفريقية وفي العالم للوقوف الى جانب الشعب السوداني المطالب بالحرية والديمقراطية والعدالة.

للتذكير فان مظاهرات انطلقت في أواخر السنة الماضية من مدينة عطربة لتعم جل المدن السودانية رافعة شعارات ضد غلاء الأسعار وتردي الأوضاع الاجتماعية بسبب غلاء الخبز وندرة المواد الأساسية واستفحال مظاهر الرشوة والمحسوبية والو لاءات التي تفرضها السلطة الحاكمة، وتطورت المظاهرات لترفع شعارات منددة بتعسف السلطة ومطالبة بإنهاء سيطرة الحزب الحاكم ونظام البشير،

ولم تكتف السلطات السودانية باستعمال العنف والرصاص الحي لتفريق المتظاهرين، وإصدار بطاقات الجلب ومداهمة منازل بعض القيادات المعارضة وحتى اختطافهم ، بل التجأت الى التشويش على مواقع التواصل الاجتماعي و قطع الانترنت وأعلنت حالة الطوارئ في عديد المناطق وأغلقت عديد المدارس والكليات في محاولة لوقف المظاهرات.

للإمضاء الاتصال ب :

محي الدين شربيب :

mouhieddinecherbib gmail.com

مسعود الرمضاني :

mah.talbi gmail.com


Pas de licence spécifique (droits par défaut)