À Sarajevo, la toute première Marche des fiertés donne de l’espoir

Après des années de menaces et d’annulations, la première Marche des fiertés s’est déroulée dimanche à Sarajevo sans aucun incident, sous la protection d’un millier de policiers. Quelque 3 000 personnes y ont participé, soit six fois plus que ce qui était attendu.

“Le 8 septembre, Sarajevo a de nouveau décidé de faire partie du monde auquel il appartient, celui de l’égalité, de la liberté et de la résistance”, souligne Oslobodenje, qui consacre sa une à la manifestation. “La première Marche de Fiertés organisée en Bosnie-Herzégovine sous le slogan ‘Ima izac’ [référence à ‘coming out’] s’est déroulée sans le moindre incident, détaille le journal, avec la participation de nombreux citoyens, de personnages publics ou encore de membres du corps diplomatique venus soutenir le combat de la population LGBT, mais aussi de tous les groupes marginalisés du pays, pour l’égalité et une meilleure visibilité dans la société.” L’ambassadeur américain en Bosnie, Eric Gordon Nelson, a par exemple défilé avec son compagnon.

Le quotidien de Sarajevo relate les propos de Lejla Huremovic, activiste LGBT, prononcés à la fin de la marche : “Nous voulons créer une société sans violence, une société de solidarité et de tolérance. Cette manifestation nous laisse espérer qu’on puisse changer les choses au profit de tous.”

“Ça fait longtemps que Sarajevo n’a pas exhalé une telle énergie positive”, note quant à lui l’écrivain Faruk Sehic sur le site Lupiga. “Les Sarajéviens ont fait comprendre que les messages de la population LGBT ne menaçaient ni les valeurs traditionnelles ni l’identité nationale de quiconque”, affirme-t-il.

Une marche contestée

Le samedi 7 septembre, à la veille de l’événement, quelques centaines de personnes avaient défilé dans le centre de Sarajevo pour revendiquer la protection de la famille traditionnelle. Les autorités religieuses musulmanes avaient également condamné la tenue de cette Marche des fiertés, tout en appelant à ne pas faire usage de la violence contre la manifestation.

En Bosnie, la discrimination à l’égard des personnes LGBT est proscrite par les lois de 2003 et de 2009. Toutefois, rappelle le journal Oslobodenje, le cadre institutionnel censé assurer l’application de la loi est toujours très faible.


Kika Curovic

Abonnez-vous à la Lettre de nouveautés du site ESSF et recevez chaque lundi par courriel la liste des articles parus, en français ou en anglais, dans la semaine écoulée.