Syrie : une tragédie qui entache la conscience de l’humanité

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Traverser la mer Méditerranée est semé d’embûches. En 2018, environ 2 277 personnes sont mortes dans leur tentative d’entrer en Europe. Ils faisaient partie des 141 500 réfugiés et migrants qui ont atteint les côtes de l’Europe par la route méditerranéenne cette année-là. Environ 10 400 de ces migrants étaient des Syriens arrivant en Italie, en Grèce, en Espagne et à Chypre.

Ceux qui ont survécu au voyage ont reçu une réponse mitigée. D’une part, l’afflux de réfugiés et de migrants en Europe (et dans d’autres pays du monde) constitue un bouc émissaire pour les dirigeants au pouvoir responsables des problèmes de leur pays et a donc contribué à créer un climat de xénophobie et de nationalisme croissant. . De l’autre, il y a eu un élan de solidarité à la base, allant de l’organisation d’un soutien pratique dans les communautés hôtes à des manifestations qui déclarent que les « réfugiés sont les bienvenus ». Bien que de tels efforts soient essentiels et qu’il faille les renforcer, il existe un problème fondamental de solidarité qui ne commence qu’aux frontières de l’Europe et ne traite pas des raisons pour lesquelles les demandeurs d’asile arrivent en premier lieu.

Depuis 2011, lorsque l’État syrien a commencé sa guerre contre un soulèvement pro-démocratique, plus de la moitié de la population a été chassée de leurs foyers. Alors que les opposants extrémistes et les forces de l’opposition ont provoqué des déplacements, la cause principale en est la violence de l’État et de ses partisans étrangers. Leurs actions incluent le bombardement aérien implacable de centres de population et l’arrestation massive de dissidents. De nombreux observateurs citent le chiffre d’un demi-million de morts (un chiffre de plus de deux ans). Le pays est en ruine avec 27% des logements et les deux tiers des installations éducatives et médicales endommagées ou détruites . La dégradation des services publics et la destruction de l’économie et des moyens de subsistance, qui ont plongé environ 80% de la population dans la pauvreté, sont d’autres facteurs de déplacement.

En dépit d’un consensus mondial croissant sur le fait que la guerre tire à sa fin, les Syriens continuent à fuir pour sauver leur vie. L’ONU estime qu’entre la fin avril et le mois d’août de cette année, plus de 570 000 personnes ont été déplacées par le régime et par le bombardement du nord-ouest de la Syrie par la Russie. Un grand nombre d’entre eux ont probablement déjà été déplacés plusieurs fois. La plupart restent piégés à l’intérieur de la province d’Idlib, dormant à la belle étoile sous les arbres, car il n’y a plus de place dans les vastes camps. D’autres sont amassés à la frontière syro-turque, où les gardes-frontières ont régulièrement abattu et tué ceux qui avaient tenté de traverser.

Les activistes ont organisé des manifestations en grande partie symboliques, déclarant que les Syriens allaient prendre d’assaut la frontière et s’enfuir en Europe. Le 30 août, des centaines de personnes ont réussi à percer. Ils espéraient que la menace de milliers de corps bruns atteignant les côtes européennes inciterait la communauté internationale à agir pour faire cesser le massacre qui se poursuivait. Quelque chose que les images quotidiennes d’enfants pris au piège sous les décombres de leurs maisons détruites et les cris angoissés de leurs parents n’avaient pas abouti.

Malgré les rumeurs de « crise des réfugiés », seuls 11,6% de la population syrienne mondiale de réfugiés ont atteint l’Europe. La plupart restent dans la région, initialement accueillies par les pays voisins, mais de plus en plus considérées comme un problème. En Turquie, qui héberge plus de 3,6 millions de réfugiés syriens, plus que tout autre pays, l’incitation à la colère des réfugiés faisait partie intégrante des campagnes électorales récentes . Sur les médias sociaux, les campagnes de désinformation ont propagé haine et division, suscitant des protestations anti-syriennes et des attaques contre les entreprises appartenant à la Syrie. En juillet, des milliers de réfugiés syriens enregistrés et non enregistrés, y compris des enfants, ont été arrêtés dans tout le pays, principalement à Istanbul. Ils ont été contraints de signer des formulaires de rapatriement « volontaire » et ont été expulsés vers le nord de la Syrie.

L’hostilité grandit également au Liban, où un tiers de la population nationale est constituée de réfugiés – la grande majorité d’entre eux se trouvant dans une situation précaire sans résidence légale. Un décret gouvernemental récent donne la priorité à l’emploi des travailleurs libanais par rapport aux étrangers, des rapports faisant état de licenciements de Syriens. De plus en plus d’incitations racistes ont été perpétrées par des dirigeants politiques décrivant les réfugiés comme une menace existentielle pour la stabilité et la prospérité du Liban et demandant leur retour en Syrie, arguant que le pays est désormais « sûr ». Les campements de réfugiés ont fait l’objet de raids et d’expulsions. Plus de 5 600 structures abritant des réfugiés syriens ont été détruites à Arsal par l’armée en juin. Ces mesures hostiles visent à contraindre les Syriens à rentrer chez eux. Au Liban aussi Les formulaires de rapatriement « volontaire » ont été utilisés comme outil d’expulsion forcée.

L’idée que la guerre touche à sa fin et que la Syrie est désormais « sûre » de renvoyer des réfugiés gagne en popularité parmi ceux qui éprouvent de la sympathie pour les souffrances continuelles des Syriens. L’un des principaux promoteurs de ce récit est le régime lui-même. En septembre 2018, le Premier ministre adjoint Walid Al-Moualem, a déclaré à l’Assemblée générale des Nations Unies que la « guerre contre le terrorisme du régime est presque terminée », que la Syrie est « devenue plus sûre et stable » et que « les portes sont ouvertes pour tous les Syriens. à l’étranger pour rentrer volontairement et en toute sécurité. »Il utilise la question du retour des réfugiés comme un levier avec lequel il espère obtenir des fonds pour la reconstruction, une somme d’argent que Human Rights Watch met en garde sera coopté par le régime et utilisé pour « financer ses atrocités, défendre ses propres intérêts, punir ceux qui sont perçus comme des opposants et profiter à ses partisans ». Les groupes d’extrême droite en Europe se sont également emparés du récit d’un poste sûr, -war retour. À la suite de visites à Damas, des politiciens allemands de l’AfD et des activistes de la Génération Identité ont appelé au rapatriement des réfugiés syriens.

Il faut résister à ces appels au retour. Alors que les Syriens rentrent chez eux, en raison de la précarité et de l’hostilité auxquelles ils sont confrontés dans les pays hôtes, des rapatriés auraient été arrêtés à leur arrivée par les forces de sécurité. Le Réseau syrien pour les droits de l’homme rapporte qu’entre le début de 2014 et le mois d’août 2019, 1 916 réfugiés ont été arrêtés à leur retour en Syrie, dont 219 enfants. Tous ont été arrêtés par le régime. Parmi eux, 638 ont disparu de force et 15 sont morts sous la torture. Un conflit chaud continue de faire rage dans certaines parties du pays et même les zones exemptes de bombardements quotidiens sont loin d’être « sûres et stables ».

L’Association syrienne pour la dignité des citoyens a examiné la situation dans des zones contrôlées par l’opposition, qui sont revenues au contrôle du régime après des bombardements aveugles et une guerre de siège. Dans la plupart des cas, des « accords de réconciliation » ont été conclus sous les auspices de la Russie, garantissant la protection de leurs droits aux personnes affiliées à l’opposition, notamment la protection contre les persécutions et le recrutement forcé dans les forces du régime pendant au moins six mois.

Ces garanties n’ont pas été honorées. De nombreux jeunes ont été enrôlés de force dans la milice du régime et utilisés comme arme à feu indispensable sur les lignes de front ; contraints de se battre contre d’anciens camarades. En mai, des dizaines de jeunes de Daraa, du nord de Hama et de la campagne de Damas, des combattants de l’opposition, ont perdu la vie sur le front du Hama, précipitant les plus grandes manifestations de Deraa depuis 2011 . Ceux qui ont refusé de se battre au nom du régime ont été arrêtés, ont disparu ou ont été tués par les services de sécurité. Les anciens membres de l’opposition armée et politique et leurs familles, les militants des médias et les travailleurs humanitaires sont principalement visés .

Alors que la position officielle de l’UE est que la Syrie reste dangereuse pour le retour des réfugiés, le climat pour les réfugiés et les migrants est de plus en plus hostile. Les États de l’UE ont mis en place des contrôles plus stricts aux frontières et des systèmes de quotas sur les arrivées, arrêté les opérations de recherche et de sauvetage en mer et criminalisé la solidarité. Les groupes d’extrême droite gagnent en force alors que les réfugiés et les migrants sont diabolisés, car ils constituent une menace existentielle pour les Européens (blancs). Il est essentiel que les gens continuent de résister à ces mesures et que ceux qui fuient la guerre, la persécution et la pauvreté bénéficient d’un refuge et d’un soutien pour reconstruire leur vie à leur arrivée. Si le nombre relativement restreint de réfugiés peut aujourd’hui servir de prétexte pour restreindre la liberté de circulation, ériger des murs et créer des frontières impénétrables, renforcer les pouvoirs de l’État de sécurité et susciter des divisions fondées sur la race, la religion,

La solidarité doit s’attaquer aux causes profondes. Des pressions accrues doivent être exercées sur le régime pour qu’il mette un terme à ses violations systématiques des droits de l’homme, notamment la détention arbitraire et le bombardement continu de centres de population et d’infrastructures civiles. Tous ceux qui ont commis des crimes de guerre doivent être tenus pour responsables. Les appels au rapatriement des réfugiés doivent être combattus à moins qu’ils ne soient volontaires, sûrs et dignes et contrôlés par des acteurs indépendants. Un bon point de départ pour la solidarité consiste à soutenir les organisations de la société civile syrienne, qui tentent collectivement de souligner les souffrances persistantes des personnes qui ont été déplacées de force de leurs foyers par le biais d’une campagne intitulée « « La moitié de la Syrie ». ».. La campagne vise à documenter et à humaniser l’expérience du déplacement, à mettre en lumière les raisons pour lesquelles les Syriens ont toujours peur de rentrer chez eux et à contrecarrer les tentatives visant à faire pression sur les réfugiés pour qu’ils rentrent. En fin de compte, à moins que les personnes ne soient protégées de l’abattage chez elles, elles continueront à rechercher la sécurité à l’étranger.


Leila al-Shami

Abonnez-vous à la Lettre de nouveautés du site ESSF et recevez chaque lundi par courriel la liste des articles parus, en français ou en anglais, dans la semaine écoulée.