A Hongkong, l’université polytechnique s’embrase

, par DEFRANOUX Laurence

Les étudiants hongkongais qui occupent la fac depuis plusieurs jours sont assiégés par la police, qui menace de tirer à balles réelles.

« Je vous écris parce que la guerre entre la police et les étudiants de l’université polytechnique tourne en crise humanitaire [...]. Toutes les sorties sont bloquées par la police, ils sont pris au piège sans assez de nourriture et d’eau. Certains sont blessés, mais les ambulances sont empêchées d’entrer, et la plupart des soignants bénévoles ont été arrêtés. La police demande aux étudiants de sortir mais les arrête, les arrose de gaz lacrymos. Elle somme les journalistes de ne plus filmer. [...] Les Hongkongais vivent dans la terreur. Je lance un SOS à la communauté internationale. »
Ce message désespéré a été envoyé par Maya (1), une étudiante, à Libération lundi après-midi, alors que la situation s’aggrave d’heure en heure à Hongkong.

Depuis cinq mois, une partie des 7,2 millions d’habitants du territoire semi- autonome chinois se bat pour conserver ses libertés(2), menacées par l’emprise grandissante du pouvoir central chinois.
Aussi pacifique que massive, la mobilisation (3) s’est heurtée à une réponse de plus en plus brutale (4) de la police.
Depuis la semaine dernière, la confrontation a basculé dans une phase beaucoup plus violente, qui paralyse la ville (5) et entraîne la fermeture des écoles. Les événements qui se déroulent à l’université polytechnique, située dans le quartier touristique de Tsim Sha Tsui, dans le sud de la presqu’île de Kowloon, sont particulièrement inquiétants, comme le décrit Maya dans son message.

 Flèche et cocktails Molotov

Après plusieurs jours d’occupation de la fac par des centaines d’étudiants, et après qu’un policier a été blessé à la jambe dimanche par une flèche tirée à l’arc par un manifestant près de la « PolyU », les forces de l’ordre hongkongaises ont donné l’assaut ce lundi à l’aube, et indiqué qu’elles arrêteraient tous ceux qui s’y trouvaient. Les jeunes retranchés dans ce qui est désormais qualifié de « scène d’émeute », ce qui peut leur valoir dix ans de prison, ont mis le feu à l’entrée de l’université pour repousser l’assaut. Sur une vidéo spectaculaire tournée non loin, on voit un blindé qui tente de reprendre le contrôle d’un tunnel menant à l’île de Hongkong se faire bombarder de cocktails Molotov.

Le spectre d’une intervention de l’armée chinoise (6) sur le territoire hongkongais, et d’un remake du massacre du mouvement démocratique de Pékin sur la place Tiananmen en 1989 (7) ,impensable il y a quelques semaines, est dans toutes les têtes.
Ce lundi, l’ambassadeur chinois à Londres, Liu Xiaoming, a prévenu que Pékin ne « resterait pas sans rien faire » si la situation devient « incontrôlable » à Hongkong.
La sortie dans les rues, samedi, de soldats chinois de la garnison locale de l’Armée populaire de Chine, un fait rarissime, a sonné comme un avertissement.
La police a également annoncé qu’elle tirerait à « balles réelles », et ostensiblement sorti ses fusils AR15.

Des dizaines d’arrestations, parfois très brutales, effectuées aux abords du campus ces dernières heures n’empêchent pas la population de descendre dans la rue pour soutenir les étudiants.
- Les parents et les amis des étudiants bloqués dans la fac ont fait un sit-in dans l’après-midi devant l’entrée.
- Les leaders religieux bouddhistes, chrétiens, confucéens, musulmans et taoïstes de la ville ont publié une déclaration commune appelant les autorités à laisser sortir les assiégés.
- Pendant ce temps, des habitants tentaient de faire entrer dans la fac des produits de première nécessité amenés là grâce à une longue chaîne humaine créée sur Nathan Road.
- « Partout autour de moi, les habitants vident dans la rue des bouteilles de sauce soja, lait, vinaigre, pour que les manifestants puissent en faire des cocktails Molotov », raconte une habitante au téléphone.

En fin de soirée, selon le site d’informations Apple Daily, une centaine de protestataires ont réussi à s’enfuir du campus, descendant en rappel depuis une passerelle et récupérés en contrebas par des personnes à moto, avant que la police ne découvre la manœuvre.

 « Flammes de la violence »

Nul ne sait combien d’étudiants sont encore bloqués dans l’université polytechnique. La police, qui après minuit procédait encore à des arrestations parmi les manifestants présents dans le quartier, assure que parmi « 51 personnes se faisant passer pour des sauveteurs ou des journalistes » arrêtées dimanche « en lien avec les émeutes », « une quinzaine n’avaient pas pu fournir leur diplôme de secourisme, ni des preuves de leur statut de journaliste ».
- Alors que des renforts policiers continuent d’arriver dans le secteur de PolyU, le directeur d’Amnesty International à Hongkong, Man-kei Tam, a appelé au calme, accusant la police « d’attiser encore une fois les flammes de la violence alors qu’elle devrait tenter de la désamorcer ».
- Selon le professeur de sciences politiques Chow Po Chung, interviewé la semaine dernière par Libération, cette stratégie d’escalade pourrait avoir pour but l’annulation des élections locales prévues le 24 novembre (8), que le pouvoir de Hongkong craint de perdre.

Laurence Defranoux - Libération -


Notes

1. Le prénom a été changé.

2. https://ptitlibe.liberation.fr/p-tit-libe/2019/09/12/que-se-passe-t-il-a-hongkong_1750714

3. https://www.liberation.fr/planete/2019/10/30/mobilisation-a-hongkong-les-lignes-arriere-a-l-avant-garde_1760667)

4. https://www.liberation.fr/planete/2019/11/08/manifestations-a-hongkong-un-mort-et-des-questions_1762316

5. https://www.liberation.fr/planete/2019/11/15/contestation-a-hongkong-je-m-attends-a-voir-des-chars-au-pied-de-ma-tour_1763574

6. https://www.liberation.fr/planete/2019/07/24/pekin-va-t-il-envoyer-les-chars-a-hongkong_1741821)

7. https://www.liberation.fr/planete/2019/06/03/tiananmen-le-4-juin-j-ai-vu-les-chars-en-rangs-serres-ecraser-les-tentes_1731458)

8. https://www.liberation.fr/planete/2019/11/12/a-hongkong-les-deux-camps-ont-interet-a-ce-que-la-situation-degenere_1763009)