Le Parc des Beaumonts, Montreuil (93) : Rapport ornithologique 1999

, par ROUSSET Pierre

Ce rapport était originellement introduit par une « brève chronique beaumontoise » et comprenait en annexe un rapport de Thierry Laugier sur « les papillons et autres insectes du parc » (voir la rubrique entomologique).

Mise à jour 01.09.04

 Introduction à l’année 1999

Le suivi ornithologique du site connaît des évolutions contrastées. D’un côté, les observateurs non-locaux se font rares ; faut-il dire que l’attrait de la “ nouveauté ” s’estompe ? De l’autre, l’équipe de suivi local commence à s’étoffer. Les emplois jeunes travaillant sur le site assurent une présence stable (mais ils débutent encore en matière ornithologique et ne peuvent passer la journée à scruter le ciel et les buissons !). L’implantation du local du Corif à portée de jumelles porte quelques fruits. Enfin, l’immigration de deux ornithos franciliens, venus s’établir aux environs immédiats du parc, est de bon augure pour l’année 2000. Mais en 1999, le suivi ornithologique régulier est resté un exercice toujours beaucoup trop individuel.

Notons que la prospection a été inhabituellement faible en juin et juillet — et habituellement faible en août.

Les observateurs : Franz Barth (FB), François Carrez (FC), Monique Delay (MD), Pierre Delbove (PD), Guy Jurez (GJ), Stéphane Malignat (SM), JF Magne (JFM), Florian Meier (FM), Noémie Morgenstern (NM), Pierre Rousset (PR), Laurent Spanneut (LS).

JouMig = “ Journée migration ”, journée d’observation de la migration en l’Ile-de-France, le 10 octobre 1999 (de 8h à 13h30 aux Beaumonts et non jusqu’à 18h comme les deux années précédentes) avec seulement trois observateurs : Pierre Delbove, Pierre Rousset et Monique Delay.

Notons que l’hiver 1998-1999 s’est poursuivi comme il avait commencé : sans bandes importantes de fringilles dans la friche (à part les traditionnels serins cinis) et sans moineaux friquets, avec peu des tarins et de grives mauvis ou litornes... L’hiver 1999-2000 a débuté sur le même mode.

Nouvelles espèces

En 1998, les espèces suivantes ont été rajoutées à la liste des Beaumonts :

* Bernache du Canada Branta canadensis. Originaire d’Amérique du Nord, cette bernache a été introduite dans de nombreux zoos, parcs paysagers publics ou privées. Plusieurs dizaines de couples nichent aujourd’hui en liberté dans la région parisienne. Des mouvements de population ont lieu en février-mai (surtout mars-avril) et juillet-novembre : dispersion post-nuptiale d’individus nichant dans la région (surtout à Saint-Quentin-78), passage migratoire d’individus britanniques hivernant au Sud.

* Tadorne casarca (possiblement hybridée avec la Tadorne du Paradis). Les oiseaux observés aux Beaumonts proviennent probablement du bois de Vincennes où se trouvent des Casarcas Tadorna ferruginea et des hybrides Casarcas x Tadorne du Paradis (originaire de Nouvelle Zélande). L’observation ne permet pas de trancher entre ces deux possibilités — et la Casarca ne fait donc pas son entrée dans la liste des Beaumonts.

* Faucon émerillon Falco columbarius . Hivernant très rare dans la région, l’Emerillon est observé au passage migratoire plus souvent en automne (octobre-novembre, parfois de septembre) qu’au printemps (mars-avril, rarement mai).

* Faucon hobereau Falco subbuteo. Estivant nicheur très rare dans la région, le Hobereau est observé au passage prénuptial en avril-mai, lors de mouvements erratiques en juin-juillet et lors du passage postnuptial en août-mioctobre (surtout septembre, rarement fin octobre).

* Bécassine des marais Gallinago gallinago. Nicheuse occasionnelle, migratrice assez commune (surtout en automne) et hivernante rare dans la région. Passages migratoires : de mi-février à mi-mai et de fin-juillet à fin novembre.

* Martin pêcheur Alcedo atthis. Nicheur, migrateur et hivernant rare dans la région. En régression du fait, notamment, de la destruction des sites propices à la nidification (berges abruptes naturelles des cours d’eau), mais le nombre d’hivernants remonte légèrement. Passages migratoires en mars-avril et juin-novembre, aussi dispersion postnuptiale des jeunes..

* Pic mar Dendrocopos medius. Sédentaire peu ou assez commun dans la région (nichent surtout dans les vieilles chênaies mêlées de charmes). En progression..

* Merle métallique pourpré Lamprotornis purpureus. Issu de captivité. Originaire d’Afrique (il réside dans une bande de territoire qui s’étend d’Est en Ouest, du Sénégal au Kenya occidental).

 LA SYNTHESE DES DONNÉES 1999

Grand cormoran Phalacrocorax carbo

- Observé en survol lors des deux migrations, cette année-ci surtout au printemps. Quatre données au total (environ 200 individus).
- Mars les 7 (cinquante-cinq), 20 (quinze puis une centaine). Avril le 5 (dix-sept).// Octobre le 17 (douze vol S, JouMig). — (GJ, SM, NM).

Héron cendré Ardea cinerea

- Six données (16 individus), dont un groupe de dix fin août (vol migratoire ?) et un individu s’envolant du site en octobre.
- Mars le 21 (deux en vol N). Avril le 22 (un). Juin le 6 & 23 (un en vol). Août le 24 (dix, vol S en ligne apparement migratoire). Octobre le 10 (un s’envole du site). Décembre le 14 (un vol bas). — (FC, GJ, FM, SM, PR).

Bernache du Canada Branta canadensis

- Une donnée. Première identification d’individus probablement venus du bois de Vincennes (vol bas en contrebas du plateau évoquant un vol local).
- Avril le 2 (deux) (PR).

Canard colvert Anas platyrhynchos

- Pendant quelques mois, trois colverts au moins ont régulièrement fréquenté de jour les trois mares du site, acceptant une présence humaine et canine assez proche. Ils ont temporairement cessé, probablement à cause des dérangements et même, parfois, de persécutions (jets de pierres !). Selon des témoignages de noctambules et les traces laissées au bord des mares, des colverts ont continué à venir tard le soir ou la nuit.
- Présence en plein jour : Mars le 18 (un couple). Avril les 1 (une femelle), 2 (un), 5, 6 & 18 (trois, deux mâles et une femelle), 22 (trois mâles et une femelle), 24 & 27 (deux), 29 (un). Mai les 1 & 2 (un mâle et une femelle), 5 (un mâle, une femelle), 8 (quatre mâles), 13 (un mâle et une femelle).

Tadorne de casarca Tadorna ferruginea (peut-être hybridée)

- Trois palmipèdes évoquant fortement des juvéniles ou femelles de Tadornes casarca ont été pour la première fois observés sur le site. Il s’agit probablement d’oiseaux venus du bois de Vincennes où se trouvent notamment des hybrides Casarcas x Tadorne du paradis. L’observation ne permet pas de trancher entre ces deux possibilités, mais confirme l’intérêt manifesté pour la zone humide par les palmipèdes.
- Mars le 5 : trois individus, vers 8h30-9h, posés dans la mare perchée (FC).

Bondrée apivore Pernis apivorus

- Une seule donnée printanière : Mai le 23 (un vol N) (PR).

Milan royal Milvus milvus

- Une seule donnée en novembre dont l’orientation indique qu’il ne s’agit pas nécessairement d’un vol migratoire : Novembre le 11 (un vol bas, ENE) (PR).

Buse variable Buteo buteo

- Une seule donnée en fin d’automne : Novembre le 14 (un vol E) (PR).

Epervier d’Europe Accipiter nisus

- Passages migratoires (octobre) et présence hivernale régulière (janvier-mars et octobre-an 2000). Un épervier semble inclure les Beaumonts dans son territoire de chasse hivernal : seize données (17 individus), en majorité des oiseaux chassant sur le site, sinon des migrateurs en vol. A été observé sur place y compris en mi-journée par beau temps certains dimanche (en novembre...), c’est-à-dire des jours de forte présence humaine.
- Janvier les 10 & 15 (un). Février le 13 (un). Mars le 24 (un).// Octobre les 8 (un), 17 (deux vol S, JouMig), 24 (un survol), 28 (deux), 30 (un survol). Novembre les 11 & 20 (un imm.), 28 (un). Décembre les 1, 16, 22 & 27 (un). — (FC, PD, PR, LS).

Faucon crécerelle Falco tinnunculus

- Présent toute l’année, terrain de chasse. Niche à Montreuil.
- Janvier-février-mars : au moins deux individus (un mâle, une femelle) fréquentent régulièrement le site, souvent ensemble. Avril : plus souvent un individu que deux. Mai : un mâle. Septembre-décembre : généralement un mâle. Trois individus les 13 février et 6 mars.

Faucon émerillon Falco columbarius

- Une donnée lors de la migration d’automne. Première donnée pour le site : Octobre le 25 (vol S, d’allure migratoire) (PR).

Faucon hobereau Falco subbuteo

- Une donnée lors de la migration d’automne. Première donnée pour le site : Octobre le 3 (vol S, d’allure migratoire) (PR).

Vanneau huppé Vanellus vanellus

- Seulement deux survols notés en octobre, les 17 (douze, vol S, JouMig) et 30 (quatre, vol S).

Bécassine des marais Gallinago gallinago

- Une observation en automne. Première donnée pour le site (permise par la création de la zone humide).
- Octobre le 13 : un individu resté longuement au bord de la mare à la fontaine (la mare du milieu), malgré la proximité du sentier de promenade. L’oiseau est même revenu sur place après avoir été dérangé au point de s’envoler une fois (FC, FM).

Bécasse des bois Scolopax rusticola

- Une seule donnée recueillie cette année-ci (halte migratoire printanière) en mars, le 9 (un) (FC).

Limicole non identifié

- Le 1er avril, un limicole évoquant un gravelot a été observé posé puis s’envolant par FC. L’intérêt de cette observation incomplète est qu’elle indique une utilisation nouvelle du site, à la suite de la création de la zone humide.

Mouette rieuse Larus ridibundus

- Observée en janvier-février et septembre-décembre. Il s’agit toujours de survols, dans des directions variables, comprenant généralement de un à quatre individus (les chiffres indiqués ci-dessous représentent le total des individus observés lors d’une visite-journée, qui comprend souvent plusieurs survols). Rappelons que le site a été peu prospecté en juin-août.
- Janvier les 3 (trois), 10 (dix-huit), 17 (dix-neuf), 24 (douze). Février les 19, 20 & 28 (un).// Septembre les 18 (deux). Octobre les 8 (un), 17 (dix-sept), 23 (un), 24 (deux). Novembre le 8 & 11 (un), 14 (six), 20 (huit), 21 (dix-sept), 28 (onze). Décembre les 1 & 10 (deux), 16 (trois), 20 (deux), 22 (un), 27 (deux).

Goéland cendré Larus canus

- Une seule donnée hivernale : Décembre le 20 (un vol N) (PR).

Goéland brun Larus canus

- Une seule donnée en automne : Octobre le 17 (un vol N) (PR).

Goéland argenté Larus argentatus

- Cinq données en survol (hiver et fin d’automne).
- Janvier le 24 (un imm.). Février le 13 (un).// Novembre les 8 (un vol N), 20 (un ad. et un imm., survol N). Décembre le 3 (un imm. vol W).

Goéland leucophée Larus michaellis (cachinnans)

- Deux données en avril-mai.
- Avril le 4 (deux vol W). Mai le 23 (cent quatre vol S, sans garantie que ce soit tous des Leucophées...).

Pigeon biset urbain Columba livia

- Résident.

Pigeon colombin Columba oenas

- Une seule donnée cette année-ci, ce qui est peu : Février le 11 (deux, survol) (PR).

Pigeon ramier Columba palumbus

- Résidant.

Tourterelle turque Streptopelia decaocto

- Résident, niche aux alentours. Observée généralement au vol, très rarement posé sur le site.

Tourterelle des bois Streptopelia turtur

- Trois données (dix individus) durant la migration de printemps. Aucune donnée en automne.
- Avril le 24 (un) (GJ). Mai les 1 (huit vol N), 22 (un) (PR).

Chouette hulotte Strix aluco

- Résidente à Montreuil/Fontenay.
- Deux données en mai, les 1 (GJ) et 20 (un habitant du coin).

Martinet noir Apus apus

- Premières données les 30 avril (deux) et 1er mai (cinquante). Dernière donnée le 24 août (quarante ensemble).

Martin-pêcheur d’Europe Alcedo athis

- Un individu hivernant. Première donnée pour le site.
- Un individu (on suppose que c’est le même) a fréquenté le site de la fin octobre à l’an 2000. Observé généralement à la mare dite « perchée », stationnant sur la végétation de l’îlot, se perchant sur les pierres où la végétation aquatique, capturant des poissons et se réfugiant souvent, une fois dérangé, dans un proche bosquet au sein de la friche, ou partant vers l’Est. Il semble avoir fréquenté au moins un autre lieu dans les environs, n’étant pas présent toute la journée aux Beaumonts (à l’Est ?). Accepte le passage humain et canin à proximité, et même parfois la présence (brève) d’un chien batifolant dans l’eau de la mare, une personne marchant au bord. N’a pas été observé les jours qui ont suivi les deux coups de gels de décembre (le second un peu plus prononcé que le premier), mais il est réapparu plus tard.
- Octobre le 28. Novembre les 4, 11, 17, 19, 25, 30. Décembre les 1, 3, 9, 10, 26, 27. - (FC, Manu, PR).

Pic épeiche Dendrocopos major

- Noté tous les mois de l’année sauf avril-juillet Généralement un ou deux individus (mâle ou femelle).

Pic vert Picus viridis

- Noté tous les mois de l’année. Généralement un ou deux individus, rarement trois.

Pic mar Dendrocopos médius

- Deux données hivernales (janvier et décembre). Première et deuxième identifications pour le site.
- Ces deux observations peuvent ne concerner que des apparitions très occasionnelles. Mais, les dates concernant deux hivers successifs, elles évoquent aussi la possibilité d’un erratisme saisonnier susceptible de se reproduire.
- Janvier le 24 (un)// Décembre le 9 (un) (PR).

Pic épeichette Dendrocopos minor

- Résident.

Alouette lulu Lullula arborea

- Passage et haltes migratoires. Sept données (44 individus) dont deux (4 individus) en février-mars et cinq (40 individus) en octobre. Premières observations printannières.
- Février le 28 (deux). Mars le 11 (deux).// Octobre les 7 (un), 17 (vingt-quatre, JouMig), 23 (sept vol S), 28 (sept sur place), 29 (un).

Alouette des champs Alauda arvensis

- Passage et haltes migratoires. Notée en mars-avril (huit données, 24 individus), puis septembre-novembre (neuf données, 273 individus). N’a pas niché.
- Mars les 6 (deux, une posée, un survol), 11 (douze : une posée, onze en survol), 13 (cinq), 14 & 20 (un). Avril les 5, 24 & 29 (un).// Septembre le 24 (un). Octobre les 7 (un), 17 (cent soixante et un, JouMig), 23 (quarante-cinq vol S), 28 (neuf : trois sur place, six vol S), 29 (six), 30 (quarante-huit : deux sur place, quarante-six vol S). Novembre les 3 & 8 (un).

Hirondelle de rivage Riparia riparia

- Deux données durant la migration d’automne.
- Septembre le 24 (huit, passage). Octobre le 1 (cinquante, passage) (PR).

Hirondelle de cheminée (rustique) Hirundo rustica

- Passages migratoires. Durant la période de nidification, des individus séjournent dans les environs immédiats et fréquentent quotidiennement le site (printemps-été).
- Première le 13 mars (un, vol N) (FC), puis début avril : les 1, 4 (deux vol N). Avril : un à deux observés en avril. Mai : maximum vingt le 22, sinon de un à dix. Juin le 6. Juillet le 4 (huit). Août les 20 (deux), 24. Septembre : présence régulière (passages), maximum le 24 (trente-huit). Octobre les 1 (trois cent trente, passage), 3 (deux), 8 (dix, passage), 17 (un, passage, JouMig).

Hirondelle de fenêtre Delichon urbicum (urbica)

- Passages migratoires. Durant la période de nidification, au moins une douzaine d’individus séjournent dans les environs immédiats et fréquentent quotidiennement le site (printemps-été).
- Premières le 11 avril (cinq) (GJ), puis le 1er mai (vingt). Mai : maximum de trente les 13 et 27 (sinon de trois à vingt). Juin le 6. Juillet le 4 (quarante). Août les 20 (six), 24 (cent). Septembre : présence régulière (passages) avec des maxima les 7 (quarante), 16 (quarante-cinq), 17 (cinquante), 24 (vingt-cinq). Octobre le 1 (trois cent quarante, dernier passage noté).

Pipit des arbres Anthus trivialis

- Seulement deux données relevées en automne : Septembre les 12 & 16 (un). - (GJ, PR).

Pipit farlouse Anthus pratensis

- Présence hivernale d’une petite troupe ; passage et haltes migratoires. Malgré une présence encourageante en avril-mai, ne semble pas avoir niché cette année.
- Janvier : de trois à six notés. Février : de cinq à sept notés. Mars, maximum le 11 (vingt : cinq posés, quinze en survol), sinon de deux à huit. Avril, maximum le 2 (douze), sinon de deux à quatre. Mai : un individu noté à chaque fois les 6, 8, 9 & 16 (un).// Octobre, maxima les 1 (seize), 17 (dix-neuf : quatre posés, quinze vol S, JouMig), 23 (dix : six posés, quatre vol S), 29 (seize : six posés, dix vol S). Novembre et décembre : de un à six.

Bergeronnette printanière Motacilla flava

- Passages et haltes migratoires. Douze données (plus de trente-trois individus) dont quatre (8 individus) en avril-mai et huit (plus de 18 individus) en juillet-octobre.
- Avril les 25 (trois au vol), 29 (trois). Mai les 2 (un sur place, sept en vol), 9 (un).// Juillet le 7 (deux). Août les 20 (quatre), 24 (un en vol), 30 (un). Septembre le 23 (un). Octobre les 1 (sept, vol S), 7 (un + passage), 28 (un) (FC). — (FB, GJ, SM, PR).

Bergeronnette des ruisseaux Motacilla cinerea

- Passages et haltes migratoires en automne : sept données (9 individus) dont deux en avril-mai et cinq en octobre-décembre.
- Avril le 2 (un). Mai le 5 (un).// Octobre le 28 (un). Novembre le 4 (un). Décembre les 9 (deux), 10 (un, sur des immeubles en contrebas), 16 (deux dont une en migration). - (GJ, FC, PR).

Bergeronnette grise Motacilla alba

- Passages et haltes migratoires ; présence en décembre. Dix-neuf données (plus de 83 individus) dont neuf en janvier-avril et dix en août-novembre.
- Janvier le 16 (un) (FM). Février les 19 & 28 (un). Mars les 7, 9 & 10 (un), 11 (trente-trois : une posée et trente-deux en survol). Avril les 10 (un), 15 (deux).// Août le 20 (deux). Octobre les 7 (deux), 7 (passage), 8 (trois), 17 (vingt-cinq, vol S, JouMig), 23 & 28 (un), 29 (cinq dont deux en migration). Novembre les 3 & 14 (un).

Troglodyte Troglodytes troglodytes

- Résident, possibles migrants et hivernants.

Accenteur mouchet Prunella modularis

- Résident, migrants, possibles hivernants.

Rougegorge familier Erithacus rubecula

- Résident, migrants, possibles hivernants.

Rossignol philomèle Luscinia megarhynchos

- Halte migratoire printanière ou, peut-être, un couple nicheur : présence et chant noté en mai.
- Mai les 1 (deux), 2, 6, 8 & 13 (un). — (GJ, PR).

Rougequeue noir Phoenicurus ochruros

- Niche aux alentours immédiats, faible présence sur le site durant la période de nidification. Passages et haltes migratoires marqués. Une observation en hiver (janvier).
- Janvier le 23 (un mâle)./Mars les 12 (trois), 13 (dix), 14 (deux femelles), 18 (un), 20 & 24 (trois), 28 (quatre). Avril les 2 (un), 5 (deux), 17 (un), 24 (deux). Mai les 1 (trois), 2 (un mâle), 6 (un), 9 (un).// Août le 20 (quatre). Septembre les 5, 7 (un), 9 (trois), 12 (un), 16 (douze), 17 & 18 (trois), 23 (cinq), 24 (quatre). Octobre les 1 (deux), 7 (vingt et un), 8 (cinq), 10 & 17 (un). Novembre le 8 (un).

Rougequeue à front blanc Phoenicurus phoenicurus

- Haltes migratoires. Cinq donnée (8 individus) dont deux en avril et trois en septembre-octobre.
- Avril les 2 (un mâle et une femelle), 5 (un mâle).// Septembre les 12 (un mâle, une femelle), 23 (un). Octobre les 3 (un), 7 (un mâle et une femelle). (Gjavascript:barre_raccourci(’’,’’,document.formulaire.texte)J, PR).

Traquet tarier (Tarier des prés) Saxicola rubetra

- Haltes migratoires. Observées seulement en automne cette année. Huit données (13 individus) en septembre-octobre.
- Septembre les 5 (trois), 12 (deux), 16, 17 & 18 (un), 19 & 24 (deux). Octobre les 3 (un),.

Traquet pâtre (Tarier pâtre) Saxicola torquata

- Estivant nicheur, passage et haltes migratoires. Deux couples nicheurs (peut-être trois) cette année.
- Premiers le 4 mars (deux mâles). Mars : maximum de trois mâles et une femelle noté les 16 et 20. Avril : maxima notés de deux mâles et deux femelles les 2 & 5, et de trois mâles et deux femelles le 10. Mai : maxima de trois mâles le 1 (sinon deux mâles et deux femelles). Juillet : deux mâles le 4. Septembre les 18 & 24 (deux). Octobre les 7 (un), 8 (un), 10 (deux mâles), 12 (un mâle) (FC).

Traquet motteux Oenanthe oenanthe

- Passage et haltes migratoires. Huit données (10 individus) dont six en avril-mai et deux en septembre.
- Avril le 21 (deux). Mai le 1 (un), 2 (un), 8 (un mâle et une femelle), 12 (un), 15 (une femelle).// Septembre les 16 (un), 18 (un mâle). — (FC, GJ, PR).

Merle à plastron Turdus torquatus

- Quatre données (cinq individus) au printemps, mais seulement une à l’automne (soit moins que d’habitude).
- Avril les 1 (un), 3 (deux mâles), 11 (un mâle), 22 (un).// Octobre le 17 (une femelle). — (FC, GJ, FM, PR).

Merle noir Turdus merula

- Résident et migrants, possibles hivernants.

Grive litorne Turdus pilaris

- Noté en octobre-décembre (sept données, soixante-quatre individus). Passages et haltes migratoires en automne. Présence hivernale irrégulière en décembre.
- Octobre les 17 (onze, vol S, Joumig). Novembre les 8 (huit), 28 (deux). Décembre les 1 (seize, vol S), 10 (un), 16 (cinq), 20 (dix-neuf posées au centre de la friche), 26 (deux).

Grive musicienne Turdus philomelos

- Résident, passages et haltes migratoires, possibles hivernants
- Quelques chiffres de survols migratoires : Mars le 11 (trente).// Octobre les 7 (quarante et un) et 17 (vingt-six, Joumig).

Grive mauvis Turdus iliacus

- Faible présence hivernale. Passages et haltes migratoires modestes.
- Janvier les 23 (trois), 30 & 31 (un). Février les 13 (un), 28 (trois). Mars le 3 (un).// Octobre les 7 (six vol S), 17 (vingt-trois vol S, Joumig). Novembre le 21 (deux). Décembre les 9 (un), 20 (trois), 26 & 27 (un).

Grive draine Turdus viscivorus

- Résident. Passages et haltes migratoires, probables hivernants.
- Quelques chiffres : Mars le 11 (quarante en survol S). Septembre le 24 (vingt-deux sur place). Octobre les 17 (vingt-six survol S, Joumig). Novembre le 14 (seize sur place). Décembre le 16 (onze sur place).

Hypolaïs polyglotte Hippolais polyglotta

- Estivant nicheur. Présence bien notée en mai seulement (faible prospection les mois qui ont suivi).
- Mai les 1 (deux), 2 (un), 6 (deux), 8 (trois), 9, 13 (deux), 16 (trois), 22 (un), 23 & 27 (deux).

Fauvette babillarde Sylvia curruca

- Passage printanier noté en avril, les 24 (deux) et 25 (un).

Fauvette grisette Sylvia communis

- Estivant nicheur (au moins cinq chanteurs). Passages migratoires.
- Mars le 30 (FC). Avril les 10 (un), 17 (trois), 22, 24 (cinq), 25, 26 (trois), 27 & 28 (un), 29 (cinq). Mai les 1, 2, 6 (cinq), 9 (trois), 13 (quatre), 23 & 27 (trois), 30 (un). Juin le 6 (un). Juillet le 4 (quatre). Août le 20 (deux). Septembre les 5, 19 (un).

Fauvette des jardins Sylvia borin

- Estivant nicheur (jusqu’à cinq chanteurs comptés). Passages migratoires.
- Avril le 29 (trois). Mai les 1, 2, 6 (quatre), 8 (deux), 9 (cinq), 13 (trois), 22 (deux), 26 (quatre). Juin le 6. Juillet le 4 (trois). Août le 24 (un). Septembre les 16 (un), 18 (quatre). Octobre le 3 (deux).

Fauvette à tête noire Sylvia atricapilla

- Estivant nicheur bien représenté. Passages migratoires. Un hivernant fin janvier et un individu tardif début novembre.
- Janvier le 30 (un mâle) (PR)./Mars le 28 (GJ), 31 (FC). Avril les 1 (deux), 2 (quatre), 3 (six), 24 (cinquante)... // Septembre les 16, 17 & 18 (un), 19 (quatre), 23 (huit), 24 (six). Octobre les 1 (deux), 3 (sept), 7 (trois), 8 (quatre). Novembre le 3 (un mâle) (FB, JFM, SM).

Pouillot véloce Phylloscopus collybita

- Estivant nicheur. Passages migratoires bien marqués. Des candidats à l’hivernage présents en décembre.
- Mars les 11 (quatre, chants), 12 (deux), 13, 14, 16, 18 (quatorze), 20, 24 (cinq).... // Août le 20 (deux). Septembre les 9, 16 (huit), 12, 17, 18 (huit), 19 (neuf), 23 (sept), 24 (quinze). Octobre les 1 (quatre), 3 (cinq), 7 (vingt-six), 8 (douze), 17 & 26 (deux), 23 (trois), 24 (un), 25 (trois). Novembre les 3 & 8 (deux), 14 (un). Décembre les 4 (cinq), 9 (deux), 10 (quatre), 20 (un).

Pouillot fitis Phylloscopus trochilus

- Estivant nicheur (au moins trois chanteurs), haltes migratoires.
- Mars le 28 (un) (GJ). Avril les 2 (trois, chants), 3, 4, 5, 10 & 17 (deux), 23 & 24 (six), 25, 27 (trois), 29 (quatre). Mai les 1, 2, 6 (trois), 8 & 9 (deux), 13 (quatre), 22 (un), 23 (deux), 30 (un). Juin le 6. Juillet le 4 (un). Août le 24 (un). Septembre les 16 (deux), 19, 23 & 24 (un).

Roitelet huppé Regulus regulus

- Présence notée aux deux migrations : fin février-mars (trois données) et fin octobre-mi décembre (six données). Généralement dans les haies ou boisements, mais une fois dans la friche.
- Février le 21 (deux). Mars les 6 & 21 (un).// Octobre les 24 (un). Novembre les 8, 11 & 13 (un). Décembre les 10 (deux), 16 (deux, friche).

Roitelet triple-bandeau Regulus ignicapillus

- Noté en janvier-début avril (douze données) et fin septembre-décembre (dix-sept données). Présence hivernale et aux deux migrations.
- Janvier les 17 & 23 (un), 24 (deux), 30 (un). Février les 19 (un), 21 (trois), 28 (un). Mars les 6 (un), 7 (deux), 10 (un). Avril les 3 (un), 5 (deux).// Septembre le 24 (quatre). Octobre les 3, 7, 8, 29 & 30 (un). Novembre les 8 & 13 (deux), 14 & 19 (un). Décembre les 4, 9, 10, 16, 22, 26 & 28 (un).

Gobemouche gris Muscicapa striata

- Pas d’observation printanière cette année. Quatre données (six individus) la seconde moitié de septembre. Rappelons que la prospection a été très faible en juin-août ; il est difficile d’être certain que l’espèce n’a pas niché cette année aux Beaumonts.
- // Septembre le 9 (un), 18 & 19 (deux), 24 (un).

Gobemouche noir Ficedula hypoleuca

- Pas d’observation printanière cette année. Six observations (dix-sept individus) mi septembre-début octobre.
- // Septembre les 16 (un), 18 (cinq), 19 (huit), 23 & 24 (un). Octobre les 3 (un).

Mésange à longue queue Aegithalos caudatus

- Notée en janvier-mars et novembre-décembre.
- Janvier : de deux à six. Février : un ou deux. Mars : de un à quatre.// Novembre : maximum de huit, le 30. Décembre : maximum de huit les 4, 9 et 15. Observée jusqu’à la fin de l’année.

Mésange nonnette Parus palustris

- Six données, en janvier-février seulement.
- Janvier les 3, 17, 23 & 24 (un). Février les 11 & 13 (un).

Mésange bleue Parus caeruleus

- Résidente.

Mésange charbonnière Parus major

- Résidente.

Sittelle torchepot Sitta europaea

- Résidente.

Grimpereau des jardins (brachydactyle) Certhia brachydactyla

- Résident.

Geai des chênes Garrulus glandarius

- Résident, passages migratoires faiblement marqués avec une légère augmentation du nombre d’individus en mars-avril et octobre (des haltes migratoires ?).

Pie bavarde Pica pica

- Résidente.
- Un chiffre : Quarante le 2 février.

Choucas des tours Corvus monedula

- Survols irréguliers notés au fil de l’année, sans périodicité saisonnière évidente. Onze données (78 individus).
- Février les 13 (trois), 14 (cinq perchés sur antenne d’un immeuble en contrebas), 19 (un vol S). Avril le 27 (deux vol E). Mai le 2 (un vol S). Juillet le 4 (un). Octobre les 1 (un vol S), 17 (soixante vol S, JouMig), 30 (un vol S). Novembre le 3 (un). Décembre le 26 (deux vol NE).

Corbeau freux Corvus frugilegus

- Observé en survol (isolés ou en groupes) lors de la migration d’automne (trois données, dix individus) et, une fois, en hiver (décembre).
- Octobre les 23 (huit vol S), 28 (un vol S), 30 (un vol E)/Décembre le 28 (un vol SW).

Corneille noire Corvus corone

- Résidente.

Etourneau sansonnet Sturnus vulgaris

- Résident, passages et haltes migratoires, hivernants probables.
- Un chiffre plus important que d’habitude : quatre cents le 19 novembre.

Merle métallique pourpré Lamprotornis purpureus

- Issu de captivité. Première identification pour le site.
- Observé les 26 et 27 mai 1999 dans l’Espace naturelle du parc des Beaumonts, sur une zone de végétation rase appelée “ prairie naturelle ”, non loin de la mare perchée. — (FC, PR).
- Son identification ayant suscité quelque confusion avec le Quiscale bronzé Quiscalus quiscalus (originaire d’Amérique du Nord et seul représenté dans nos guides de terrain) voici une description de l’oiseau : Evoque un étourneau, mais de grande taille, à la stature forte, à la queue courte, à la posture souvent dressée à terre, au comportement actif et “ extraverti ”, aux grands yeux jaunes d’autant plus frappants que le corps apparaît noir quand la lumière ne fait pas apparaître les iridescences. Ces iridescences sont, suivant les endroits bleue-vert (dessus) ou bleu-violet (dessous) et couvrent l’essentiel du corps. Peu farouche, actif, il se nourrit à terre. Trop dérangé, il se perche non loin dans des arbres ou arbustes, puis revient sur place.

Bec noir, costaud, qui me semble parfois légèrement courbe (?). Pattes noires, fortes. Face et devant du coup noir. Grands iris jaunes. Nuque poitrine et ventre : iridescences bleu-violet. Dos et ailes : iridescences bleu-vert. Croupion et queue sombres, iridescences possibles mais mal notées (PR).

Moineau domestique Passer domesticus

- Résident.

Moineau friquet Passer montanus

- Depuis des années, une bande de moineaux friquets fréquente régulièrement le site en automne et en hiver. Elle avait disparu à l’automne 1998, peut-être dérangée par les travaux d’aménagement. Durant le premier semestre 1999, seules deux données (pour un ou deux individus) existent en janvier-févier. Il fallut attendre septembre pour voir la bande de friquets réapparaître. Quelques individus sont notés à partir du 18 septembre (jusqu’à quarante le 17 octobre). Une bande de plusieurs dizaines d’individus s’installe progressivement et reste jusqu’à la fin de l’année (maximum de 80 individus le 21 novembre).

Par ailleurs, quelques (deux ?) couples nichent habituellement sur le site. Leur présence n’a pas été notée en 1999, mais l’unique arbre mort repéré et facile à voir, où un ou deux couples nichaient, a été abattu avant le printemps. Il est très possible que des friquets nichent ailleurs, sans que nous le sachions.

Pinson des arbres Fringilla coelebs

- Résident, passages et haltes migratoires, hivernants.
- Passages migratoires notés en mars (le 11) et en octobre (les 7, 17, 23 et 30), bien qu’en quantités modestes. Pas de grandes bandes hivernales, mais quelques dizaines de PdA occupent la friche en novembre-décembre.

Pinson du nord Fringilla montifringilla

- Passages et haltes migratoires. Très faiblement noté au printemps ou en hiver, présence plus plus marquée à l’automne. Une donnée en mars. Six données en octobre-novembre (39 individus). Une donnée en décembre.
- Mars le 11 (un).// Octobre les 15 (deux), 17 (trois : un sur place, deux vol S, JouMig), 23 (deux), 28 (vingt-deux), 29 (cinq dont un mâle), 30 (trois : deux sur place, un vol S). Novembre le 8 (deux)./Décembre le 22 (un, perché dans un boisement, solitaire).

Serin cini Serinus serinus

- Estivant nicheur bien représenté, mais aussi hivernant en bandes dans la friche. En hiver, le nombre d’oiseaux observés peut varier considérablement suivant les visites.
- Janvier, maximum de cinquante le 24. Février, maximum de trente-cinq le 19. Mars, une troupe le 20. Avril, maximum de cinquante le 24. Etc. Septembre, maximum de quatre-vingt le 24. Octobre, maximum de cent vingt le 7, cent les 8 et 30. Novembre, maximum de quarante-cinq le 20. Décembre, maximum de cent le 22.

Canari de cage Serinus canaria

- Issu de captivité. Deuxième identification pour le site. Observé régulièrement en août-décembre. A-t-il été chassé par — ou victime de — la tempête de décembre ?
- Première observation le 2 août (FC). Dernière le 26 décembre (PR).

Verdier d’Europe Carduelis chloris

- Résident, passages et haltes migratoires. Regroupements hivernaux : cinquante le 23 janvier.

Chardonneret élégant Carduelis carduelis

- Résident, passages et haltes migratoires, présence hivernale parfois en nombre.
- Janvier, maximum de vingt le 17. Février, maximum de neuf le 11. Mars, maximum de dix le 7. Etc. Septembre, maximum de cinquante le 7. Octobre, maximum de quarante les 28 et 30. Novembre, maximum de trente le 20. Décembre, maximum de quinze le 22.

Tarin des aulnes Carduelis spinus

- Passages et haltes migratoires, présence hivernale irrégulière. Présence relevée en mars et octobre-novembre mais, cette année-ci, pas en janvier-février. L’espèce étant vagabonde, l’absence de donnée début 1999 ne signifie pas nécessairement qu’elle n’a pas prospecté le site.
- Mars les 6 et 7 (vingt).// Octobre les 17 (trois vol S, JouMig), 29 (un en migration), 30 (dix-sept). Novembre les 3 (trois), 8 (treize), 21 (quatre).

Linotte mélodieuse Carduelis cannabina

- Notée tous les mois de l’année sauf janvier, août, septembre et décembre : nidification probable d’un ou quelques couples, passages et haltes migratoires notables, pas de présence proprement hivernale.
- Février le 11 (un). Mars le 20 (cinq). Avril les 1 (deux), 3 (cinq), 4 (deux), 5 (six), 17 (quatre), 18 (un), 24 (cinq), 25 (nx), 29 (un). Mai les 1 (deux), 2 (sept), 6 (six), 9 & 13 (un), 22 & 27 (deux). Juin le 6 (deux). Juillet les 4 (deux), 18.// Septembre les 23 (quinze), 24 (six). Octobre les 1 (trente-cinq : quinze sur place, vingt vol S), 7 (quatre), 17 (cinquante vol S, JouMig), 23 (dix-sept : deux sur place, quinze vol S), 24 (un), 28 (un), 29 (vingt-cinq dont six en migration), 30 (trente). Novembre le 8 et 11 (un).

Bouvreuil pivoine Pyrrhula pyrrhula

- Passages et haltes migratoires. Présence hivernale notable (jusqu’à neuf en janvier), mais aussi observé en mai (nidification possible ?).
- Janvier, maximum de neuf individus le 3, sinon un ou deux observés à plusieurs reprises. Février-mi mars : un de temps en temps. Mi mars-avril : pas de donnée. Mai les 1 (un mâle) et 16 (un).// Octobre : un à trois sur place (le 17 : cinq vol S, JouMig). Novembre-décembre : un.

Grosbec cassenoyaux Coccothraustes coccothraustes

- Faiblement noté lors des deux passages migratoires (une donnée chaque fois).
- Mars le 6 (un).// Octobre le 30 (un).

Bruant jaune Emberiza citrinella

- Faiblement noté lors des deux passages migratoires (une donnée chaque fois). Pas de présence hivernale relevée cette année (mais sera par deux fois observé en janvier 2000).
- Mars le 11 (un, survol).// Octobre le 17 (un, vol S).

Bruant zizi Emberiza cirlus

- Résident, présent toute l’année. Probablement plusieurs couples nicheurs. Regroupement hivernal (jusqu’à neuf en décembre).
- Janvier : de deux à quatre individus notés. Février : un ou deux. Mars : un à quatre. Avril : un ou deux. Mai-juin : un. Octobre : un ou deux. Novembre : un à cinq. Décembre : deux à neuf (les 20 et 27, dont cinq mâles et trois femelles).

Bruant ortolan Emberiza hortulana

- Une donnée printanière. C’est la sixième donnée récoltée pour le site, et la première en avril. Les cinq premières remontent à 1981, 1994 et 1995 (toutes début mai). Cette observation, quatre ans après les précédentes, indique peut-être que le site redevient attractif pour l’Ortolan de passage, des zones de végétation rase étant de nouveau mieux protégées de la surfréquentation humaine.
- Avril le 22 (FM).

Bruant des roseaux Emberiza schoeniclus

- Passages et haltes migratoires (mars et août-novembre), faible présence hivernale en décembre.
- Mars les 6 & 7 (un), 11 (cinq, vol S), 13 (deux femelles), 24 (une femelle).// Août le 6 (FC). Octobre les 1 & 7 (un), 15 (un), 17 (vingt-sept : huit sur place, dix-neuf vol S, JouMig), 23 (quatre), 28 (trois), 29 (deux), 30 (cinq). Novembre le 3 (un). Décembre les 1 (deux), 9 (un).