La Palestine dans sa région : la solidarité des révolutions populaires

Tandis que continue l’agression militaire israélienne contre la Bande de Gaza, et la répression contre les Palestiniens citoyens d’Israël et contre des Palestiniens de Cisjordanie, des manifestations de solidarité avec le peuple palestinien ont eu lieu dans la région du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord.

En Syrie, dans les « territoires libérés », notamment dans différents quartiers d’Alep, dans la ville de Qaboun près de Damas, Deraa, etc., il y a eu des manifestations de solidarité avec le peuple palestinien depuis le début de l’agression.

 Palestine, Syrie, Égypte... « Nous sommes un »

Dans le quartier de Salah el Din, les manifestantEs ont envoyé ce message au peuple palestinien : « De la population de Salah el Din à Alep à la population de Gaza : nous sommes un, comme l’est notre lutte et notre ennemi ». Une veillée aux bougies a également eu lieu à Alep pour Gaza, tandis que des enfants manifestaient en masse dans la ville de Qaboun en solidarité avec la Palestine. Il y a également eu des manifestations de soutien pour Gaza dans le camp palestinien de Yarmouk.

Sur le plateau du Golan occupé par Israël, des manifestantEs pro-révolution syrienne ont dénoncé l’attaque militaire de l’armée d’occupation d’Israël sur Gaza, avec des pancartes qui demandaient l’arrêt du massacre en Syrie et à Gaza.

En Égypte, des manifestations ont eu lieu au Caire pour dénoncer l’agression israélienne, mais aussi pour condamner la collaboration du régime avec Israël et demander l’ouverture du point de passage de Rafah. Le régime de Sissi, qui depuis l’été dernier a poursuivi et emprisonné des réfugiés palestiniens en Égypte avec une campagne médiatique massive contre eux, refuse l’ouverture du point de passage de Rafah. Il participe dès lors au siège de Gaza, empêche la sortie des Palestiniens soumis aux bombardements et l’entrée de convois humanitaires transportant médicaments et de convois égyptiens et internationaux de solidarité avec la bande de Gaza. L’armée égyptienne a bloqué les convois qui voulaient se rendre à Gaza.

 Contre tous les régimes autoritaires

La question de la libération de la Palestine est intimement liée aux révolutions populaires de la région. C’est pourquoi il faut soutenir celles-ci dans leur combat pour renverser tous les régimes autoritaires, complices de la souffrance du peuple palestinien par leur collaboration directe ou indirecte avec l’État d’Israël. Les régimes autoritaires de la région ont tous essayé de supprimer, dominer ou contrôler le mouvement national de libération palestinien.

Dans ce cadre, le régime Assad a une histoire de répression contre la résistance palestinienne qui a commencé dans les années 1970 et 1980 en Syrie et lors de ses interventions au Liban à cette même période. Mais surtout, depuis le début de la révolution en Syrie en 2011, le régime a assassiné plus de 2000 Palestiniens, qui ont dans leur grande majorité pris parti en faveur du soulèvement, sans oublier la destruction et le blocus imposés au camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk pendant plus d’un an, de même que d’autres. Il n’y a pas de différence entre la mort des Palestiniens à Gaza ou en Syrie, dans les deux cas, il y a une volonté de mater la lutte pour la liberté et la dignité.

 Pour la libération des peuples de la région

Il faut comprendre et rappeler de manière constante que la libération de la Palestine passe en effet par la libération des peuples de la région, et dès lors par Damas, Ryad, Doha, Téhéran, le Caire, Amman, etc. Comme l’écrivait un manifestant syrien pro-révolution depuis le plateau du Golan occupé par Israël : « la liberté, un destin commun pour Gaza, Yarmouk et le Golan ».

La libération de la Palestine et de ses classes populaires est liée à la libération et à l’émancipation des classes populaires de la région contre leurs classes dirigeantes, ainsi que contre les différents impérialismes, en particulier les États-Unis et la Russie, et les forces sous-impérialistes telles que l’Iran, l’Arabie Saoudite, la Turquie et le Qatar.

Dans cette logique, nous devons nous battre contre toutes les tentatives de division des classes populaires par les régimes et les forces islamistes réactionnaires sur la base de genre, appartenance religieuse, nationalité, etc. qui essayent de dominer ces populations, d’empêcher leur libération et leur émancipation, et donc celles des classes populaires de Palestine.

Vive les peuples en luttes, vive la Palestine libre !

Joseph Daher

P.-S.

* Paru dans l’Hebdo L’Anticapitaliste - 253 (31/07/2014). http://www.npa2009.org/

Pas de licence spécifique (droits par défaut)