Un grand merci des Philippines et Bonne Année 2017 ! – A toutes celles, à tous ceux qui ont envoyé des dons à ESSF pour soutenir les survivant.e.s des catastrophes humanitaires

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

, par MiHANDs

Chères et chers généreux donateurs,

Durant les neuf dernières années, vous avez été partie prenante de notre lutte contre les effets dévastateurs du changement climatique (en 2007 tout d’abord, puis après le typhon Washi en 2012, le super-typhon Haiyan en 2013, etc.). Il nous faut poursuivre nos diverses activités visant à atténuer (si ce n’est stopper) les effets des catastrophes provoquées par les ouragans, les inondations et les sécheresses. Il nous faut aussi, dans le même temps, aider les réfugié.e.s climatiques et les victimes de désastre à survivre au jour le jour.

Nous nous sommes engagés sur une longue route en vue de construire des communautés mieux à même de faire face aux aléas dans l’île de Leyte et parmi les trois peuples de Mindanao : peuples indigènes, Bangsamoro (musulmans) et migrants « internes » chrétiens. Ce combat a été rendu moins épuisant grâce à votre soutien (politique et financier). ). Ce que nous avons reçu de votre part, ces neuf dernières années, se monte à 18.000 € via le compte de Sumpay Mindanao, à 29.050 € via le compte RDRRAC, 1.000 € via le compte MiHands et 7.000 € via le compte de TRIPOD [1].

De 2007 à 2016, nous avons donc reçu au total 55.050 € de votre part. Cela nous a non seulement permis de survivre, mais aussi, véritablement, de devenir plus forts face aux destructions imprévisibles causées par le changement climatique à Mindanao et, plus généralement, aux Philippines.

Répétons-le, ce soutien nous a permis d’apporter aux survivantes et survivants des catastrophes de la nourriture, des médicaments, de l’aide psychologique, des soins aux enfants, etc. De réhabiliter des communautés sinistrées en réparant ou en reconstruisant des habitations, en reconstituant des sources de revenus, en aidant les paysans, pêcheurs, pauvres urbains, femmes à s’auto-organiser pour mieux prendre le contrôle de leur avenir.

Dans le domaine agricole, nous avons introduit les méthodes propres à l’agriculture organique, ce qui aide à la fois à répondre aux besoins immédiats en alimentation et à garantir la disponibilité à venir de ces ressources, en s’assurant que les bases productives permettent à tout le cycle de production d’être durable : type de réhabilitation, reforestation… Nous avons en particulier permis à des communautés côtières de replanter des forêts de mangrove et de renforcer les droits des petits pêcheurs. Partout, nous avons soutenu la création d’associations de femmes pour qu’elles puissent développer leurs capacités individuelles et collectives.

Toutes ces activités de réduction des impactes et de réhabilitation ont été rendues plus aisées par la consistance avec laquelle vous nous avez accompagnés le long de ce chemin visant à constituer des communautés mieux à même de se protéger des catastrophes à Mindanao et Leyte – là où le super-typhon a frappé une population qui était déjà l’une des plus pauvres de l’archipel.

A Mindanao, ces activités aident aussi à améliorer le sort des communautés Bangsamoro (musulmanes), indigènes (Lumad) et migrants « internes » (chrétiens). Le soutien apporté au renforcement des capacités de résistance aux désastres au sein et entre les communautés des trois peuples de Mindanao nous aide ainsi à construire les fondements sociaux d’une paix durable dans cette région de notre pays déchirée par tant de conflits militaires.

Une fois encore, merci à toutes celles et tous ceux qui ont envoyé des dons à ESSF en soutien aux victimes de catastrophes humanitaires.

Que notre esprit de solidarité mutuelle grandisse encore !

Très sincèrement,

Yennah Torres
Présidente du bureau
MiHANDs, Inc
.


L’article suivant permet de prendre la mesure du travail de solidarité mené par Mihands à Ormos, dans l’île de Leyte, de ses défis et enjeux : Pierre Rousst, (ESSF article 39505), Philippines : Trois ans après le super typhon Yolanda, la reconstruction sociale de communautés sinistrées – L’expérience de MiHands à Ormoc, dans l’île de Leyte.


Pour poursuivre l’aide financière

L’aide financière que nous pouvons fournir dépend entièrement des dons que nous recevons à cet effet.

Les dons via ESSF peuvent être « dédiés » (en mentionnant le pays ou la campagne auxquels ils sont destinés) ou « libre » (sans mention) : nous les versons alors au Fonds de solidarité permanent et nous les utilisons pour les urgences.

Pour envoyer des dons

Chèques
Les chèques en euros seulement et payables en France à l’ordre d’ESSF doivent être envoyés à :
ESSF
2, rue Richard-Lenoir
93100 Montreuil
France

Banque :
Crédit lyonnais
Agence de la Croix-de-Chavaux (00525)
10 boulevard Chanzy
93100 Montreuil
France
ESSF, compte n° 445757C
Compte au nom de : ESSF

Coordonnées bancaires :
IBAN : FR85 3000 2005 2500 0044 5757 C12
BIC / SWIFT : CRLYFRPP
Compte au nom de : ESSF

Paypal : vous pouvez aussi transférer vos dons via Paypal (voir la commande placée en haut à gauche de la page d’acceuil).

Nous mettons en place un mode de paiement associatif, via HelloAsso. Vous pouvez nous contacter à ce sujet, en attendant qu’il s’affiche sur le site.

En France, ces dons donnent droit à des déductions d’impôt. Il nous faut votre adresse pour vous envoyer un reçu fiscal (adresse en général indiquée sur les chèques).


Notes

[1MiHands est une coalition d’une cinquantaine d’associations. Celles qui possèdent des comptes bancaires à même de recevoir des fonds en dollars ou euros sont utilisées à cette fin.

Pas de licence spécifique (droits par défaut)