Adam Smith et les Gilets jaunes

, par TOUSSAINT Éric

Adam Smith (1723-1790) est en réalité très mal connu. Les néolibéraux et les défenseurs de l’ordre établi l’encensent en falsifiant systématiquement sa vision du monde. En fait, ils ne se préoccupent même pas de prendre sérieusement connaissance du contenu de son œuvre.


Eric Toussaint

Click here to subscribe to our weekly newsletters in English and or French. You will receive one email every Monday containing links to all articles published in the last 7 days.

P.-S.

CADTM

http://www.cadtm.org/Adam-Smith-et-les-Gilets-jaunes

Notes

[1Adam SMITH. 1776. Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, Flammarion, Paris, 1991, 2 tomes, 1060 p. (traduction en espagnol : Investigación sobre la naturaleza y causas de la riqueza de las naciones, Fondo de Cultura Económica, Mexico, 1979, 917 p.)
Cette citation provient du Livre I, p.147 de l’édition en français.

[2Voici la fameuse citation sur l’action de la main invisible dans laquelle il se réfère à l’action du capitaliste : « À la vérité, son intention, en général, n’est pas en cela de servir l’intérêt public, et il ne sait même pas jusqu’à quel point il peut être utile à la société. En préférant le succès de l’industrie nationale à celui de l’industrie étrangère, il ne pense qu’à se donner personnellement une plus grande sûreté ; et en dirigeant cette industrie de manière à ce que (sic) son produit ait le plus de valeur possible, il ne pense qu’à son propre gain ; en cela, comme dans beaucoup d’autres cas, il est conduit par une main invisible à remplir une fin qui n’entre nullement dans ses intentions ; et ce n’est pas toujours ce qu’il y a de plus mal pour la société, que cette fin n’entre pour rien dans ses intentions. Tout en ne cherchant que son intérêt personnel, il travaille souvent d’une manière bien plus efficace pour l’intérêt de la société, que s’il avait réellement pour but d’y travailler. » Livre IV, ch. 2, 1776 ; d’après réédition, éd. Flammarion, 1991, tome II p. 42-43. En réalité la métaphore de la main invisible occupe une place marginale dans la vision du monde d’Adam Smith telle qu’il la développe dans la Richesse des Nations. Encore faut-il prendre la peine de lire son œuvre pour s’en rendre compte !

[3 Adam Smith, Livre I, chapitre 8, p. 137 et 138. Les six citations qui suivent proviennent du même passage du livre.

[4 Adam Smith, Livre I, p. 417.

[5 Adam SMITH. 1776. Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, Flammarion, Paris, 1991, 2 tomes, 1060 p. (traduction en espagnol : Investigación sobre la naturaleza y causas de la riqueza de las naciones, Fondo de Cultura Económica, Mexico, 1979, 917 p.)
Cette citation provient du Livre I, p.147 de l’édition en français. Traduits en termes marxistes, cela signifie que l’ouvrier reproduit au cours de son travail la valeur d’une partie du capital constant (c-est-à-dire les moyens de production - la quantité de matières premières, d’énergie, la fraction de la valeur de l’équipement technique utilisé… - qui rentrent dans la production d’une marchandise donnée) auquel s’ajoutent le capital variable correspondant à son salaire et le profit du patron, appelé par Karl Marx, la plus-value.

[6Adam Smith, Livre I, p. 417.

[7Adam Smith, Livre 1, p. 334, 335 et 336. Les citations qui suivent proviennent également de cette partie du Livre 1.

[8Ici se termine les citations qui proviennent d’Adam Smith, Livre 1, p. 334, 335 et 336.

[9 Adam Smith, p. 534, édition en espagnol.

[10C’est le cas, par exemple, d’Alan Greenspan qui dans son autobiographie « Le temps des turbulences » parue en 2007, consacre sept pages élogieuses à Adam Smith en expurgeant de sa pensée toute référence au travail salarié comme créateur du profit, toute référence à la théorie de la valeur travail, toute référence à la lutte des classes (Alan Greenspan, Le Temps des Turbulences, JC Lattès, 2007, p. 338 à 344).

[11L’Association internationale des travailleurs (AIT), connue comme 1e Internationale, est fondée en 1864 notamment par Karl Marx et Friedrich Engels. S’y retrouvent des collectivistes dits « anti-autoritaires » (le courant international de Michel Bakounine), des collectivistes (marxistes), des mutuellistes (partisans de Pierre-Joseph Proudhon) … Collaborent ensemble des militants politiques, syndicalistes et coopérativistes. La 1re Internationale est dissoute après l’échec de la Commune de Paris de 1871.

Pas de licence spécifique (droits par défaut)