Un message du Venezuela

, par PEREZ BORGES Stalin

Militant et syndicaliste marxiste-révolutionnaire, Stalin Pérez Borges avait adhéré au PSUV, durant la période de Chavez, pensant y développer, avec d’autres, des propositions répondant aux exigences populaires.

Bonjour Camarades, ce que vous allez lire ensuite, je l’ai envoyé cet après-midi au milieu des mobilisations qui se déroulaient.

• Aujourd’hui, la situation est plus tendue qu’elle ne l’était déjà. L’aile droite cherche une intervention étrangère. Comme il y a tant de mécontentement au sujet de l’hyperinflation, ils croient que toute action contre Maduro aura l’appui de la population. La droite a aujourd’hui mobilisé plus de gens que le gouvernement, même si le gouvernement a fait une grande mobilisation à Caracas. La seule mesure annoncée par le gouvernement a été la rupture des relations avec les États-Unis.

• Ce qui peut arriver dans ce qui reste d’aujourd’hui et de demain peut être crucial. La Cour suprême de justice (TSJ) a ordonné au bureau du procureur général de se prononcer sur la décision d’outrage à l’Assemblée nationale (AN) et/ou la nomination de Guaido comme président ad interim (actuel président de l’Assemblée nationale qui s’est autoproclamé Président ad interim) comme président. Je crois que ce soir, le bureau du procureur général se prononcera et pourra ordonner la dissolution de l’AN et l’arrestation de Guaido. Selon une rumeur, Guaido et plusieurs de ses compagnons se seraient déjà réfugiés à l’ambassade de Colombie, dont le siège était très proche de la plate-forme où ils ont prononcé leurs discours lors du rassemblement d’aujourd’hui.

• Si Guaido doit être arrêté et qu’il se trouve à l’intérieur de l’ambassade de Colombie, la rupture la plus probable avec le gouvernement colombien viendra aussi. Il y a des camarades qui croient que c’est ce que la droite recherche pour obtenir l’intervention militaire contre le Venezuela. Les États-Unis, sous prétexte de sauver la vie de Guaido, ont décidé de procéder à l’intervention. Il est également possible que tout ce scénario fasse partie des manœuvres de négociation.

• Le fait est que Guaido, au milieu de la concentration populaire d’aujourd’hui [assez nombreuse et avec une participation des quartiers populaires, ce qui est une première pour ce genre de manifestation – Réd.], s’est nommé président et immédiatement les États-Unis et le groupe de Lima l’ont reconnu.

• Là-bas, dans ce consensus de droite, il a été annoncé que le nouveau président de NA est Edgard Zambrano, qui est le leader de l’Action démocratique (AD). Et Diosdado Cabello [militaire clé dans le dispositif de Maduro], président de l’Assemblée nationale constituante (ANC), ces derniers jours, a bien parlé de l’AD [membre de la IIe Internationale social-démocrate] et de son président, Ramos Allup, que Maduro, Cabello et d’autres reconnaissent comme des leaders cohérents et avec lesquels ils peuvent dialoguer.

• La possibilité d’une négociation entre le gouvernement et l’opposition, où se trouvent dans cette négociation Volonté Populaire (VP), Première Justice (PJ) et Corina Machado [ex-candidate à la présidence en 2012, membre de l’AN, avait animé l’organisation Súmate, avec Alejandro Plaz] c’est-à-dire l’extrême droite, sera très difficile, pour ne pas dire impossible.

• Je reviens donc au début de cet envoi : il faut être conscient de ce qui peut se passer ce soir/matin. Le gouvernement, le PSUV et le Pôle patriotique appellent à la mobilisation de leurs structures et bases organiques. Ils s’attendent à ce qu’il y ait des actions de la droite, des concerts de casseroles, y compris la prise de postes des forces armées [mais les prises de position officielles de la FANB vont dans le sens d’un soutien à Maduro et à son gouvernement, pour l’heure].

Stalin Pérez Borges