La crise financière mondiale : une opportunité historique pour le changement Une première réponse de la part d’individus, de mouvements sociaux et d’ONG en faveur d’un programme transitoire de transformation économique radicale

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Pékin, 15 Octobre 2008

Préambule

Profitant qu’un certain nombre de représentants de mouvements sociaux des 4 continents sont rassemblés à Pékin pour le Forum des Peuples Asie-Europe, le Transnational Institute et Focus on the Global South ont organisé des réunions informelles entre le 13 et le 15 octobre 2008. Nous avons fait le point sur la signification de la crise économique mondiale et sur l’opportunité qu’elle représente pour nous de porter à la connaissance du public des alternatives prometteuses et réalisables sur lesquelles beaucoup d’entre nous avons travaillé depuis des décennies.

Ce texte représente le produit collectif de nos nuits Pékinoises. Nous, premiers signataires, le proposons comme une contribution aux efforts entrepris pour formuler des propositions autour desquelles nos mouvements peuvent s’organiser pour promouvoir un ordre politique et économique radicalement nouveau.

Pour éviter l’apparition multiple de mêmes signatures, merci d’ajouter votre nom et/ou celui de votre organisation dans la section “Commentaires” de la version anglaise du texte : http://www.casinocrash.org.

La crise

Le système financier mondial se délite à très grande vitesse. Ce mouvement intervient en parallèle d’une multiplicité de crises : alimentaires, climatiques et énergétiques. Il affaiblit sévèrement le pouvoir des USA et de l’UE, mais aussi celui des institutions multilatérales qu’elles contrôlent, particulièrement le FMI, la Banque mondiale et l’OMC.

Ce n’est plus seulement la légitimité du paradigme néo-libéral qui est en question mais bien le futur immédiat du capitalisme.

Le chaos est tel au cœur du système financier mondial que les gouvernements du Nord recourent à des mesures que les mouvements progressistes défendent depuis des années, comme la nationalisation des banques.

Ces solutions sont entendues toutefois comme des mesures de stabilisation à court terme ; une fois la tempête apaisée, les banques retourneraient bien sûr au secteur privé. Nous avons une fenêtre d’opportunité immédiate pour faire en sorte qu’elles ne le soient pas.

Le défi et l’opportunité

Ces crises profondes nous ouvrent un terrain inexploré et la chute s’annonce sévère. Les populations s’enfoncent dans un sentiment profond d’insécurité et de pauvreté et beaucoup des personnes les plus vulnérables vont voir leur détresse s’aggraver.

Nous devons résister, dans cette période critique, au fascisme, aux populismes droitiers, aux sirènes xénophobes qui chercheront probablement à tirer avantage des peurs et de la colère des peuples.

De puissants mouvements d’opposition au néolibéralisme ont émergé ces dernières décennies. Cela va s’amplifier au fur et à mesure que les analyses critiques de cette crise sont portées à la connaissance des peuples ; déjà ceux ci expriment leur colère face à l’utilisation de fonds publics pour régler des factures dont ils ne sont pas responsables, alors qu’ils doivent déjà faire face à la crise écologique et à une inflation insupportable, particulièrement des produits alimentaires et énergétiques. Les protestations iront croissantes à mesure que la récession frappera concrètement les populations et que les économies entreront en dépression.

C’est pour nous une nouvelle opportunité de faire émerger les alternatives que nous défendons. Mais pour qu’elles retiennent l’attention du public, elles doivent être concrètes et immédiatement réalisables. Des alternatives existent qui sont déjà mises en pratique et nous avons également beaucoup d’autres bonnes idées qui ont déjà été expérimentées dans le passé mais qui ont échoué.

Ce sont le bien être des populations et la planète qui sont au cœur de nos alternatives. Mais pour y parvenir, le contrôle démocratique sur les institutions économiques et financières est indispensable. C’est là le fil rouge développé à travers les propositions présentées ci dessous :

Propositions pour le débat, l’élaboration et l’action

Finance

• Introduire la socialisation complète des banques, et pas seulement la nationalisation de leurs mauvais résultats

• Créer des institutions bancaires fondées sur les besoins et les demandes des populations, renforcer les formes populaires de crédit basées sur le mutualisme et la solidarité

• Instituer la complète transparence du système financier via l’ouverture des documents comptables au public, avec l’appui des mouvements citoyens et des syndicats

• Introduire la surveillance du système bancaire par les populations et les Parlements

• Appliquer des conditionnalités sociales (notamment sur les conditions de
travail) et environnementales à tous les prêts notamment ceux à vocation purement lucrative

• Prioriser le prêt à des taux d’intérêt minimum pour satisfaire les besoins sociaux et environnementaux et élargir la sphère de l’économie sociale

• Restructurer les banques centrales autour d’objectifs sociaux et environnementaux qui soient démocratiquement définis, et les rendre publiquement redevables de leurs résultats et de leurs impacts

• Préserver les transferts d’épargne des migrants à leurs familles et introduire une législation restreignant les charges et les taxes sur ces transferts

Fiscalité

• Fermer tous les paradis fiscaux

• Supprimer toutes les exonérations fiscales aux entreprises du secteur des énergies fossiles et nucléaires

• Appliquer un système fiscal réellement progressif

• Développer un système fiscal mondial pour empêcher les comptabilités de transfert et l’évasion fiscale

• Introduire une taxe sur les profits des banques nationalisées, qui permettra de développer des fonds d’investissement citoyens

• Imposer rigoureusement une fiscalité progressive sur le carbone sur les acteurs qui présentent les empreintes écologiques les plus importantes

• Adopter des instruments de contrôle, comme la taxe Tobin, sur les mouvements de capitaux spéculatifs

• Réintroduire des droits de douane sur l’importation de produits de luxe et sur les autres biens déjà produits localement, de façon à rénover la base fiscale des Etats mais aussi à supporter la production locale et contribuer à la réduction des émissions de carbone à l’échelle globale.

Dépenses publiques et investissement

• Réduire radicalement les dépenses militaires

• Rediriger les dépenses publiques nationales prévues pour le renflouement des banques vers des revenus minimum garantis et une sécurité sociale, et fournir des services sociaux universels tels que le logement, l’eau, l’électricité, la santé, l’éducation, la petite enfance et l’accès à Internet

• Utiliser les fonds d’investissement citoyens pour soutenir les plus pauvres

• Assurer le rééchelonnement négocié de leurs échéances aux ménages risquant de perdre leur logement en raison du manquement au paiement de leur prêt immobilier

• Stopper la privatisation des services publics

• Etablir des entreprises publiques sous le contrôle des Parlements, des communautés locales et/ou des travailleurs afin de développer l’emploi

• Améliorer la performance des entreprises publiques à travers une gestion plus démocratique – encourager une gestion collaborative entre les responsables de ces entreprises, leurs personnels, leurs usagers et les syndicats

• Introduire une planification budgétaire participative pour toutes les dépenses publiques quelque soit le niveau

• Investir massivement dans l’efficacité énergétique, dans des transports publics peu émetteurs de carbone, dans les énergies renouvelables et la rénovation des grands équilibres environnementaux

• Contrôler et/ou subventionner le prix des denrées de base

Commerce international et finance

• Instaurer l’interdiction permanente et globale des ventes à découvert de titres et actions

• Interdire les marchés dérivés

• Interdire toute spéculation sur les produits alimentaires de base

• Annuler la dette de tous les pays en développement – la dette augmente alors que la crise cause la chute des monnaies des pays du Sud

• Soutenir l’appel des Nations Unies à participer aux discussions relatives à la résolution de la crise, qui aura un impact beaucoup plus grand sur les économies du Sud

• Supprimer progressivement la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et l’Organisation mondiale du commerce

• Supprimer progressivement la suprématie du dollar comme monnaie de réserve au plan international

• Etablir une commission populaire de recherche sur les mécanismes structurants d’un système monétaire international juste

• Garantir que l’aide internationale ne chutera pas en raison de la crise financière

• Abolir l’aide liée

• Abolir les conditionnalités néolibérales de l’aide

• Remplacer le paradigme d’un développement fondé sur les échanges internationaux, et recentrer le développement durable sur les productions à destination des marchés locaux et régionaux

• Développer des incitations pour les productions locales

• Suspendre toutes les négociations d’accords bilatéraux de libre-échange et des APE entre l’UE et les pays ACP

• Promouvoir la coopération économique régionale, telle que l’UNASUR, l’Alternative bolivarienne pour les Amériques, le Traité des Peuples… qui encouragent un authentique développement et la suppression de la pauvreté

Environnement

• Introduire un système global de compensation pour les pays qui n’exploitent pas leurs réserves d’énergie fossile afin de limiter les conséquences sur le climat, comme l’a proposé l’Equateur

• Payer des réparations aux pays du Sud pour les désastres écologiques causés par le Nord, afin d’aider les populations du Sud à gérer le changement climatique et les crises écologiques

• Mettre en œuvre de façon stricte le principe de précaution de la

• Déclaration des Nations Unies sur le droit au développement comme une condition basique de tout projet de développement ou de nature environnementale

• Supprimer les prêts pour les projets “Mécanisme de développement propre” du Protocole de Kyoto qui comportent des impacts environnementaux négatifs, tels que la monoculture d’eucalyptus, de soja ou d’huile de palme

• Cesser le développement des marchés de carbone et de tous les techniques contreproductives sur le plan environnemental, telles que la capture de carbone, les agro-carburants, le nucléaire ou la technologie “charbon propre”

• Développer des stratégies de réduction radicale de la consommation dans les pays riches tout en promouvant le développement durable dans les pays les plus pauvres

• Introduire un management démocratique de tous les mécanismes de financement internationaux de réduction du changement climatique, avec une participation forte des pays du Sud et des sociétés civiles

Agriculture et industrie

• En finir avec le paradigme pernicieux du développement “tiré par l’industrie”, dans lequel le monde rural est pressuré pour fournir les ressources nécessaires au soutien de l’urbanisation et de l’industrialisation

• Promouvoir des stratégies agricoles visant la sécurité alimentaire, la souveraineté alimentaire et la durabilité

• Promouvoir les réformes agraires et toutes les autres mesures de soutien aux agricultures familiales et aux communautés paysannes et indigènes

• Stopper la diffusion des monocultures destructrices sur le plan social et environnemental

• Stopper les réformes du droit du travail qui visent à augmenter le temps de travail et la précarisation des travailleurs

• Sécuriser les emplois en déclarant illégal le travail précaire et sous payé

• Garantir aux femmes des rémunérations égales pour un travail équivalent, à la fois en tant que principe de base mais aussi pour augmenter la capacité de consommation des travailleurs

• Protéger les droits des travailleurs migrants face aux suppressions d’emplois, garantir leur réintégration dans les communautés d’origine. Pour ceux qui ne peuvent pas retourner dans leurs pays de départ, le retour ne doit pas être contraint, leur sécurité doit être garantie et ils doivent bénéficier d’un emploi et des minima sociaux.

Conclusion

Ce sont des propositions pratiques et de sens commun. Certaines correspondent à des initiatives déjà expérimentées ; leur réussite doit être publicisée et popularisée afin d’inciter à leur diffusion. D’autres seront peu probablement mises en œuvre sur la seule base de leur valeur objective. Ils exigent une volonté politique. C’est pourquoi chacune de ces propositions est un appel à l’action.

Ce document est vivant, il a matière à être développé et enrichi par nous tous.

Pour éviter l’apparition multiple de mêmes signatures, merci d’ajouter votre nom et/ou celui de votre organisation dans la section “Commentaires” de la version anglaise du texte : http://www.casinocrash.org.

Le Forum Social Mondial 2009, à Belém à la fin janvier 2009, nous offre une prochaine opportunité pour nous retrouver et travailler ensemble aux actions nécessaires pour concrétiser ces idées (et d’autres).

Nous avons les expériences et les idées – saisissons le challenge que représente cette crise pour enclencher une dynamique alternative !!

Premières signatures

Organisations

Transnational Institute, Netherlands

Focus on the Global South

Red Pepper magazine, United Kingdom

Institute for Global Research and Social Movements, Russia

Ecologistas en Acción, Spain

JS - Asia/Pacific Movement on Debt and Development (JS APMDD), Asia

RESPECT Network Europe, Europe

Commission for Filipino Migrant Workers (CFMW), Netherlands

The Movement for a Just World, Malaysia

Nord-Sud XXI, Switzerland

Europe solidaire sans frontières (ESSF), France

Indian Social Action Forum (INSAF), Inadi

Movimiento Madre Tierra, Honduras

Asian Bridge, South Korea/ Philippines

Center for Encounter and Active Non-Violence, Austria

The Alliance of Progressive Labor (APL)

Pakistan Institute of Labour Education and Research (PILER), Pakistan

Pambansang Katipunan ng Makabayang Magbubukid-PKMM (National Federation of Patriotic Peasant), Phillipines

Proresibong Alyansa ng mga Mangingisda-PANGISDA (Progresive Alliance of Fisher), Philippines

WomanHealth, Philippines

Kilusan para sa Pambansang Demokrasya (KPD), Philippines

Fisherfolk Movement Philippines

Democratic Socialist Perspective, Australia

Resistance & Alternative, Mauritius

Observatori del Deute en la Globalització, Spain

African Journalists on Trade and Development

Centre for Education and Communication (CEC), India

EQUATIONS, India

ESK-Basque Land, Basque Country

Common Frontiers, Canada

Alab-Katipunan, Philippines

Finnish Asiatic Society, Finland

Red Constantino, Philippines

Intercultural Resources, India

Women’s March Against Poverty and Globalization (WELGA)

FDC Women’s Committee

Bharatiya Krishak Samaj (Indian farmers organization)

Peace for All International Development Organization, Canada/Uganda

Foundation for Media Alternatives, Philippines

The Philippine Rural Reconstruction Movement , Philippines

The Freedom from Debt Coalition-Iloilo, Philippines

Jubilee Eastern Cape, South Africa

SdL intercategoriale, Italy

Foro Ciudadano de Participación por la Justicia y los Derechos Humanos, Argentina

APRODEH (Asociacion Pro Derechos Humanos), Peru

Attac Spain, Spain

HealthWrights, Workgroup for People’s Health and Rights, US

Ander Europa, Netherlands

Enlightening Indonesia, Indonesia

SolidaritéS, Switzerland

ATTAC Hungary

AITEC (Association Internationale de Techniciens, Experts et Chercheurs), France

Red Venezolana Contra la Deuda/CADTM Venezuela
Movimiento Unido Socialista Haitiano por el ALBA (MOUSHA), Venezuela

IPIAT (Instituto para la Investigación de la Agricultura Tropical), Venezuela

ECOPEACE Party South Africa

Jubilee Kansai Network, Japan

Ecuador Decide, Ecuador

ATTAC Japan

Transnationals Information Exchange (TIE) – Netherlands

Popular Education for Peoples’ Empowerment, Philipines

International Gender and Trade Network, Brazil

Committee for the Abolition of Third World Debt (CADTM), Begium

ATTAC Morocco

ATTAC-Denmark

Friends of the Earth Finland

European Left Party Network, UK

Center for the Study of Democratic Societies, USA

European Social Forum Activists News Agency.

Cymru Europa Press (Social Forum Cymru/Wales), UK

Initiative Colibri/Germany

Sudptt (SOLIDAIRES), France

Attac 44 France

International Debt Observatory, Belgium

Ligue communiste révolutionnaire (LCR), France

Attac France

Anti Debt Coalition (KAU), Indonesia

Africa Europe Faith and Justice Network

The Corner House, UK

Climate and Capitalism (Canada)

BanglaPraxis, Bangladesh

Centro Studi Monetari, Italy

The Network Institute for Global Democratisation (NIGD) , Finland

Project SafeCom

Justice and Peace Commision, Mexico

Theater of the Oppressed Laboratory (TOPLAB), US

Grasroots Policy Project, US

Habitat Net, Germany

Metta Center for Nonviolent Education, US

Legal Rights and Natural Resources Center (LRC/Friends of the Earth), Philippines

PODER, A.C.

ATTAC-Québec

Foundation for Gaia, UK

Alianza Social Continental, Americas

Red Colombiana de Acción Frente al Libre Comercio-RECALCA, Colombia

World Development Movement, UK

Confederación Latinoamericana de Cooperativas y Mutuales de Trabajadores - COLACOT

Fundacion Solon, Bolivia

War on Want, UK

Individus

Fiona Dove, South Africa

Walden Bello, Philippines/Thailand

Hilary Wainwright, United Kingdom

Boris Kagarlitsky, Russia

Achin Vanaik, India

Dot Keet, South Africa

Brid Brennan, Ireland

Pietje Vervest, Netherlands

Cecilia Olivet, Uruguay

Ramon Fernandez Duran, Spain

Tom Kucharz, Spain

Pierre Rousset, France

Rodney Bickerstaffe, United Kingdom

Von Francis C Mesina, Philippines

Al D. Senturias, Jr., Philippines

Sammy Gamboa, Philippines

Fe Jusay, Philippines

Nonoi Hacbang, Philippines

Lidy Nacpil, Philippines

Seema Mustafa, India

Kenneth Haar, Denmark

Wolfram Schaffar, Germany

Christa Wichterich, Germany

Isabelle Duquesne, France

Adhemar Mineiro, Brasil

Benny Kuruvilla, India

Aehwa Kim, South Korea

Manjette Lopez, Philippines

Bonn Juego, Philippines

Rasti Delizo, Philippines

James Miraflor, Philippines

Miquel Ortega Cerda, Spain

David Llistar, Spain

Alpo Ratia, Finland

Mira Kakonen, Finland

Hilary Chiew, Malasya

Celeste Fong, Malasya

Tatcee Macabuag, Philippines

Teodoro M. de Mesa, Philippines

Uwe Hoering, Germany

Asad Rehman, UK

Andy Rutherford, UK

Debbie Valencia, Greece

Petra Snelders, Netherlands

Etta P. Rosales, Philippines

Pete Pinlac, Philippines

Ute Hausrnann, Germany

Alain Baron, France

Hanneke van Eldik Thieme, Netherlands

Dorothy Guerrero, Philippines

Ric Reyes, Philippines

Herbert Docena, Philippines

Dr. Chandra Muzaffar, Malaysia

Ahmad Soueissi, Switzerland

Elias Davidsson, Germany

Juan Almendares, Honduras

Carlos Ruiz

Alexis Passadakis

Sally Rousset

D.W.Karuna

Hyowoo Na, South Korea

Sung-Hee Choi, Korea

Marko Ulvila, Finland

Matthias Reichl, Austria

Orsan Senalp, Turkey/The Netherlans

Tamra Gilbertson, Unites States

Prof. Kamal Mitra Chenoy, India

Prof Anuradha Chenoy, India

Gilbert Achcar, UK

Richel “Ching” M. Borres, Philippines

Helen Mendoza, Philippines

Sukla Sen, India

Olli-Pekka Haavisto, Finland

Amira Armenta, Colombia

William K. Carroll, United States

Gigi Francisco, Philippines

Sylvia Estrada Claudio, Philippines

Pablo Rosales, Philippines

Alice Raymundo, Philippines

Maris dela Cruz, Philippines

Terry Townsend, Australia

Ashok Subron, Mauritius

Ko Ko Thett

Einar Ólafsson, Iceland

Anjani Abella, Philippines

Gianni Alioti, Italy

Dr Michael Williams

Peter Lavina, Philippines

Gina Cantano-Dela Cruz, Philippines

Cecilia Jimenez, Philippines/Switzerland

Thierry De Coster

Sushovan Dhar, India

Krishan Bir Chaudhary, India

Dave Tucker

Bruno Ciccaglione, Italy/Austria

Haydi Zulfei , Asia

Adam Davidson-Harden, Canada

Al Alegre, Philippines

Tom Mertes

Elâabadila Chbihna, Morocco

John A. Fitzpatrick

Matyas Benyik

Roger Keyes

Ted Aldwin Ong, Philippines

Romero P. Gerochi, Philippines

C.P. Vinod, India

Laurence Schechtman

Berend Schuitema, South Africa

Francesco Martone, Italy

Asbjørn Wahl, Norway

Teodolita S. Lopez-Suano, Philippines

Hans Schäppi, Switzerland

Rasigan Maharajh

Anna Camposampiero, Italy

Lorenzo Pellegrini, Italy/Netherlands

Rashmi Shetty, India

Wahyu Susilo, Malaysia

Fabrizio Tomaselli, Italy

Rayhan Rashid, Bangladesh

Saskia Poldervaart, Netherlands

Pierluigi Tedeschi, Italy

Gladys Baldew, Netherlands

Francisco Soberon, Peru

Erik Eriksson, Sweden

Marco Cuevas-Hewitt

Luigia Pasi - Italy

Maximo Kinast Aviles

Paul R. Woods

Antonio Carlos Diegues, Brazil

Luis David Saraiva Grivol, Brazil

Nick Dearden, UK

David Werner, US

Håkan Danielsson, Sweden

Wouter F.A.Snip, Netherlands

Valdimar Jóhannsson, Iceland

Vida Viktor, Hungary

Edgardo Lander, Venezuela

Yvon Thea Young-Ang, Philippines

Khristine Alvarez, Philippines

Hayri Kozanoglu, Turkey

Manfred Schiess, Germany

Antonio Gomez Movellan, Spain

Enrique Baigorri Remirez, Spain

Gunilla Andersson, Sweden

Matyas Benyik, Hungary

Kathia Ridore, France

Willem Bos, Netherlands

Irendra Radjawali, Indonesia

Jean Batou, Switzerland

Hector de la Cueva, Mexico

Maurizio Casetta, Italy

Adriana Nicoleta Filip, Italy

Kathia Ridore, France

Susana Barria, Suiza

Julia de Souza, Brazil

Paulino Núñez, Venezuela

Borsos Dóra, Hungary

Geraldine McDonald,

Fco. Javier Benítez Morales, Spain

Diego Luís Castellanos

Daniel Kollmer, Netherlanda

Daniel Chavez, Uruguay

Jayatilleke de Silva, Sri Lanka

Ruben Joseph

Carolina Parada, Sweden

Filippo Incorvaia, Italy

Lilia Claudia Jaramillo-Guerra, Austria

Miguel Gamboa

Bram Büscher, The Netherlands

Luis Gonzalez

Ikrame Moucharik, Morocco

Oscar Revilla Alguacil, Spain

Adriano Garassino, Italy

Brissaud Jean-Bernard, Morocco

Franny Parren, The Netherlands

Lisa Clark, Italy

Donatella Biancardi, Italy

Davide Buoncristiani, Italy

Martin Pigeon, Brussels, Belgium

Jo Versteijnen, Netherands

Eric Toussaint, Belgium

Murray Smith

Daniel Gomez, Netherlands/Argentina

Panos Vlachakis, Greece

Natalia Sansón Moreno, Spain

Moustakbal Jawad , Morocco

Pablo Peredo

Albert Capella

Kristof Gal

Dr. Magdolna Csath, Hungary

Piero Stella, Italy

Ibarrola Aitor

Tamara Pearson, Venezuela

Mark Barrett, USA

Kenneth Haar, Denmark

Fred Moseley, USA

Bo Jansson, Sweden

Ingegerd Jansson / Sweden

Charles Quist-Adade, Canada

Marko Ulvila, Finland

Andrew Stevens, UK

Edlira Xhafa, Albania

Robley E. George, USA

Cristina Civale, Argentin

Sebastian Job .

Al Campbell, USA

Mirjana Joksimovic Bohlin, Serbia

Johannes Lauterbach, Germany

Carol Bergin, Germany

Alain Mouetaux, France

Gábor Vinnai, Hungary

Jorge Marchini, Argentina

Johannes Dragsbaek Schmidt, Denmark

Federico Lucero

Etienne Funck, France

Urantsooj Gombosuren, Mongolia

Erich Seifert

Jaume Francesch Subirana

Bernadette Huger

Djilali Benamrane, France

Eric Goujot, France

Brigitte Queck, Germanyures

Martial DENIS

Heinrich Jacqueline

Bastiaan van Apeldoorn, Netherlands

Robert Jasmin, France

Jang, Seok-Joon, South Korea

Terence Osorio

Nathalie Lavallée

Gabor Vida, Hungary

DOMINICI Henri

Emanuela Donat-Cattin - Italy

Brian McDonough, Canada

Henry van Maasakker, The Netherlands

Susan Caldwell

Marc Torres Ciuró

Sean Thompson, UK

Richard Carruthers

Jaume Francesch i Subirana

Giovanny Colorado

Idoia LLano

Elvis Mori, Peru

Míriam Grande Vallugera

Maite Martínez

ROUX Marc

Matteo Messori, Italy

Roberto Cortese, Italy

Lorenzo Palumb, Italy

Ján Lenc, Slovakia

Andrew Roche

Greg Gerritt, US

Gareth Dale

Jonathan Ensor

Peter Gelauff, Netherlands

Ulla Lötzer, Member of Parliament, DIE LINKE, Germany

Joana Ricart Sala, Barcelona

Concha Martinez, Spain

Boykin Reynolds, Germany

Bernadette Wagnleithner

Ulla Lötzer, Germany

Jose Luis Aguilar, Mexico

Alessandra Galie’, Italy

Sankara Saranam

Dr. Greg Kleis, New Zeeland

Bill Koehnlein

Marie-Claire Picher, US

Klaus Starke, Germany

Renau Marty, France

Gordon Jackman

Jerise Fogel, Germany

Knut Unger, Germany

Kathy Clark, US

M. Channa Basavaiah, India

Colleen Angove

Linda Provenza, US

Philippe Mühlstein, France

Stefano Puddu Crespellani, US

Richard Sheeler

Chris Brandt, US

Johanna Voß, Germany

Jesús Ortega Rodríguez,Mexico

Klaus Bosselmann, US

Barry K Gills, UK

Boyd Reimer, Canada

Germán Guillot, Germany

Pablo Guerra, Uruguay

Guillermo Díaz Muñoz, Mexico

Margaret Willig Crane, US

José Antonio Durand, Mexico

Mike Hall

Chamnan Yana, Thailand

Debra Evelyn Armet

Mertens Jean-Pierre, Belgium

Jiten Yumnam, India

Isabelle Perron, Canada

Michael Büsgen, China

Eduardo Arenas

Josep Just, Spain

Elizabeth Peredo, Bolivia

Guadalupe Méndez

Beatriz Romero

N.K.Jeet

Ben Leeman, Australia

Voir en ligne : Pour signer la déclaration

P.-S.

* Traduction : Amélie Canonne.

Pas de licence spécifique (droits par défaut)