Treize organisations de la gauche grecque appellent à des mobilisations dans tout le pays contre le mémorandum

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

, par Collectif

Non au nouveau Mémorandum

Appel à la lutte et à la mobilisation à travers le pays

Les soussignés, qui représentent un large éventail de forces et d’organisations de la gauche, rejettent le troisième mémorandum présenté aujourd’hui au Parlement et appellent à de grandes luttes unitaire pour annuler tous les mémorandums et imposer une nouvelle orientation progressiste pour le pays.

La signature d’un nouveau mémorandum par un gouvernement qui a été élu pour abolir les deux précédents équivaut à une catastrophe majeure pour le peuple grec et la démocratie. Le nouveau mémorandum signifie encore plus d’austérité, la restriction des droits des citoyens et la perpétuation du régime de tutelle imposé au pays. Le nouveau mémorandum est un renversement complet du mandat du peuple grec qui, lors du référendum du 5 juillet, a rejeté dans leur intégralité les politiques néolibérales d’austérité et de dépendance néocoloniale.

Tout au long des cinq dernières années, le peuple s’est opposé par tous les moyens possibles à la peur et au chantage et a lutté pour une Grèce souveraine, démocratique, reconstruite, juste et indépendante. Comme ce fut le cas pour les précédents, ce mémorandum doit trouver en face de lui la résistance le plus large d’une société cohésive et déterminée. Nous continuerons dans la voie du 5 juillet jusqu’à la fin, jusqu’à ce qu’au renversement de la politique de mémorandums, avec une solution de rechange pour le lendemain, pour la démocratie et la justice sociale en Grèce.

La lutte contre le nouveau mémorandum commence maintenant, avec la mobilisation du peuple dans tous les coins du pays. Pour développer et gagner ce combat, il est nécessaire de mettre en place une organisation populaire à tous les niveaux et dans tous les domaines sociaux.

Nous appelons à la constitution d’un vaste mouvement politique et social dans l’ensemble du pays et à la création de comités de lutte contre le nouveau mémorandum, contre l’austérité et contre la mise sous tutelle du pays. Ce sera un mouvement unitaire à la hauteur des aspirations du peuple à la démocratie et à la justice sociale.

La lutte qui a conduit à la victoire du « non » le 5 juillet se poursuit et va gagner !

Jeudi, le 13 août 2015

Panagiotis Lafazanis (Left Platform – Left Current)

Alekos Vernardakis (Communist Renewal)

Nikos Galanis (Leftwing Intervention)

Dimitris Kavouras (Communist Organization Reconstruction)

Kaltsonis Dimitris (Association Yannis Kordatos)

Panagiotis Mantas (DIKKI – Socialist Left)

Anthonis Davanelos (Left Platform –DEA)

Andreas Pagiatsos (Xekinima)

Spyros Sakellaropoulos (ARAN – Left Recomposition)

Dimitris Sarafianos (ARAS – Leftwing Anticapitalist Regroupment)

Maria Souani (Workers Struggle)

Themis Tzimas (Former member of PASOK National Council)

Lambros Heetas (Initiative of the 1000)

Notes

• Xekinima set la section grecque du CWI

• The Communist Organization Reconstruction et l’Association Yanis Kordatos regrouping d’ex-membres du KKE (le PC)

• Workers Struggle set un réseau de militants qui sont en majorité toujours membres du KKE

• DIKKI–Socialist Left regroupe d’ex-membres du PASOK qui ont pris part à la coalition Syriza