La vie du syndicaliste russe Valentin Ourousov est en danger !

LA VIE DU SYNDICALISTE RUSSE VALENTIN OUROUSOV EST EN DANGER !

Le syndicaliste Valentin Ourousov est en prison depuis plus d’un an. Son crime ? Il avait fondé en 2007 un syndicat indépendant, « Prosvoboda », dans l’entreprise d’extraction de diamants ALROSA, sise dans la République de Sakha-Iakoutie. ALROSA est une entreprise florissante : c’est le premier producteur russe de diamants. En 2009 ALROSA a vendu 25 % des diamants bruts achetés dans le monde. ALROSA a annoncé avoir devancé cette même année le bostwanais Debswana et le sud-africain De Beers dans la production de carats. Le conseil de surveillance d’ALROSA est présidé par le ministre russe des finances, Koudrine, flanqué du premier ministre de la république de Sakha-Iakoutie, Egor Borissov et du vice-premier ministre, Guennadi Alexeiev. En août 2009 le premier ministre Vladimir Poutine a fait attribuer par l’Etat russe un soutien d’un milliard de dollars à ALROSA.

Le syndicat de Valentin Ourousov a vite rassemblé près d’un millier de membres, et a soumis à la direction une liste de revendications portant sur les conditions de travail et de rémunération des ouvriers et employés de l’entreprise.
La réaction ne s’est pas fait attendre. Le 13 septembre 2008, Valentin Ourousov a été arrêté et accusé de « détention de narcotiques » qu’en réalité, selon un procédé éprouvé, les policiers lui fourrèrent dans la poche au moment même de son arrestation. L’un des deux officiers de police chargés de l’opération fut d’ailleurs arrêté peu après pour malversations.

Le tribunal a d’abord condamné Valentin Ourousov à 6 ans de prison. A la suite d’une campagne menée en Russie et à l’étranger cette condamnation a d’abord été cassée en appel. Mais le tribunal régional l’a à nouveau condamné à 6 années de prison, réduites à 5 lors d’un second appel.

En même temps, la direction d’ALROSA a licencié tous les responsables du syndicat « Profsvoboda », les a fait inscrire sur une « liste noire » destinée à les empêcher de retrouver du travail. Elle a obtenu ce qu’elle voulait : le syndicat décapité a perdu plus de la moitié de ses adhérents.

Le gouvernement de la République de Sakha (Iakoutie) reste quant à lui sourd aux appels lancés en faveur d’Ourousov, et ne semble être sensible qu’aux exigences de la direction d’ALROSA.

Ourousov est atteint d’une maladie des reins qui a nécessité son hospitalisation bientôt suivie de son renvoi en cellule, où il est soumis au harcèlement de l’administration pénitentiaire.

Sa vie est en danger !

Son maintien en prison est une violation des libertés syndicales élémentaires.

Deux délégations de syndicalistes aux ambassades de Russie à Paris et à Berlin ont fait état de ces éléments, et ont réclamé sa libération, tout comme le syndicat des mineurs britanniques, et des militants ouvriers et démocratiques de Serbie. Pour sauver Ourousov et défendre les libertés syndicales cette exigence doit être largement reprise.

C’est pourquoi les soussignés réclament la libération immédiate de Valentin Ourousov.

Premiers signataires :

Matéo Alaluf, sociologue, Université Libre de Bruxelles ; Jorge Amat, metteur en scène ; Verveine Angeli, syndicaliste Solidaires et membre du convoi syndical ; Eric Aragon, président de « Convoi syndical » ; Noëlle Audejean, écrivain ; Gérard Bauvert, secrétaire du Comité international contre la répression (Cicr) ; Christophe Benoît, syndicaliste enseignant ; Colette Bienvenu, militante NPA (04) ; Jean-Marie Chauvier, écrivain ; Christophe Bernardo Dos Santos, syndicaliste enseignant ; François Bouchard, Maître de conférences en littérature italienne, université de Tours ; Gilles Candar, historien ; Jean-Pierre Cassard, professeur agrégé d’Histoire ; Frédéric Castaing, écrivain ; Denise Comanne, CADTM, Belgique ; Christian Coudène, syndicaliste enseignant ; Annick Coupé, déléguée générale de l’Union syndicale Solidaires ; Pierre Daix ; Jean Delarue, conseiller municipal des Mureaux (78) ; Eli Domota, secrétaire général de l’Union générale des travailleurs de la Guadeloupe (UGTG) ; Vincent Flament (PRCF) ; Gérald Fromager, secrétaire général de l’UD-FO de l’Aisne ; Michel Gandilhon, chargé d’études ; François Garay, maire des Mureaux (78) ; Jacques Girod, syndicaliste ; Larissa Gruszow-Wozek, ingénieur à l’Ecole polytechnique de Varsovie ; Patrick Hébert, syndicaliste ; Christian Inguere, secrétaire de section SNPREES-FO Université du Maine (Le Mans) ; Rémy Jeanneau, professeur d’histoire retraité ; Claude Jenet, secrétaire national du POI ; Jean-Michel Kay, historien, les Amis de Saprtacus ; Pierre Kehrli, secrétaire départemental du SNUDI-FO du Haut-Rhin ; Marika Kovacs, membre du Conseil révolutionnaire des étudiants à Budapest en 1956 ; Joelle Kwaschnin, rédactrice en chef La Revue nouvelle (Bruxelles) ; Frank Labrasca, professeur à l’université François Rabelais de Tours ; Edouard Lemoigne, agrégé de l’université ; Patrick Le Tuhaut, syndicaliste FSU ; Françoise London-Daix ; Lise London ; Michel Macon, retraité, syndicaliste ; François Mairey, ancien agent EDF-GDF ; Jean Markun, secrétaire national du POI ; Serge Messmer, secrétaire départemental SN-FO-LC du Haut-Rhin ; Jean-Pierre Milon (72) ; Jean-Pierre Molénat, historien, directeur de recherhe émérite au CNRS ; Fabrice Monot, membre de la CA du SNES (Académie de Strasbourg) ; Anne Morelli, professeure à l’Université de Bruxelles, déléguée syndicale ; Gérard Noiriel, historien ; Emmet O’Connor, syndicaliste enseignant (Irlande) ; Denis Paillard, universitaire ; Julien Papp, historien ; William Richier, enseignant ; Béatrice Romary, professeur de communication (88) ; Sylviane Pigale (72) ; Pierre Rousset, Europe solidaire sans frontières (ESSF) ; Mathilde Roux, Alliance des jeunes révolutionnaires (72) ; Me Hélène Rubinstein Carrera, avocate honoraire ; Emile Seigneur, retraité agricole, syndicaliste ; Alain Serre, secrétaire général de la Fédération nationale des professionnels de la vente CGT ; Gérard Streletsky, chef d’orchestre, musicologue ; Yannick Sybelin, syndicaliste hospitalier CGT (Roanne) ; Docteur Cyrille Venet, anesthésiste-réanimateur (38) ; Frédéric Viale, Paris ; Marina Vlady.

Merci de renvoyer votre signature, en indiquant vos nom, prénom, et qualité,
à Jean-Jacques Marie jj.marie club-internet.fr


Pas de licence spécifique (droits par défaut)