Tunisie : recrudescence des luttes pour les salaires et l’emploi

, par LEROUGE Dominique

Concernant l’histoire du syndicalisme en Tunisie, se reporter à
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?rubrique1027

La vague révolutionnaire qui a débouché sur la fuite de Ben Ali exprimait bien entendu une immense aspiration à la liberté. Mais elle n’était pas que cela.
Parmi ses mots d’ordres figurait également la revendication de vivre dignement, à commencer en ayant un emploi. Ce n’est pas un hasard si tout s’était enclenché à partir du geste désespéré d’un jeune vendeur ambulant de l’intérieur du pays. Ce n’est pas un hasard non plus si, trois ans plus tôt, avait eu lieu le soulèvement social du bassin minier de Gafsa qui a servi de répétition générale à la révolution de 2011.

Des lendemains sociaux qui déchantent

Malgré cela, la situation matérielle de la grande majorité de la population s’est considérablement dégradée depuis le 14 janvier 2011.
A partir du printemps 2011 les mobilisations ont reflué. Dans la foulée, de multiples raisons ont été ensuite avancées pour remettre perpétuellement les batailles sociales à plus tard.
* Tout d’abord « le risque de voir le pays sombrer dans le chaos », puis la nécessité de « paix sociale » avant les élections d’octobre 2011, suivi d’un réel moment de démoralisation des militant-e-s après les résultats de celles-ci.
* En 2012 et 2013, il en a été de même. Le spectre d’un « hiver islamiste » hantait en effet la Tunisie, ponctué notamment par les exactions de milices islamistes et de la police, la volonté gouvernementale de remettre en cause les droits des femmes, les tirs policiers à la chevrotine sur la population de Siliana fin novembre 2012, l’attaque du siège de l’UGTT le 4 décembre 2012, le meurtre de dirigeants du Front populaire le 6 février 2013, puis le 25 juillet.
* Au lendemain de ce deuxième assassinat, la constitution du « Front de salut national » où se retrouvaient notamment le Front populaire et Nidaa Tounes, puis le « dialogue national » sous l’égide de l’UGTT et du syndicat patronal ont donné de nouveaux arguments pour geler les luttes sociales.

Résultat, le bilan des années 2011-2013 a été catastrophique sur le plan économique et social :
* d’un côté la politique néo-libérale en vigueur sous Ben Ali s’est poursuivie de plus belle,
* de l’autre les chômeurs ont été plus nombreux, les démunis encore plus pauvres, et les salariés ayant un emploi stable ont vu leur pouvoir d’achat se dégrader considérablement.

La remontée fulgurante des luttes revendicatives

Le gouvernement qui a succédé en janvier 2014 à celui d’Ennahdha a prolongé et renforcé la politique économique et sociale antérieure. Mais certaines des raisons avancées précédemment pour remettre les luttes sociales au lendemain ont perdu de leur crédibilité. Fin octobre 2014, le nombre total de journées de grève depuis le début de l’année avait déjà dépassé le chiffre record de l’année 2011. (1) Dans les mois qui ont suivi, une avalanche de conflits s’est développée.

* Une partie sont menés par « les plus précaires comme ceux qui travaillent sur les chantiers et dont beaucoup gagnent moins que le SMIC, ou encore les chômeurs. Cette catégorie ne va pas rester les bras croisés. Ils ont attendu depuis quatre ans dans l’espoir d’une feuille de route prenant en considération leur situation. Mais il n’y a rien eu » expliquait début janvier 2015 Abderrahmane Hedhili. (2)
Depuis le début de 2015, de multiples luttes pour l’obtention d’un emploi se développent. Dans la région de Gafsa, où le taux de chômage est officiellement de 26 %, des chômeurs paralysent totalement le bassin minier et toute l’industrie chimique tunisienne dépendant du phosphate. C’est une situation inédite en Tunisie qui aggrave encore plus la crise générale du pays.

* Les luttes sont également multipliées parmi les salariéEs ayant un emploi stable, et notamment ceux du secteur public qui ont rongé leur frein depuis plus de trois ans : les salaires des fonctionnaires ont par exemple été gelés depuis 2012, alors que l’inflation cumulée a été de 17,2 % sur les trois dernières années. Figure le plus souvent en bonne place la revendication d’application d’accords qui ont été signés, mais qui n’ont jamais été appliqués.
Les salariés des transports en commun ont ouvert le bal en 2015, avec notamment une grève sans préavis qui a paralysé plusieurs jours Tunis et a débouché par la suite sur la satisfaction de certaines des revendications. (3)

Début avril 2015, les enseignantEs du secondaire, ont remporté une victoire historique : après plusieurs grèves de 48h à près de 100%, le blocage des examens du premier trimestre 2015 et la menace de bloquer également les examens de fin d’année, ils/elles ont obtenu des revalorisations salariales étalées sur les trois prochaines années de 30 à 40 % suivant la situation personnelle des intéressés, ainsi que la mise en place d’un « dialogue national sur la reconstruction de l’éducation ». Participent à ce débat le gouvernement, les syndicats enseignants et les principales associations. Les syndicalistes enseignants ont exigé et obtenu que le patronat, dont l’objectif est de privatiser l’Education, soit exclu de ce « dialogue ».

* Cette victoire a renforcé la confiance de salariéEs dans leur capacité à lutter.
C’est en particulier le cas dans le secteur public où toutes les branches organisent successivement des journées de grève massivement suivies.Comme dans le cas de l’enseignement, les revendications combinent en général à la lutte pour les salaires celle pour la défense et la reconstruction du service public.
Des grèves ont également lieu dans le secteur privé, par exemple dans la grande distribution, l’industrie alimentaire ou le tourisme. (4)

Quel positionnement de l’UGTT ?

Interrogé à ce sujet, Fathi Chamkhi (5) répond : "Suite à ces luttes, la direction de l’UGTT, qui avait accepté auparavant le gel des salaires dans la fonction et le secteur public, vient d’obtenir leur revalorisation pour 2014. Le Secrétaire général de l’UGTT a fini par hausser le ton à l’égard des patrons, considérant que les salariés ont consenti d’énormes sacrifices, contrairement aux patrons qui s’en sortent plutôt bien, eut égard à la situation dramatique actuelle.(6) L’UGTT exige notamment de nouvelles négociations salariales dans le secteur privé.
En attendant, la tension sociale est à son comble face à un gouvernement, critiqué de toute part, à qui les Institutions financières internationales et l’Union européenne assignent la tâche suicidaire de maintenir le cap de l’austérité, de la restructuration néolibérale du marché intérieur".

12 mai 2015


Notes :

1. Lire notamment http://www.realites.com.tn/greves-et-mouvements-sociaux-une-spirale-alarmante/

2. http://ks3260355.kimsufi.com/solidint/depot/solidint/2015-01-16-Hedhili.pdf
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article34150
Abderrahmane Hedhili est un des principaux animateurs du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), une association tunisienne dont les thématiques sont le droit du travail, le droit des femmes, les droits environnementaux et les droits des migrants. http://ftdes.net/ Le FTDES est prioritairement tourné vers les populations les plus en difficulté et peu organisées. Il coopère notamment avec l’UGTT et diverses associations tunisiennes. Le FTDES constitue tout naturellement la colonne vertébrale de l’organisation des forums sociaux en Tunisie.

3. A propos des avancées obtenues le 23 janvier dans le secteur des transports
http://www.lapresse.tn/16052015/94837/la-greve-prevue-les-26-27-et-28-janvier-annulee.html
http://www.kapitalis.com/societe/27117-transtu-annulation-de-la-greve-prevue-les-26-27-et-28-janvier.html

4. Quelques exemples de grèves récentes :
26-27 novembre 2014 : Enseignement secondaire
8 décembre : Enseignement secondaire
Janvier : Grèves dans les transports dans certaines régions (dont le tramway de Tunis du 12 au 16).
21-22 janvier : Enseignement secondaire
8 février : grève générale à Nabeul
Février : soulèvement social à Dhehiba et Ben Guerdane
Février : mobilisations et grèves dans le textile à Kassar Saïd (La Manouba)
26 février : grève de solidarité à Sfax avec les salariés de Coca-Cola
17-18 février : Enseignement secondaire
18-19 février : Poste
9 mars : grève générale locale à Thala
13-14 avril : Enseignement supérieur
14-15 avril : Télédiffusion (finalement annulée)
15 avril : Enseignement primaire
16-28 avril : Tribunaux
23-23 avril : Caisse nationale d’assurance maladie
23-24 avril : Ministère de l’Intérieur
27-28 avril : Tunisie télécom
28-29 avril : Juges contre le projet de loi sur le Conseil supérieur de la magistrature
28-29 avril : Santé publique
28 avril : Au Kef, grève locale de la santé, des magistrats, des instituteurs et des agents municipaux
29-30 avril : Ministère des Affaires étrangères
11 au 13 mai : Tunisie télécom (finalement annulée)
12-13 mai : Enseignement primaire
11-16 mai : Juges
12-13 mai : Presse écrite
12-13 mai : Enseignement primaire
13-14 mai : Surveillants dans l’Enseignement
20-22 mai : Santé
27-28 mai : Supermarchés
28 mai : grève générale prévue à Nabeul pour les salaires et contre les licenciements pour raison syndicale, notamment dans le tourisme.

5. Militant de la LGO et de RAID (Attac et Cadtm en Tunisie), Fathi Chamkhi est député du Front populaire.

6. A propos des tensions entre le syndicat patronal et l’UGTT
http://www.lapresse.tn/29042015/99109/nouveau-houcine-abassi-fustige-les-hommes-daffaires.html
http://www.businessnews.com.tn/le-toron-brule-entre-lugtt-et-lutica,520,55515,3
http://www.businessnews.com.tn/wided-bouamaoui--nul-na-le-droit-de-nous-donner-des-lecons-de-patriotisme,520,55533,3
Pour une analyse globale de l’orientation de l’UGTT, voir les notes publiées sur le livre d’Hèla Yousfi « L’UGTT une passion tunisienne »
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article34977